sophie audouin mamikonian vignetteBienvenue dans le monde délirant de Tara Duncan ! Ce site a été magiquement, virtuellement et pixelement créé pour toi. Visite toutes les rubriques pour tout savoir sur Tara et sur Sophie Audouin-Mamikonian !
Enfin…presque tout !
14 octobre 2018

SAMEDI 20 OCTOBRE 2018 PARIS

Je serai samedi 20 octobre 2018 à partir de 15h au drugstore Publicis pour une dédicace pour le lancement de mon nouveau livre: Nos Destins Inachevés un terrifiant thriller amoureux ! Mais pour ceux d’entre vous qui veulent des dédicaces sur leurs Tara Duncan je les signerai aussi avec plaisir. On va faire la fête […]

Dédicaces de Sophie, L'actu de Sophie et Tara
29 novembre 2017

DEDICACE DU 3 DECEMBRE 2017 AU SALON DU LIVRE JEUNESSE DE MONTREUIL de 14H à 18H stand XO

Bon, ça fait déjà quinze ans qu’on fait la fête pendant les dédicaces, donc, vous connaissez le principe: Faire du bruit, chanter, danser et en général mettre le salon du livre sens dessus dessous. Pour les nouveaux, quelques consignes à passer aux parents: Il va faire chaud. Genre très très chaud. Donc, on fait comme […]

Dédicaces de Sophie, Evénement, L'actu de Sophie et Tara, Rencontres
PROCHAINES DEDICACES !

J'ai souvent des remarques comme quoi je ne viens pas assez partout en France...hum, ce n'est pas vr...

1 jour

Tara Duncan

Suite des aventures de Tara
Robin secoua la tête pendant que Cal faisait apparaitre une spatule énorme.

- Maitre Chem pourrait, ou l'impératrice, dit le demi-elfe mais ton pouvoir est trop fort, il va falloir que tu le fasses descendre toute seule et...qu'est ce que tu fais, Cal ?

Avec sa spatule géante, Cal était en train d'essayer de décoller le soldat du mur.

- Ben j'imagine le type est un steak dans une poêle, mais là, ça attache vraiment, Tara tu l'as trop cuit!

Tara, bien que stressée, ne put s'empêcher de glousser. C'était...ridicule.

Finalement, le jeune Voleur Patenté cessa de faire le clown, fit disparaitre la spatule, regarda Tara et secoua la tête.

- Nan. Même avec ça, on ne va pas y arriver. C'est à toi de jouer, Tara.

- Oh là là répéta Tara, anéantie, mais je risque de le t...

- Mais non mais non, intervint Cal avant que la jeune fille n'ait le temps de terroriser un peu plus le pauvre elfe cloué au mur, tout va très bien se passer. Vas-y en douceur. Répète après moi : Par l'annihilus que...

Tara se tourna vers le jeune garçon pendant que le soldat essayait frénétiquement de se décoller.

- Annihilus? l'interrompit-elle, Cal tu es sûr? Au lieu d'annihiler le sort je risque d'annihiler le soldat!

- Et le mur et un bout du palais signala Robin qui n'avait pas l'air plus convaincu...

Déovandil les regardaient (du mieux qu'il le pouvait en étant écrasé par le sort) avec épouvante.

- pasnilus, pasnilus ! dit il en grimaçant sous son masque de suie.

Cette fois-ci, Tara comprit très bien.

- Je crois, dit-elle en baissant les mains, qu'il ne veut pas que j'utilise un annihilus.

S'il l'avait pu, le soldat aurait agité la tête de haut en bas, le plus vite possible. Là, comme il était coincé, il se contenta de cligner des yeux de son air le plus convainquant.

Robin avait été bien élevé par sa mère, l'historienne Mévora, qui n'avait que peu de patience avec la mesquinerie et la méchanceté gratuite. Mais là, il avait été blessé par la réaction du soldat et pour une fois, laissa la noblesse de côté.

- Cela dit, sii tu désintègres le soldat, le mur et le palais, ce n'est pas très grave, dit le demi-elfe d'un ton grave, on peut toujours reconstruire le mur et le palais !

Cal et Tara le regardèrent avec surprise. L'elfe, lui, se jura que plus jamais de sa vie il ne serait désagréable avec le demi-elfe. Enfin, s'il parvenait à survivre. Il devait avoir perdu l'esprit lorsqu'il avait accepté de jouer la corvée à la courte épine. (note de bas de page, que je mets là puisqu'il n'y a pas de bas de page... Vu la taille des épines sur AutreMonde, perdre à la courte épine est l'équivalent de notre perdre à la courte paille. les Nains qui sont nettement plus sanguinaires que les sortceliers, appellent ça "perdre au doigt court", car ils utilisent les doigts de leurs ennemis pour désigner celui qui devra nettoyer les latrines ou aller taper sur des gens).

- Pasnilus pasnilus, répéta le soldat, de plus en plus affolé.

Robin eut un sourire cruel, il s'approcha de Tara et plongea ses yeux de cristal dans les yeux bleu-marine de la jeune fille. Tara déglutit. Elle trouvait le jeune elfe...étourdissant. Pas uniquement parce qu'il était trop trop wahou, mais surtout parce qu'il la regardait comme si elle était la plus belle chose qu'il ait jamais vu de sa vie. Vu qu'elle était maigrelette, que ses cheveux lui tombaient constamment dans la figure et qu'elle possédait une magie qui transformait à peu près tout en catastrophe, elle se demandait encore bien pourquoi.

- Donc, Tara, susurra Robin, répète après moi: Par l'annihilus, que le sort soit brisé et le soldat libéré!

Tara avait encore un peu de mal avec les formules alambiquées des sortceliers. Au lieu de dire tout simplement "décolle toi du mur mon gars", il fallait inventer des tas de rimes afin de "mettre la pensée au service de la matérialisation de la magie" comme disait très pompeusement Maitre Chem.

Sauf qu'avec elle, les choses ne se passaient pas exactement comme ça. Et du coup, elle se demandait sérieusement si leurs formules étaient adaptées à son cas particulier. Et puis, si elle devait affronter un jour quelqu'un dans une joute, quelqu'un comme Magister par exemple, qui lui, se passait très bien des bla bla bla, elle savait qu'elle avait plutôt intérêt à apprendre à contrôler sa magie rapidement. D'ailleurs, cela lui donna une idée:

- Par le Decollus, préféra-t-elle en lançant sa magie vers le soldat qui, à moitié mort de peur, ferma les yeux, persuadé de vivre sa dernière heure.

Mais a sa grande surprise, il se décolla. Et comme bien sûr, la magie de Tara ne pouvait pas juste se contenter d'obéir, toute son armure, ses vêtements en dessous et le reste, tout se décolla.

Une seconde après, des tas de bouts d'armure jonchaient le sol et un soldat affolé et complètement nu, se cachait derrière son plastron qu'il avait attrapé de justesse.

Si Robin affichait une moue dépitée, visiblement déçu que le soldat soit encore vivant, Cal, lui, était mort de rire.

- Tara, dit-il, ma vie était vraiment moins marrante avant que tu n'arrives. Merci beaucoup.

Tara qui avait vivement tourné le dos quand le soldat était tombé tout nu par terre, horriblement embarrassée, demanda d'une voix tremblante.

- Euh, vous allez bien Maitre Déovandil ?

- Je...oui votre Altesse Impériale, je...je vais me rhabiller si ça ne vous ennuie pas, hein. Et le message que je voulais vous donner, c'est que votre pégase n'arrête pas d'aller ennuyer les pégases de nos pégaseries (note de bas de page: Equivalent des écuries pour les pégases), ce qui les rend hargneux car ils ne sont pas libres comme lui, ils ont désarçonné deux de nos soldats hier. Le maitre des pégaseries ne veut plus qu'il vienne là bas. (il se souvint qu'il parlait à une Altesse et rajouta en se rhabillant à toute vitesse), s'il vous plait votre Altesse Impériale !

Tara regarda Galant avec reproche. Le pégase, qui avait choisi son nom lorsqu'ils s'étaient liés, le méritait amplement. Il était tout le temps en train de courir après les jolies pégases des soldats. Si les pégases filles le trouvaient trop chou, les étalons, eux, n'avaient qu'une seule envie, c'était de planter leurs griffes dans la gorge de Galant. Le cheval ailé retransmis tout ceci si vite à Tara que celle-ci en eut le vertige.

- Merci, Maitre Déovandil, je vais restreindre l'accès des pégaseries à Galant.

Le soldat, entièrement habillé quoiqu'encore un peu noirci sur les bords, se présenta devant elle. Il avait les cheveux ébouriffés mais si Tara avait envie d'en rire, pour épargner sa dignité, elle s'en abstint.

- Merci votre Altesse Impériale.

Il la salua avec un bong sonore, puis repartit d'un pas qui ressemblait beaucoup à une course. La porte ne claqua pas derrière lui, car c'était une porte bien élevée, mais on sentait que le soldat aurait bien voulu.

Tara s'assit sur le joli canapé bleu, parsemé de fleurs blanches non pas brodées, mais qui poussaient sur le canapé et s'écartèrent lorsqu'elle se posa.

- Bon, dit-elle en regardant ses mains toujours bleues, ce n'était pas Maitre Déovandil la menace, visiblement. Comment je fais pour me débarrasser de ce truc?

Cal haussa les épaules.

- Si c'est le dragon qui t'a ensorcelée, allons voir l'ensorceleur non?

Tara aimait bien le dragon bleu, même s'il lui faisait peur en même temps. Elle soupira.

- Très bien. Allons voir Maitre Chem!
... Voir plusVoir moins

Lire sur Facebook

1 semaine

Tara Duncan

La Fnac de Lyon a décidé de décaler la dédicace du 5 décembre au samedi 12 Janvier. J'adore quand ils font ce genre de choses aux auteurs, très élégant ça... ... Voir plusVoir moins

Lire sur Facebook