Blog et news de Sophie Audouin

15 janvier 2007

SAMU

En fait, là, je ne devrais pas être devant mon ordinateur *regarde nerveusement par dessus son épaule, genre espionenmissionultrasecreteentraindephotographierdesplansultrasecrets* parce que j’ai fait une zoulie crise de tétanie hier soir et que du coup j’ai deux dragonnes et un dragon à la maison qui me surveillent et m’empéchent de travailler.

Vous connaissez surement l’expression "être tétanisé d’effroi" ben voilà, c’est exactement ce qui m’est arrivé hier soir.

Non, je n’ai pas fait la connaissance de Magister, venu me demander quelques comptes, et pas plus avec le fantôme du dragon renégat un peu en colère que j’ai fait transpercer ses DEUX coeurs par une lance de licorne. Je me suis juste retrouvée en pleine crise, sans aucun facteur extérieur. Super bizarre !

En fait, pour être franche, j’ai cru que j’étais en train de faire une crise cardiaque. Ben quoi "bonjour l’optimisme !", je pouvais pas savoir hein. Imaginez. J’étais à la maison, tranquille avec Marine. Philippe était en train de rentrer de chez des amis, et se trouvait à quatre vingt kilomètres de Paris, et Diane était en concours blanc, ce qui un dimanche est limite sadique. Nous étions donc, Marine et moi, en train de regarder "The Island" avec Ewan Mcgregore et Scarlett Johansson, lorsque tout à coup, la vache, j’ai eu l’impression de prendre une douche dans mon lit.

Après avoir regardé soupçonneusement s’il n’y avait pas un Elémentaire d’eau planqué sous les draps, j’ai réalisé que j’avais fait ce coup là toute seule. Inondée de sueur, le coeur à 200 pulsations minutes, impossible de respirer et la tête qui faisait les montagnes russes, version longue, avec les huit tours de rigueur, la tête en bas.

Je me lève, flageolante un max, verrouille mes genoux histoire de passer du stade "gelée bloblottante" au stade "motricité demandée", fonce vers la fenêtre, essaye de respirer mieux, n’y arrive pas, fonce vers la salle de bain, m’asperge d’eau glacée, re-essaye de respirer, n’y arrive pas mieux et me rend compte que je suis en train de m’évanouir tranquillement. Enfin, non, pas tranquillement du tout, vu que pour une très mystérieuse raison, j’ai éprouvé le besoin absolu de me laver les dents. Oui, je confirme, le manque d’oxygène pousse vraiment à faire des trucs super bizarre. Ma fille Marine, hallucinée et totalement angoissée en voyant que je paniquais tout en me brossant vigoureusement les dents (on arrête de rigoler hein ! je sais, c’était ridicule, mais bon !) se précipite vers le téléphone pour appeler le médecin de garde. Je lui dis que ce sera trop long. Et ma seule angoisse était de m’évanouir ou de mourir en laissant Marine toute seule. De quoi traumatiser quelqu’un à vie. Donc je m’accrochais grave à ma conscience, comme un naufragé à son bout de planche qui prie très fort pour que les sillages en V autour de lui soient des ailerons de dauphins. Je flageole jusqu’au salon, je mets mes pieds sur une chaise et je m’allonge. Enfin, non, histoire d’éviter de me casser la figure, je m’allonge d’abord ensuite je mets mes pieds en hauteur, afin de remonter le sang vers le cerveau.

Je pensais que j’étais en train de mourir. Parce que mes bras fourmillaient comme si une colonnie de fourmis agitées étaient en train de se faire les mandibules sur mes cellules et que mes mains étaient totalement paralysées. Je ne pouvais plus les bouger. Marine a été héroique. Toute seule avec sa maman qui, les pieds en l’air et les mains recroquevillées comme des serres lui décrivait les symptômes pour le Samu, elle n’a pas paniqué une seule seconde.

Celui qui a paniqué, lui, c’est mon merveilleux mari. Je ne voulais pas que Marine soit toute seule et je lui ais dit d’appeler Philippe qui à ce moment là se trouvait au niveau de Velizy. Euh, j’espère qu’il n’y avait pas de radar à ce moment là, parce que je ne suis pas sûr qu’il n’ait pas enclenché la Vitesse Lumière de notre DeLorean starfighter…ah bon, on n’a pas de de Lorean ? Ben chuis pas sûre, hein, vue la vitesse avec laquelle il est rentré à la maison. Le SAMU aussi, m’a impressionnée. La protection civile est d’une hallucinante efficacité. Moins de 5 minutes après qu’on ait appelé, ils étaient à la maison. Wahou, bravo et formidable ! Entre temps, Diane était rentrée et avait trouvé une scène d’épouvante digne d’une série Z, juste au moment où, mon formidable cardiologue l’immmennnnnse Docteur Farcot, rappelait suite au message que je lui avais laissé sur son portable en lui disant juste que j’étais un peu en train de mourir. Bon, d’accord, j’admets que je n’y suis pas allée avec le dos de la cuillère, mais mettez vous à ma place hein !

Il m’a expliqué que j’étais en train de faire une crise de tétanie et non pas une crise cardiaque et qu’il fallait que je souffle dans un sac plastique. Là, j’avoue que j’ai été un peu interloquée. Euh, pourquoi dans un sac plastique ? Diane a couru dans la cuisine, a récupéré un sac plastique congélation, en même temps que du jus d’orange dans lequel elle a mis 4 morceaux de sucre selon ce que lui disait le Dr Farcot. Ben croyez moi, c’est suprémement efficace, incroyable ! En respirant quatre fois dans le sac, puis normalement, puis encore quatre fois dans le sac, une demi-douzaine de fois, j’absorbe mon propre gaz carbonique, ce qui régule les échanges gazeux dans mon sang, interrompant la suroxygénation provoquée par la crise (quand on a peur, on respire plus vite ce qui hyperventile et hop ! crise de tétanie et perte de conscience, pas cool ! Les plongeurs en apnée connaissent bien ce problème et y sont très attentifs). En buvant le jus d’orange, le glucose du sucre alimente la machine qui est mise à mal par la crise. Lorsque le SAMU est arrivé, mes mains étaient toujours paralysées, mais je n’étais plus au bord de la perte de conscience et mon coeur battait de nouveau normalement.

Nos amis, Thomas et Anne-Marie ont aussi été formidables. Comme Thomas était avec Philippe, il a appelé sa femme, Anne-marie qui habite près de chez moi et a foncé dans un jean pour venir à la maison en attendant qu’ils arrivent. Du coup, il y avait un monde fou à la maison ! La crise est passée, ce matin, à jeun, j’ai un vampyr qui m’a pompé un demi litre de sang, du coup j’ai failli m’évanouir dans le laboratoire et les médecins m’ont dit, en coeur (ha ah), que j’étais trop stressée. Par le film (Pathé ou pas Pathé that is the question ! lol ! et ne me dites pas Saucisson où je vous mords hein !), par les livres, par la BD, par les concours de Diane et le Bac Blanc de Marine, par la mort de mon ami Laurent Bonelli et celui de ma grand-mère, par mes allez et retour et mes trop nombreuses dédicaces qui m’ont épuisée physiquement. Ben moi je ne me sentais pas stressée, hein, plutôt contente et en pleine forme. Bizarre bizarre ce cerveau !

A propos de dédicace, je vais quand même à Bordeaux, parce que je ne veux pas annuler alors que c’est dans deux jours et que le libraire d’Alice Media Store a envoyé 3 000 invitations, mais j’ai annulé le salon de Nimes du 27 et 28. Ne m’en voulez pas, mais si je m’évanouis au milieu du Salon du Livre, je pense que ça ne va pas le faire du tout, et j’aimerais éviter de traumatiser mes fans, après avoir traumatisé toute ma famille.

OOOOPPPSSSS !

Maaaa vie
2451 commentaires
  1. LoDream, (Surnommée Fraise des Bois par sa Chamallow ^^)

    Aie! Une crise de tétanie !!
    Ma mère en a eu plusieurs et vraiment c’est dur de gérer ça !!
    Bravo à Marine qui a su faire ce qu’il fallait ^^

Poste un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.