Blog et news de Sophie Audouin

11 avril 2010

les mystères insondables du monde de l’édition, où comment décrypter les éditeurs…et éviter les pièges des faux éditeurs.

En général, les taraddicts sont de grands lecteurs. Et les grands auteurs sont toujours de grands lecteurs. Donc, les taraddicts écrivent vraiment beaucoup et je reçois, tous les jours, des dizaines de “premier chapitre”.

Avec ce premier chapitre, il y a toujours la phrase “je voudrais me faire éditer”. Mais la grande majorité d’entre vous ne sait pas du tout comment faire et vous pouvez aussi, être la proie de soit disant sociétés d’éditions, en réalité des imprimeurs déguisés, qui vous font payer des fortunes pour soit disant vous éditer. Combien de fois ais-je reçu des mails enthousiastes des taraddicts qui me disaient : Ayé ayé, je vais être édité, mais c’est cher, ça va couter 1000, 2000, 3000 euros à mes parents…

Comme ça commence sérieusement à me gonfler que mes taraddicts se fassent avoir, je vais donc vous donner quelques règles très simples :

1) Un éditeur est un acheteur. Rien de plus, rien de moins. Il va vous payer pour avoir le droit d’éditer votre livre. Mon premier livre, par exemple m’a été payé 3100 euros. J’avais en plus, un pourcentage sur chaque livre vendu qui allait de 10% du prix hors taxes jusqu’à 10 000 exemplaires vendus, 12 % au dessus de 20 000, 14% à partir de 50 000 exemplaires vendus.
L’éditeur se rembourse de l’avance, c’est à dire qu’il ne commence à vous payer la seconde partie, c’est à dire les pourcentages sur livre vendu, qu’à partir du moment où la somme de 3100 euros, la fameuse “avance”, est remboursée par les ventes de livre. Donc, quoi qu’il arrive, sauf aux éditions Plon qui ont exigé le remboursement de mon avance lorsqu’ils ont décidé de ne pas me publier après m’avoir signé mon contrat (ce qui est minable et se pratique très peu dans le milieu), vous garderez cet argent, même si votre livre ne se vend pas du tout.

2) Quel est le travail de l’éditeur ?

A) Il travaille votre livre avec vous. Vous signale vos erreurs, ce qui va et ne va pas. Soyons clairs, les éditeurs sont des êtres humains comme les autres, il y en a des bons et des mauvais. Mais en général, ils sont plutôt de bon conseil.

B) Ensuite, l’éditeur va faire travailler les graphistes afin que vous ayez la couverture la plus efficace possible. Il y a des outils marketing pour cela. Les éditeurs qui pincent le nez en disant qu’ils ne font pas de livres commerciaux utilisent exactement les mêmes outils, c’est toute l’ironie de ce curieux métier. C’est là où les éditeurs sont crucifiés. Ils disent faire un métier très noble, intellectuel et tout et tout, sauf que ce métier doit payer leur steak de tous les jours. Donc pas le choix, ils doivent vendre…

C) L’autre grand atout de l’éditeur, c’est qu’il dispose d’un circuit de distribution. C’est à dire que ses commerciaux vont aller voir les librairies, les supermarchés etc afin qu’ils prennent votre livre. En fonction du nombre de livres qui sont mis en place, vous avez une plus ou moins grosse exposition. Par exemple aujourd’hui, Tara est mise en place à 50 000 exemplaires. Pour mon premier livre, Seuil l’avait mis en place à 8 000 exemplaires.

D) Ensuite, pour en faire la promotion, l’éditeur fait intervenir une attachée de presse. Là aussi, il y a de bonnes attachées de presse et des mauvaises. C’est un métier passionnant, mais terrible. Les journalistes sont de plus en plus submergés par des centaines de livres à lire ou à défendre et selon le talent de l’attachée de presse, le vôtre peu parfaitement passer à la trappe. C’est ce qui est arrivé à mon amie Martine Mairal, avec son excellent polar “Lorsque la lune sera bleue” qui n’a eu quasiment aucun papier. Elle a clairement eu un mauvais attaché de presse, ou pire, un attaché de presse qui avait d’autres livres plus “importants” à défendre. Comme des livres “people” qui sont faciles à placer auprès des journalistes, surtout de télévision.
En revanche, lorsqu’on en a une bonne, comme celle de chez XO, c’est total bonheur. Attention, cela ne veut pas forcément dire que les articles seront élogieux hein, mais au moins, les journalistes en parleront et c’est ce qui est important…

E) Enfin, ce qui est loin d’être négligeable, il y a aussi tous les services annexes : Déclinaison de votre livre au cinéma ou à la télé, vente de votre livre aux éditeurs étrangers. Chaque année, il y a ce qu’on appelle des “book fairs” dans le monde entier, où les éditeurs envoient leurs services de droits étrangers montrer votre livre et essayer de le vendre. C’est comme ça que Seuil a vendu mon livre dans 12 pays. Chaque pays paye une somme forfaitaire et un pourcentage sur les ventes, cet argent est partagé à 50/50 avec l’éditeur. Enfin, il y a la négociation des droits avec les livres de poches, qui sont d’autres maisons d’éditions spécialisées. Là aussi, l’argent est partagé en deux.

Tout ceci, un imprimeur est incapable de le faire, bien évidemment. Alors, ces soit-disant maisons d’édition qui vous annoncent qu’ils vont vous publier si vous les payez sont ce qu’on appelle des maisons à compte d’auteur. C’est en fait, comme si vous vous publiez vous-même. Et là, bien évidemment, ils acceptent tous les textes, même les plus mauvais, puisqu’ils veulent juste faire du chiffre d’affaire. Donc en aucun cas cela ne démontre de la qualité de votre texte.

Pour terminer, beaucoup d’entre vous me demandent comment faire pour se faire éditer, si on ne risque pas de leur “piquer” leur texte et si à 12, 14, 18 ans, ils ont une chance de se faire publier. Voici donc ma réponse
1) Je ne vois pas bien pourquoi vous mettriez votre âge sur votre lettre d’accompagnement. L’éditeur se fout totalement que vous ayez 1 an ou 102 ans, seul le talent compte
2) Une lettre courte du type “Voici xxxxx, mon roman de fantasy/polar/thriller/histoire d’amour, j’espère que vous aurez autant de plaisir à le lire que j’ai eu de plaisir à l’écrire, bien à vous” et votre signature. Les longues proses expliquant le pourquoi du comment, ils ne le lisent pas.
3) Ne mettez ni dessin ni carte, ni machins décoratifs. Ils s’en fichent et de toutes les façons le graphisme ne dépendra pas de vous, alors inutile de vous fatiguer. Ne mettez pas non plus de remerciements sur la page de garde, ça fait prétentieux, vous le ferez lorsque vous serez sûrs d’être édités.
4) Votre tapuscrit doit être écrit en corps de police 12, avec un interligne et demi entre chaque ligne. C’est plus facile à lire pour l’éditeur. Aucun éditeur n’accepte de fichiers mails, tout simplement parce que cela leur ferait trop cher à imprimer et qu’il est impossible de travailler sur un texte sur un ordinateur. Il doit impérativement être imprimé.
5) Sur la page de garde, remettez votre nom, votre adresse, votre tel et votre adresse mail, les éditeurs perdent souvent les pages d’accompagnement.
6) Envoyez votre tapuscrit A TOUS LES EDITEURS ! C’est tellement difficile de se faire éditer que “choisir” est complétement débile. Le bon éditeur sera celui qui vous choisira et vous achetera. Point.
7) Personne ne vous piquera votre texte. Les éditeurs reçoivent en moyen 5000 manuscrits par éditeur et par an. Sachant qu’il y a rarement plus de 4 éditeurs par maison d’édition, ils n’ont aucune raison de vous voler votre texte, il est plus simple de vous publier…
8) Enfin, les éditeurs ont rarement le temps de lire votre livre en entier. Si les premières pages ne sont pas bonnes, ils ont tellement de manuscrits à lire qu’ils mettent à la poubelle tout de suite. Donc la règle numéro 1, c’est qu’il faut que les premières pages soient ébloulissantes et les dernières aussi…ainsi, votre tapuscrit aura une bonne chance d’aller en comité de lecture et peut être d’être choisi !
9) Enfin, faites corriger autant que possible vos fautes avant d’envoyer votre travail. C’est une simple question de courtoisie pour le travail de l’éditeur. Un livre truffé de fautes au point d’être illisible sera vite rejeté.

Ben voilà, je vous ai dévoilé quelques unes des règles d’or de ce métier. A présent, bon courage !

HACA fans de Tara !

Maaaa vie
4641 commentaires
  1. Talys. Comment ça déchire.

    Coucou Mamoiselle !
    Regarde le résultat ! I’m with Ethan !

  2. oh mais non Hugo t’inquiète pas les filles s’attache plus au mecs que tu ne le pense…^^

  3. ? Mamoiselle Öwena Pixie SünBeam ? Hafsa ?

    Coucouma jumelle! *caliiiiiiiiiiin* Toi auss tu m’as manqué! Euh… t’es pas censé etre en bretagne?

  4. Talys. Comment ça déchire.

    Bon, ben… AU REVOIR ETHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN !

    *l’embrasse*

  5. Tak drow

    eh oui j’avoue je suis coupable je poste peu, je ne suis pas les cours d’anglais(c’est pas vrai ça)
    et je fait des post hors sujet!

  6. je suis en bretagne chez ma coopine !

  7. Talys. Comment ça déchire.

    MAIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIS EUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUH !

  8. Talys. Comment ça déchire.

    Ethaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan ! Mon au revoiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiir !

  9. Messua

    merci pour les indications
    bay
    messua

  10. Pierrevivante

    ca y est c’est les vacaaaaaanceeeeees! youpiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

  11. Pierrevivante

    quoi! pas un seul message depuis….2 jours! c’est la fin du monde ou quoi?

  12. Violinou

    merci Sophie, je passe de temps en temps mais ne commente plus beaucoup, c’est sympa de faire ça. je ne compte plus me faire éditer mais bien devenir éditeur, espérons qu’un jour je dénicherai un ou deux tarradicts dans mes auteurs !

    bisous, je ne vous oublie ni toi ni Tara

  13. Nymphetameen

    Personnellement, je n’ai pas le sentiment que mes textes soient assez bons pour passer par la case édition, alors je n’y pense même pas, mais ton article est très intéressant ! Il m’aurait bien servi l’an dernier, quand j’étais en première année de “métier du livre” et que je devais faire un dossier sur l’édition ^^

  14. Giligi

    bonjours je m’appelle gilliane et je viens de m’inscrire sur ce super site. Comme tout le monde sur ce site je suis une très très très très grande fan de tara duncan. J’adore lire surtout ces livres qui sont très prenant. J’aime aussi écrire des histoire mais je n’oserais jamais les montrer à d’autre personnes qu’a ma famille alors encore a un éditeur.

    VIVE TARA ET VIVE SOPHIE

  15. Marie37

    bonsoir Sophie !!
    Je suis nouvelle ici. Je voulais te féliciter pour tout ce que tu nous fais vivre dans tes livres, c’est tellement merveilleux !! J’ai découvert l’univers de Tara en décembre dernier et j’ai avalé les 2 premiers tomes !! j’attends avec impatience que les tomes suivants sortent dans la collection pocket jeunesse pour les avoir tous dans le même format !! J’ai aussi initié beaucoup de mes amies qui sont devenues elles aussi de véritables Tara-addict !!

    Je voulais te demander : est ce que le film sera la continuité des livres ou est ce qu’il raconte une histoire complètement nouvelle ou alors est ce que ce sera une adaptation des livres au cinéma ?

    voilà. Merci encore d’être présente et de partager ce blog avec nous, tes fans !!

    Marie =)

  16. Giligi

    Je suis d’accord avec Marie. Les livres Tara Duncan sont des livres qui nous plongent dans un univers merveilleux. Pendant quelque temps quand on les lis on a l’impression d’être a coté ou de vivre les aventures de Tara. Moi je n’est pas attendu que les autres livres sortent en poche car je suis trop impatiente j’ai dévoré les 5 premier tome et je suis loin d’être rassasié.

  17. Marie37

    salut giligi !
    oui je pense que je vais aussi les empreinter à la bibli parce j’en peux plus d’attendre !! Je lis des tonnes de livres mais je fais que de me dire “il me faut la suite de Tara !” Elle me manque beaucoup XD

    Marie =)

  18. Giligi

    salut marie,
    Et ouais difficile de resister à Tara duncan! ces livres sont géniaux et remplit de suspense juste comme je les aime.non plutôt comme je les adore!!! Quand j’ai essayé d’expliquer a ma grande soeur se que je ressent quand je lis tara duncan elle m’a pris pour une folle (même si c’est un peu vrai) car les mots manquaient. difficile de lui expliquer a elle qui ne les a pas encore lu ! mais je suis sure que quand elle les aura lu elle deviendra aussi une
    Tara-addict!:D
    giligi

  19. Marie37

    hey, salut =)
    oui mdr c’est sur ! Elle sera totalement accro ^^ personne ne peux résister au charme de notre chère Tara.
    Tu as lu le 6eme tome ? moi je ne peux pas empreinter le 3eme pour le moment parce qu’une amie (que j’ai initié a Tara) l’a empreinté largement avant d’avoir terminé le 2eme ! mais bon XD je finirai bien par l’avoir !!!

    A+
    Marie

  20. Giligi

    marie,
    euh…non je n’est pas encore lu le 6 em mais je l’ais. le titre c’est “dans le piège de magistère” fait attention car dans le 5em il y a écrit suite dans la planete des dragons mais ils ont changé le titre. au début j’ai cherché partout tara duncan et la planete des dragons evidemment je trouvais pas!mdr
    giligi bonne chance pour attendre le troisieme!!!!

  21. Marie37

    Giligi,
    en fait, au début je pensai que Tara Duncan dans le piege de Magister était le 3eme tome donc je l’ai acheté mais en arrivant chez moi je me suis rendu compte de mon erreur. Je croyai que c’était le 3eme car il n’y a que 3 tome sorti en pocket jeunesse : le 1, 2 et 6 !!
    c’est dommage mais comme ça je l’ai deja ^^

    Mon amie a deja fini Tara 3 donc je vais l’empreinter dès que je peu !! mais j’ai deja empreinté d’autres livre parce que je pensai qu’elle mettrai plus de temps !! mdr ^^

    Marie
    P.S : je suis en train d’écrire une histoire veux tu la lire pour me dire si c’est bien ? mes amies l’on deja lu et di qu’elle était pas mal mais j’aimerai avoir des avis extérieur ^^

  22. Giligi

    marie37
    bien sure pas de probleme pour lire ton histoire!! Au contraire je suis ravie que tu me l’ais proposé!!J’espère qu’elle sera drole hihi! moi personnelement quand j’écris des histoires je ne peux pas m’empêcher de mettre du fantastique!!

    dommage que tu te sois trompé de livre mais comme tu as dis (euh…écris) au moins tu l’as!

    ps: desolé du retard.

  23. Marie37

    ce n’est pas grave. voila mon histoire mais si tu recherchais quelque chose de drole ce n’est pas le bute de cette histoire. Pour l’instant je n’est écris que le début et la suite des évenements de l’histoire peut changer a n’importe quel moment !!

    Chapitre 1 :
    Elina

    Je m’appelle Elina, j’ai presque 16 ans, je mesure 1m64, mes cheveux sont châtain foncés et bouclés, mes yeux sont marron et je suis lycéenne. Bref, je suis tout à fait banale.
    Je vis dans une maison en France, à Tours, avec mes parents, Stéphane et Béatrice et mon frère Timéo qui a six ans. Je vais au lycée de la ville comme les autres adolescents de mon âge. Cette année, encore, je suis dans la classe de Katy. Elle est ma meilleure amie et nous passons le plus clair de notre temps ensemble. Elle est grande, aux cheveux châtains clairs et elle est fan de mode. Elle passe son temps dans les boutiques de Tours à essayé de trouver les habits les plus tendances du moment. On adore admirer les beaux garçons quand nous nous baladons dans la rue et au lycée.
    J’adore faire de l’ordinateur et passer un temps fou sur MSN à papoter avec mes amies !!
    La lecture comme on dit c’est mon dada, certains parents reprochent à leur enfants de ne pas assez lire mais avec les miens c’est tout le contraire. Entre mes discussions sur MSN, je lis encore et encore, dès que j’ai un petit moment. J’avale les livres sans même m’en rendre compte !

    * * *

    Je me balade à Tours avec Katy. La rue est bondée de monde. On marche tranquillement en regardant les boutiques de fringues et en débâtant des beaux garçons qui peuplent cette planète. Quand soudain, mes yeux s’arrêtent sur une petite chose brillante. Sans savoir vraiment ce que je fais, je traverse la route, comme hypnotisée. Je ne prête aucune attention aux voitures qui klaxonnent en me voyant traverser sans regarder. Je continu donc mon chemin pour aller voir ce dont il s’agit car c’est vraiment intriguant.
    Et là, au lieu de trouver quelque chose qui peut être susceptible de refléter le soleil comme un bijou, je trouve un carnet. Tout d’un coup je sursaute : Katy m’appelle depuis qu’elle a remarqué que je ne la suis plus et moi, perdue dans mes pensées je ne l’ai pas entendue tout de suite.
    Comme ce carnet est étrange ! Je cesse de réfléchir et le fourre dans mon sac neuf que Katy m’a offert la semaine dernière pour mon anniversaire. Je le trouve vraiment super : il est couleur indigo avec des sequins de la même couleur, rien de mieux pour lui donner une « touche mode » comme dit Katy. Je hausse les épaules. Après tout, personne n’a l’air de le chercher. Enfin, bref, je la rejoins rapidement car elle a l’air de vraiment ce demander ce que je fabrique.

    – Tu faisais quoi Elina ?
    – j’ai trouvé un carnet par terre mais je ne sais pas d’où il vient.
    – Fais voir !
    – On verra ça au Mac Do en mangeant.
    – Ok miss, c’est toi qui décide !
    Et on repart faire les boutiques sans se préoccuper de ce qu’il contient ; je l’oubli vite car on est à fond dans nos essayage de vêtements. On essaye des robes de soirée toutes plus belle que les autres mais je jette tout de même mon dévolu sur l’une d’entre elle : noire (d’après Katy c’est ce qui va le mieux avec mon teint hâlé), elle est serrée à la taille et recouvert de tulle noire avec des sequins noirs brillants cousus dessus : elle est sublime. Katy, elle, préfère une robe plus simple, bleue, recouverte elle aussi de tulle noire ; elle lui descendait jusqu’aux genoux ; la mienne est tout de même un peu plus courte. J’aurai bien voulu me l’acheter mais je n’ai pas d’argent sur moi. Dommage… mais bon à ce prix là je ne peux pas me le permettre de toute façon. Peut être à noël, qui sait ? En mangeant, je me rappelle soudain que j’ai le carnet dans mon sac, je le sors et le montre à Katy. Elle est impressionnée par la qualité de celui-ci. Il faut dire qu’elle aime tellement la déco et que ce carnet est tellement stylé, qu’il l’a vite passionné !
    Après avoir mangé (et admiré le carnet), on retourne faire les magasins puis on rentre, fatiguées mais heureuse de nos achats : des bijoux sublimes achetés pas cher dans un petit magasin nommé Magic’s Bijoux. Du coup Katy en a profité pour prendre des petites breloques à pendre à ses sacs et d’autres choses pour faire ses propres créations. Nous avons aussi acheté des vêtements pour cet hiver qui s’annonce rude.
    Une fois rentré chez moi, je regarde le carnet sous toutes les coutures (je n’ai pas eu le temps de le faire tout à l’heure Katy me l’a pris tout de suite des mains pour passer le repas à l’admirer) : il est en velours violet foncé avec des fleurs de toutes les couleurs, et quelques dizaines de faux diamants aux reflets argentés dessus. Un rectangle doré est collé dessus et il y a une très fine encoche dedans, je me demande à quoi elle sert. Ce carnet est très original mais surtout très intriguant. Je ne comprends toujours pas la force qui m’a poussé à le prendre. Après l’avoir bien contemplé, je tente de l’ouvrir mais impossible. Il demeure fermé. Pourtant rien ne le retient. Les pages semblent juste collées… Je le jette à l’autre bout de mon bureau et le laisse, il ne sert à rien et en plus il ne s’ouvre pas alors il ne m’intéresse plus.

    Une semaine plus tard : lors de ma pyjama party

    – Elina ! Elina !
    Katy me réveille brusquement, j’allume les petites lumières violettes qui sont sur mon mur et cela donne un effet terrifiant sur sa tête : elle tremble comme une feuille et me regarde d’un air vraiment anormal.
    – HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!!
    – Calme-toi !
    – Qu…Qu…quoi ?
    – Elina, est ce que tu as le carnet que tu as trouvé la semaine dernière ?
    Je mes un moment avant de reprendre mes esprits je tellement sa tête est terrifiante. Puis je me souviens de ce carnet que j’avais abandonné du fait du manque d’information dessus.
    – Je crois, attends je vais le chercher. Pourquoi il t’intéresse ?
    Je suis surprise de sa question mais je me mes tout de même à chercher ce carnet que j’ai posé je ne sais plus où. Une fois le carnet trouvé, je lui tends.
    – Oui ! C’est le même ! Elina, ce carnet, je l’ai vu ! Elle me l’a montré.
    – Où ? Et qui ?
    – Dans mon rêve, une fille ; elle avait l’air très inquiète.
    – Tu délires Katy. Dors on verra ça demain.
    – Non ! Je te jure. Tu avais un bracelet trop beau à ton poignet aussi.
    – A moi ?
    – Ba je pense, si tu l’avais a ton poignet. J’ai une question à te poser à propos de ça.
    – Vas-y, Tu sais quand même qu’il est plus de 4 heures du mat’, dis-je en baillant.
    – Oui, je sais. Alors, tu arrives à l’ouvrir ce carnet ?
    – Ba non, tu sais bien, je te l’ai dis et je l’ai laissé dans un coin après parce que ça m’énervais de ne pas trouver comment l’ouvrir ! répondis-je en me demandant pourquoi elle me posait une question aussi étrange. Pourquoi ?
    – Montres-moi ton carnet.
    – Si tu veux, dis-je avec un regard en coin vers elle. T’es étrange en ce moment.
    Je lui passe, elle le regarde avec attention et elle me demande : « ils sont où tes bijoux ? » je lui désigne mon bureau où sont posés l’ensemble de mes bijoux et elle se met à farfouiller dedans ; je la regarde, perplexe. D’un coup, elle pousse un petit cri. Inquiète, je vais la voir, elle tient un bracelet avec des petites breloques dessus.
    – Il n’est pas à moi
    – Quoi ?
    – Le bracelet : ce n’est pas le mien.
    – A bon ? Pourtant il est chez toi.
    – Oui je sais et je ne vois vraiment pas comment il est arrivé ici.
    – Pas grave. Regarde plutôt ce que j’ai à te montrer.
    Elle prend le carnet et la, je la vois agiter le bracelet sur le carnet. Et…CLICK ! Et elle ouvre l’agenda.
    – Mais comment à tu fais ça ? Ca fait des semaines que je cherche comment il s’ouvre et toi tu débarques comme ça et tu me l’ouvre avec un BRACELET !!?
    – Euh… oui. Je t’avais bien dis que j’avais raison.
    – Je vois ça. Regardons ce qu’il y a à l’intérieur.

    Rien. Il n’y a rien. Vide et en parfait état. J’ai beau regarder toutes les pages les unes après les autres et dans tous les sens, il reste vide et impeccablement propre. Même Katy avec ses yeux ne voit rien, pourtant c’est toujours elle qui voit les plus petits détails sur une feuille, ceux qui sont invisible aux yeux des autres. C’est tellement étrange ! D’après elle, dans son rêve, le carnet ne s’ouvre qu’avec le bracelet qui est dans ma chambre et dedans il y a pleins de mots écrit, avec des dates comme un carnet secret ou un agenda.
    Elle m’a aussi raconté qu’une fille lui parlai, elle lui disait : « Aides-moi, aides-moi ! J’ai besoin de toi et de ton amie. » La fille était assise sur un lit dans une pièce qui était la copie conforme de … la chambre d’Elina ! Sauf que les meubles étaient différents. D’après la description de Katy, la fille avait les cheveux longs et blonds ; ses yeux étaient bleus comme l’océan, elle portait une robe blanche ; son physique est le plus contraire possible au mien. Elle semblait se cacher. Mais de quoi ? Ou de qui ?
    C’est étrange, j’hésite à la croire Katy, mais elle insiste tellement et a l’air si sûre d’elle et puis avec ce qu’elle vient de me montrer avec le bracelet, je pense que je devrai la croire tout de même. Mais pourquoi cette fille avait cet agenda alors qu’il n’y a que le bracelet pour l’ouvrir et que c’est moi qui l’ai ? Elle devait surement l’avoir aussi. Mais pourquoi il est chez moi ? Dans mes bijoux ? Je dois certainement la connaître et elle a déjà dut venir chez moi il n’y a pas longtemps. Mais je ne vois pas du tout qui ça peut être. Aucune de mes amies n’est venue chez moi à part Katy la semaine dernière.
    Je suis sûre que cette fille a un rapport avec le carnet ET le bracelet. Mais qui ? Il faut que je mène mon enquête pour tirer au clair tout ça ! Katy va pouvoir m’aider, elle qui adore les mystères. Demain, je demanderai à toutes mes amies si il le bracelet leur appartient ou si elle l’on déjà vu. Mais je pense tout de même que je l’aurai reconnu en le voyant : il est tellement magnifique !!

    Je leur ai demandé mais aucunes d’entre elles ne l’a reconnut. Katy de son coté à fait un article dans le journal du lycée pour savoir si quelqu’un reconnaissait l’agenda et le bracelet comme étant les leurs. Mais les jours s’écoulent et personne ne les réclame.
    Chez moi, des choses étranges se déroulent : Je ne retrouve plus certaines de mes affaires et certaines apparaissent sans que je sache comment ! Katy est elle aussi très impressionnée. On a alors pensé à une plaisanterie, mais qui ça peut être ? Tommy, le gars le plus bête de tous les secondes ? Non ça ne peut pas être lui, il ne m’a jamais embêté et on ne se connaît presque pas ; c’est tout juste s’il sait qui je suis !
    Les jours continuent de se passer sans rien d’étrange qui se reproduise. Katy a mit des affiches dans les boulangeries et magasins de la ville ; le temps passe et personne ne se déclare comme possesseur de ces objets.
    Ça fait maintenant presque trois semaines que j’ai le carnet.

    * * *

    Les événements étranges ont recommencé à se dérouler ce matin. Ce n’était pas comme quand des affaires apparaissaient et disparaissaient dans ma chambre, mais c’est quand même impressionnant. J’ai d’abord cru à un rêve alors je me suis pincé le bras, encore et encore jusqu’à ce que je me réveille vraiment ; mais non c’était bien réel. Je vais vous raconter : je me suis levée comme à mon habitude pour aller au lycée (c’est-à-dire six heures du matin ; je suis la première car mes parents commencent plus tard et mon frère n’est qu’en primaire donc il se lève largement après), je suis allé dans la cuisine pour préparer mon petit déjeuner et là j’ai découvert que les meubles n’était pas à leur place. Déboussolée, je suis allé dans la chambre de mes parents et je leur ai demandé si c’était eux qui avaient déplacé les meubles hier soir ; mais la seule réponse que j’ai obtenu c’est l’air de panique de ma mère qui se lève subitement en répétant « Chéri, on a été cambriolé !!!! Chéri, on a été cambriolé !!!! » une fois arrivé dans la cuisine-salle à manger-salon. Silencieux, mais avec un regard étrangement inquiet mon père a suivit ma mère jusque dans la pièce où avait eu lieu le cambriolage quelques heures plus tôt (je suppose).
    Ensuite, mon père a appelé la police pendant que ma mère, terrifiée qu’on soit entré chez elle pendant la nuit et qu’on ai pu toucher à ses affaires, s’est effondrée sur le canapé les mains sur la tête.
    Voilà. Maintenant on attend l’arrivée de la police pendant que mon frère se met à pleurer, que ma mère tente de le consoler et que mon père tourne en rond comme un poisson dans son bocal. Moi, je les regarde tous les trois. Je sais que ce n’est pas possible. Ça ne peut PAS l’être. RIEN n’a été volé, il n’y a AUCUNE chance pour qu’un voleur réussisse à entrer : toutes les portes qui viennent de l’extérieur sont fermée à clé, elles n’ont pas de trace de tentatives d’enfoncement ou quelque chose dans ce genre.
    Avant de partir au commissariat, j’envois un message à Katy pour la prévenir de mon retard tout en résumant ce que je viens de découvrir.
    Après avoir passé la matinée à devoir expliquer aux policiers ce que j’ai découvert, mes parents m’ont obligé à aller en cours malgré la situation. Je pense qu’avec ce qu’il c’est passé j’ai bien le droit à une journée de repos, histoire de me remettre de mes émotions. Mais non, je dois y aller.
    En arrivant là-bas, je vais directement chez la CPE pour qu’elle me signe mon mot d’absence. Tout le monde me dévisage, et murmure dans mon dos ; quelle horreur ! Je file rapidement en cours. Dans la salle de classe, ils continuent de me regarder bizarrement pendant que le prof m’indique une place au premier rang et me note en retard sur sa fiche. Je déteste être en retard, surtout aujourd’hui. On me demande ce qui m’est arrivé, mais bien sur pour qu’ils me regardent tous comme ça, ils le savent déjà. Pourquoi Katy leur a raconté ?
    Trente minutes plus tard, je sors enfin de cours ; Katy m’attend devant la porte de la salle. Je la regarde furieusement et lui demande pourquoi tous le lycée est au courant, et elle me répond que Justine lui a pris son téléphone portable et a raconté à tout le monde ce que j’avais écris. Quelle plaie cette fille ! Il faut toujours qu’elle vienne mettre son nez dans ce qui ne la regarde pas. Mais une chose me console chez elle : elle le fait aussi à ses amies et elles trainent toujours avec elle. On se demande ce qu’elles lui trouvent vraiment.
    Une fois les explications faite on va au self. Katy laisse alors enfin exploser sa curiosité à l’abri des regards indiscrets :
    – Qu’est ce qui c’est passé alors ? Un beau cambrioleur à pris tes plus beaux vêtements ?
    – Euh… non pas vraiment. On a vraiment été cambriolé cette nuit.
    Voyant mon air sérieux, elle calme sa joie.
    – Ohh ! Mais comment ?
    – Je n’en sais rien. C’est tellement bizarre ! Je ne suis pas sûre que ce soit un cambriolage.
    – Mais pourquoi ? Tu viens de me dire à l’instant le contraire !
    – Oui, je sais. Mais rien n’a été volé, il n’y a aucune trace d’effraction ni autre chose dans le genre.
    – Ah oui. Là, effectivement, c’est étrange. Mais peut être qu’une des fenêtres ou portes étaient ouvertes ?
    – Non, j’ai tout vérifié justement. Je ne suis pas sûre mais j’ai l’impression qu’on veut me faire passer un message.
    – Tu en es certaine ?! Parce que la, ça devient vraiment très…étrange.
    – Je sais. Et je ne sais pas comment je peux en être aussi sûre.
    – Oui. On n’est pas dans un bouquin la, et les gens ne traversent pas les murs que je sache !
    – Mais il faut bien trouver une explication… Viens chez moi ce soir avant que mes parents rentrent et on regardera si quelque chose de nouveau est arrivé pendant mon absence et celle de mes parents.
    – Aurais-tu peur par hasard ? dit-elle en rigolant. Je la fusille du regard et elle se calme.
    – Elina ! me dit-elle brusquement
    – Quoi ? lui répondis-je agacée qu’elle m’ai fait peur.
    – Tu crois que ce « cambriolage » aurait un rapport avec les affaires qui apparaissent et disparaissent chez toi ?
    – Je ne sais pas.
    Quelques minutes plus tard.
    – Hé, hé !!!!! Tu rêvasse encore, me dit-elle en riant.
    – Non. Je réfléchissais juste à ce que tu viens de me dire.
    – De quoi ?
    – Avec les affaires qui disparaissent et apparaissent sans arrêt chez moi.
    – Tu penses qu’il y a un rapport ?
    – Je sais pas trop, mais avoue que ce ne serait pas étonnant !
    Et à cet instant quelque chose de vraiment étrange et même légèrement paranormal s’est produit : Katy s’est raidie et son regard s’est vidé de toute expression. Elle s’est tournée vers moi et a dit :
    – Le carnet et son cœur te guideront jusqu’à ce que tu ne soupçonnes pas. Quand le présent et le futur se rencontreront, tu trouveras la solution.
    Je la regardai avec la bouche grande ouverte, tout comme ceux qui avaient assisté à la scène. Et tout est redevenu normal, comme si rien ne s’était produit. Elle nous a alors tous dévisagé et dit en riant :
    – pourquoi vous me regardez tous comme ça ? On dirait des poissons hors de l’eau !
    – T-t-t-tu viens de dire q-q-q-quoi la ? dis-je pendant que tout le monde s’éloignait en nous regardant comme si ils avaient vu des fantômes.
    – Je te demandai si tu pensais qu’il y avait un rapport entre les affaires et le cambriolage.
    – Non ! Après. Tu sais le truc sur le carnet et le cœur, ce que je ne soupçonne pas, le présent et le futur et tout ça !
    – Euh… J’ai jamais dis ça.
    – Si tu n’avais pas dit tout ça, alors pourquoi les autres nous regardent comme ça ?
    – Mais comment j’ai pu dire ça alors que je ne me souviens de rien !!
    – Je n’en sais rien. Tu fais comme les mediums à la télé !
    – J’ai l’impression que ça a un rapport avec le rêve que j’ai fais l’autre fois où elle me disait ce que tu devais faire pour l’ouvrir et tout ça.
    – Tu as surement raison. Mais je ne sais vraiment pas d’où ça vient.
    – Quand j’ai fait le rêve, je ne me souviens plus très bien mais il y avait une fille qui me parlait. Elle avait l’air triste, comme si elle avait perdu quelqu’un.
    – Oui, je sais tu m’en avais déjà parlé. On va mener notre enquête et essayé de deviner ce que ces phrases signifient : « Le carnet et son cœur te guideront jusqu’à ce que tu ne soupçonnes pas. Quand le présent et le futur se rencontreront, tu trouveras la solution ». Elles sont tellement étranges ! On va avoir du mal. Préviens-moi si tu fais un autre rêve, ok ? Cela va surement nous aider.
    – D’accord mais je ne vois pas par où on peut commencer l’enquête à part le carnet…
    – Mais oui ! Bien sur ! Le carnet et son cœur ! On doit trouver ce qui EST son cœur.

    Plus tard chez moi

    Je suis installée sur mon lit avec le carnet ouvert devant moi. Je viens encore de regarder dans tous les sens mais je ne trouve pas son cœur. Mais qu’est ce que ça peut bien être ?
    Pensive, je regarde autour de moi, sur mon bureau, mon lit et là je vois le bracelet qui sert à ouvrir le carnet. Il étincelle de mille feux sous la lumière du soleil. Je le prends dans mes mains et le regarde. J’avais déjà remarqué qu’il possédait plusieurs petites breloques mais je n’avais jamais regardé de plus près.
    Sur une chaine en argent à grosses mailles, sont accrochés des diamants. Ils entourent d’autres petits objets : une sorte d’éclair, un trèfle à quatre feuilles, une petite maison et … un CŒUR !!!
    J’attrape l’agenda qui est posé non loin de moi et regarde bien attentivement la couverture et je me souviens : il y avait une encoche sur le rectangle doré sur la couverture ! Peut être que le cœur rentrera dedans ? J’essaye.
    Le carnet lance des jets de lumière dans tout les sens, m’éblouissant. Les pierres qui le recouvrent se sont illuminées. Le bracelet est devenu très chaud, puis froid, pour revenir à une température normale. Sur le coup de la surprise, je le lâche et m’en éloigne. J’attends que tout paraisse de nouveau normal pour m’approcher. Délicatement, je le prends dans mes mains. La peur me noue l’estomac. Méfiante, je le regarde avant de l’ouvrir tout doucement.
    Je mes quelques minutes avant de me rendre compte de ce que j’ai sous les yeux : des pages pleines d’écritures.

    Chapitre 2 :
    Zara

    Je m’appelle Zara. J’ai 15 ans et demi et je vis avec mes parents et ma petite sœur, Christa. Nous sommes installés dans une petite maison à coté de Tours. C’est mon premier jour de vacances d’été et tout le monde est très enthousiaste à l’idée des vacances qui les attendent. Mais pas moi. Je reste à Tours cette année car mes parents travaillent tous les deux et je dois garder ma sœur. Quelle horreur, je ne vais rien pouvoir faire avec une gamine de deux ans sur le dos ! Bon ça va je serais chez mes grands parents qui habitent aussi à Tours ; je vais pouvoir leur laisser de temps en temps et aller me balader en ville avec mes amis dès qu’ils rentreront de vacances.

    C’est mon premier jour chez mes grands parents. J’adore aller chez eux parce que c’est comme une deuxième maison pour moi. Je me sens si bien là-bas ! J’adore écouter les histoires que papy me raconte sur ça vie quand il était jeune. C’est si intéressant ! Il allait faire ses courses dans un super marché ! Maintenant, on a juste à commander ce dont on a besoin sur internet et le tour est joué. Mais ce que j’adore aussi chez lui, c’est qu’il a un métier vraiment très spécial. Il a toujours suivi ses rêves pour le devenir un jour : un inventeur. Bon, d’accord ce n’est pas vraiment un métier. En réalité, il est la retraite depuis quelques années, avant il était docteur.
    Mais revenons à son activité d’inventeur. Mon grand père créé toutes sortes d’objets, inutiles ou non. Il y a six ans, pour mon anniversaire (j’avais 10 ans), il m’a offert un carnet. Mais pas n’importe lequel : un carnet qu’il a lui-même inventé. Celui-ci ne s’ouvre qu’avec deux bracelets totalement identiques. Il en a fait deux au cas où je perdrais le premier.
    * * *

    Il se passe des choses horribles !! Personne ne sait comment ça se produit mais les enfants disparaissent. C’est incroyable ! Mes parents ont même appelé pour me dire de ne pas sortir sans un adulte hors de la maison. Super ! Je vais devoir passer le reste de mes vacances à la maison. Bon je vous explique : cela a commencé le lendemain de mon arrivée chez mes grands parents. On état tous les quatre à table (mamie, papy, ma sœur et moi). On écoutait le journal du midi à la télé quand une alerte d’enfant enlevé à été déclenché : deux enfants ont été enlevés ce matin. Mes grands parents sont très surpris et ont même dit : « Encore un ? Les autorités pourraient faire quelque chose ! ». Mais ils ne savent même pas se qui s’est vraiment produis car le présentateur n’a même pas eu le temps de dire où cet enfant à disparut qu’ils sont déjà dans la cuisine en train de bavarder d’autre chose. J’écoute donc la télé attentivement pour que quelqu’un dans cette maison sache ce qui s’est réellement passé. Ils ont disparut à Paris vers quinze heure vingt, hier. Donc voilà mes parents ont appelé et je suis consigné jusqu’à la fin de l’été.
    Cette après-midi, mamie se balade avec des amies pendant que papy fait la sieste avec ma sœur et qu’il est censé nous surveiller ; c’est ce que os parents ont demandé à papy et mamie. Moi, je suis dans ma chambre et je m’ennuis, je ne sais vraiment pas quoi faire aujourd’hui. Je décide de monter au grenier pour aller chercher la caisse de jouets de ma petite sœur pour les nettoyer (il y a tellement de poussière dessus) comme ça elle ne pourra pas s’ennuyer quand elle va se réveiller tout à l’heure.
    Il y a un de ces bric-à-brac là dedans qu’on ne sait même plus où mettre les pieds ! Je regarde autour de moi et essaye de dénicher la caisse de jouet de ma sœur quand mes yeux se posent sur une caisse orange posée dans un coin. Alors que je m’apprête à regarder dans la caisse ce qui s’y trouve, j’entends ma sœur pleurer. Je prends sa caisse qui est juste à coté de l’orange. Tant pis je verrais ce qu’il y a dans cette caisse plus tard. Puis je descends à toute vitesse pour voir ce qui ce passe en bas.
    Quand je suis arrivé dans la chambre où elle dort, je faillis pousser un cri. Tout était sans dessus-dessous. Comment est-ce arrivé ? Elle est seule et elle est incapable de sortir de son lit à barreaux. Je commence à en avoir marre de ces événements étranges. Je me suis mise à ranger puis j’ai mis Christa dans le salon pour qu’elle s’amuse avec quelques bouts de tissus le temps que je nettoie ses jouets. Après les avoir séchés et les lui avoir donnés, j’ai joué avec elle en attendant que ma grand-mère revienne pour qu’elle s’occupe d’elle.
    J’entends les éclats de rire de mamie et Christa en bas, elles doivent jouer ensemble. Je descends et les regarde s’amuser ensemble avec la poupée que je lui ai ramenée. Tout à coup, ma sœur s’arrête, la regarde et dit : « Tu DOIS stopper tout ça avant que ça ne devienne trop grave. C’est ton destin. » . Puis tout est allé très vite. La poupée est venue se replacer exactement à l’endroit où elle était avant, dans la main de Christa. Que ce passe-t-il ? Elle a prononcé le « dois » avec tellement d’insistance ! Mais elle n’a que trois ans, comment peut elle dire une phrase aussi complète ? Ça n’a pas de sens ! Et puis j’ai du rêver. Elle a lancé la poupée mais elle est encore dans ses mains. Je ne sais pas quoi pensé ! C’est tellement absurde .
    Persuadée que je viens de rêver, je les laisse s’amuser toutes les deux et retourne dans ma chambre, ranger les affaires que je venais de repasser.

    Quelques jours plus tard
    Aux informations, une nouvelle disparition est arrivée : un petit garçon de l’âge huit ans. Les parents sont effondrés et espèrent que leur enfant leur sera restitué au plus vite. Mais il y a quelque chose d’étrange dans celle-ci : il était au centre commercial avec ses parents quand il est entré dans une cabine d’essayage mais n’en ai jamais ressorti. Les caméras de vidéo surveillance ne montre pas de personnes entrant ou sortant des cabines, ni rien de louche qui aurait pu avoir un rapport avec tout ça. Ils ne donnent pas d’informations en plus, je vais aller voir sur internet si ils donnent des informations supplémentaires.
    Non, il n’y a rien de plus. A part la même vidéo qui tourne encore et encore, il n’y a rien de nouveau. Etrangement j’ai un mauvais pressentiment.

    * * *
    Je viens de me souvenir de la caisse du grenier. Je m’apprête à monter en haut quand j’entends une porte claquer. C’est étrange, ils sont tout les trois en bas : Papi dort et Mamie est avec ma sœur en bas. Ce doit être une fenêtre qui est ouverte. Alors que je vais voir d’où cela provient, un nouveau bruit ce fait entendre derrière moi. Je me retourne vivement mais tombe nez à nez avec le chat de la voisine. C’était donc lui qui faisait tout ce boucan ? Une lueur quasi-humaine brille dans ses yeux. De peur, je le chasse de la maison espérant qu’il ne revienne plus nous importuner mais je sais que c’est peine perdue car ma grand-mère le trouve tellement mignon ! Je ne vois pas ce qu’il a de mignon moi : il griffe tous ce qui ont le courage de le toucher. De plus, il fait fuir tous les enfants qui le croisent, comme le petit garçon de deux ans qui vient d’emménager il y a un mois environ. Dès qu’il l’a vu il est parti en courant (enfin c’est ce qui m’a semblé être en « courant ») et en pleurant. D’habitude, les animaux attirent les enfants comme des aimants ; mais là, même moi je ne m’approche pas de lui. La peur me ronge l’estomac dès que je le vois.
    Enfin, j’arrive à la porte du grenier. J’essaye de l’ouvrir mais elle reste close et ne bouge pas d’un centimètre. Que ce passe-t-il ? Je réessaye. Toujours aucun mouvement de cette porte sans serrure. J’abandonne et me retourne pour m’en aller. Je fais à peine un mètre quand j’entends un grincement : la porte venait de s’ouvrir, toute seule, sans que quelqu’un ai appuyé sur la poignée. Comment ce fait-ce ? Je viens d’essayer par tous les moyens de l’ouvrir mais rien n’y avait fait, elle demeurait fermée ! Tant pis, je décide tout de même d’entrer dans la pièce sombre, éclairée d’une seule fenêtre aussi minuscule soit elle. J’allume la lumière qui éclaire faiblement la pièce et découvre la caisse orange au même endroit où je l’avais laissé quelques temps plus tôt. Tandis que je m’avance dans la pièce je sens quelque chose passer derrière moi. Je me retourne vivement mais il n’y a rien, comme tout à l’heure dans le couloir sauf que là-bas il y avait le chat de la voisine et là je suis sûre que je l’ai fais sortir de la maison et qu’il ne peut pas revenir puisque toute les portes et fenêtres sont fermées. Que suis-je censé faire ? Je prends la caisse et sors rapidement du grenier car je commence vraiment à m’inquiéter de ce qui ce passe.
    Une fois arrivé dans ma chambre chargée de la fameuse caisse, je la pose sur le sol et ferme la porte soigneusement derrière moi. Puis je m’approche du bac et le regarde sous tous les angles possibles. Il y a des inscriptions dessus : « carton 1/8 ». 1/8 ? Il y en a donc d’autres ! Mais qu’est ce qu’il y a à l’intérieur ? Je l’ouvre doucement et trouve des tas de pièces en métal, en plastiques, et autres matières. J’étale tous ces éléments sur le sol et découvre tout au fond une feuille remplie de schémas intitulée « construction de la machine à remonter le temps ».
    Je sais d’où elle vient ! C’était un des grands projets de mon grand père quand j’étais petite. Il avait construit cette machine dans l’espoir de pouvoir un jour montrer à ses descendants sa vie quand il était lui-même un enfant. Il voulait leur monter ses joies, ses peurs, ses peines et tout ce qu’il a traversé : que ce soit difficile ou joyeux, en fait, des morceaux de son passé. Qu’ils puissent admirer le paysage qu’il pouvait voir de la fenêtre de sa chambre on où il a vécu toute son enfance, les oiseaux qui chantaient, d’un coté la mer avec le sable blanc qui lui faisant tant mal aux yeux l’été quand il ne mettait pas ses lunettes de soleil ; et aussi la plaine verdoyante qui s’étendait sur des centaines de mètres alentour de l’autre coté et où il passait son temps à parcourir avec ses amis en sautillant.
    Tout cela, ses enfants, ses petits enfants et peut être même ses arrières petits enfants auraient pu l’admirer, le voir, l’écouter… Mais il n’avait jamais réussi à la terminer. Ça vue devenait faible au cours du temps et il ne pouvait plus construire des machines dans ce genre. Les pièces qui les constituaient étaient bien trop petites pour lui à présent. Il faudrait que quelqu’un la termine mais qui ?
    Moi ! Je la terminerai. Pour mon grand père. Pour tout ce qu’il a pu m’offrir dans ma vie.

    j’espere que tu vas aimer !!
    si tu as des histoires a me faire lire je suis tout a fais partante !!

  24. Giligi

    marie
    je suis d’accord avec tes amis cette histoire est vraiment bien elle m’a beaucoup plus.Veux tu faire écrivain plus tard? Si c’est le cas tu es bien partie et je serait l’une de tes plus grandes fans!!!
    C’est quoi le titre?
    Moi je veux bien te montrer ma prochaine histoire mais tu te moques pas car je fais beaucoup de fautes d’orthographe!! Ca risque aussi de prendre un peu de temps car j’ai juste fais le plan. je te montrerais le premier chapitre quand je l’aurais fais et si ca te plait je montrerais les autres.
    ps:j’attend avec impatience la suite de ton histoire.

  25. Giligi

    En fait ma voisine (et amie) s’appelle Elina c rigolo.
    bon ben a+
    giligi

  26. Marie37

    coucou !!
    merci !! je suis contente qu’elle te plaise !! etre ecrivain n’est pas mon objectif premier je voudrais surtout etre professeur des ecoles a la maternelle car j’adore les enfants et leurs apprendre des choses ! mais etre écrivain, j’y pense !! j’aimerai beaucoup publier mon histoire quand elle sera terminée ! mais en se moment je n’écris pas beaucoup car je n’ai pas le temps mais ça va venir !! cette histoire s’appelle : le carnet mais le nom peut changer !!
    j’ai écris une autre histoire que je n’ai jamais terminé je te l’envoi je l’ai écrite en 4eme j’ai maintenant 16 ans et je rentre en premiere et toi ?? tu es en quelle classe et tu as quel age ??

    voila l’histoire:

    Les malheurs d’éléna

    Je m’appelle Eléna DEL FICO et j’ai quatorze ans. J’ai les cheveux châtain clair, les yeux marron et mon corps est assez fin. Avant, je m’habillais comme un garçon : jeans, chemise à carreaux… bref tellement horriblement que tout le monde, en particulier les filles, se moquaient de moi. Mais c’est fini ! Maintenant mes amies Sophie, Alexandra surnommée Alex, Clémence et ma meilleure amie, Ingrid m’ont refait ma garde-robe et je n’ai plus que des trucs super féminin.
    Mes amies sont toutes les quatre très différentes : Sophie s’adapte à tout et elle n’est pas spécialement sensible comparée à Alex qui s’emporte facilement. Clémence est une fille qui ne s’intéresse qu’à un seul garçon, Eric le plus beau des quatrièmes (complètement d’accord !). Ensuite, il y a Ingrid. Elle, c’est la fille la plus populaire du collège. Et moi, aussi populaire qu’elle, sauf que bizarrement les garçons s’intéressent plus à moi qu’à elle. Je suis amoureuse du gars le plus beau du collège… Benjamin C. Il est en troisième alors que les filles et moi sommes en quatrième. En plus c’est mon voisin. Il est trop beau : blond foncé aux yeux vert et des tablettes de chocolat à la place du torse. Que veut-on de plus, alors ??? Bon assez rêvassé, c’est la rentrée et ça va bientôt sonner.

    CHAPITRE 1

    DRIIINNNG !!!!!!
    Ca y est c’est officiellement la rentrée. Les filles m’ont rejointe et nous sommes parties voir dans quelles classes nous étions. Nous jetâmes un rapide coup d’œil afin de repérer les nom qui nous intéressait : Sophie REFONS 4ème B, Clémence LEBLANC 4ème C, Alexandra GONDIER 4ème B, Ingrid NOUVOT 4ème et Eléna DEL FICO 4ème C. C’est super je me retrouve avec Clémence et Ingrid ! Tout d’un coup, je vis Clémence devenir toute blanche.
    -« Qu’est ce qui ne vas pas, Clémence ? demanda Ingrid.
    -E…E…Eric est dans notre classe ! » bégaya-t-elle.
    On regarda sur la liste. En effet, Eric LEBEAU était dans notre classe.
    -« C’est ce que tu voulais non ? Comme ça tu vas pouvoir le dévorer des yeux pendant les cours !!! susurra Ingrid avec un petit sourire en coin
    -C’est clair ! » ajouta Alex.

    DRIIINNNG !!!!!! Sonnerie numéro deux. Tout le monde en cours. Je n’avais pas du tout envie d’y aller car je n’ai toujours pas aperçu Benjamin. Et bien que je ne lui aie jamais parlé, il me manque terriblement.
    Dehors, je suis dans notre rang d’élèves qui attend impatiemment de découvrir notre professeur principal. Tout d’un coup mon regard accrocha une tête parmi tant d’autres quand je balayai la cour du regard. Je ne sais pourquoi mais tout d’un coup elle me rappelait quelqu’un. Et là, il se retourna et je le reconnu. C’était Benjamin. Mon cœur fit un bond dans ma poitrine. Ou un double, peut-être même un triple bond. Mon regard croisa le sien et je cru un instant que j’allais fondre de plaisir ; mais je me ressaisis car il fit un signe de la main, rapide. Pensant que c’était à moi qu’il s’adressait je lui répondis timidement. Mais je me rendis rapidement compte que ce n’était pas pour moi. En effet, une jeune fille sorti d’un rang et s’approcha de lui. Je me figeai. Le principal l’arrêta et lui dit de se ranger correctement, un demi-sourire apparu alors sur mon visage même si j’étais encore tétanisé par ce qui venait de se produire. Je ne la connais pas. Elle est peut-être nouvelle. Mais bien qu’elle fût interdite de s’approcher de Benjamin, elle lui envoya tout de même un baiser léger avec sa main. Il lui répondit par un grand sourire. Alors le mien, mon sourire, se transforma en grimace qui fit rire quelqu’un. Surprise, je me retournai et vis Ingrid hilare, qui me regardai.
    « – T’as gobé une mouche ou quoi ?
    – hmmm… ronchonnai-je en guise de réponse
    – Si tu voyais ta tête ! »
    Une voix nous ramena à la réalité, c’est Clémence :
    « – Heu… Je crois que nous rentrons les filles. Qu’est ce qu’il y a de si drôle Clémence ?
    – Ah ! Ah ! Si tu avais vu la tête d’Eléna t’aurais tout de suite compris ! » répondit-elle pendant que nous rentrons dans la salle de cours.
    Dans la salle, nous choisissons notre place ; je me suis assise à coté d’Ingrid tout au fond de la classe et Clémence s’est installée juste devant nous. Personne n’est à coté d’elle. Les élèves continuent d’entrer dans la salle. Et là, Eric nous regarda. Clémence est toute rouge.
    -« Je peux me mettre ici, Clémence ? demanda-t-il timidement. Je peux aller autre part si tu veux.
    – Non, reste ! dit-elle précipitamment. La place est libre. »
    Elle se retourna vers nous avec un regard paniqué. Nous lui sourîmes pour lui donner du courage. Elle en avait grand besoins.
    Nous avons Madame ROSA comme prof principale, elle est trop géniale et en plus on l’a en français ! J’adore cette prof ! Elle nous raconte comme les autres années, ce à quoi on a le droit et pas droit, ensuite on lit chacun notre tours une ou deux phrases du règlement intérieur. Elle nous donne nos livres pour l’année, puis notre carnet de correspondance, ensuite elle nous annonce que nous allons faire les élections des délégués de classe dans trois semaines. Et tout ça avec un air tellement décontracté que c’était bien plus intéressant que le papotage des autres profs. La cloche sonne et nous nous hâtons de ranger nos affaires. Les heures ont défilé tellement vite que je n’ai rien vu passer ; et c’est déjà l’heure de manger. Donc direction le hall d’entrée où sont les casiers qui seront plus tard les notre. Déposant nos sacs devant, nous attendîmes Alex et Sophie. Elles venaient vers nous en riant. Je proposais de comparer nos emplois du temps avant d’aller manger. Elles approuvèrent en sortant leur emploi du temps ; nous sortîmes aussi le notre. Nous avons seulement le sport en même temps. On pourra papoter dans les vestiaires ; trop cool !

    ? ? ?

    Au self, nous découvrîmes le fameux repas du premier jour.
    -« Beurk ! s’exclame Alex. On doit manger des épinards !
    – Ce truc a l’air empoisonné ! renchérit Sophie.
    – Eh ! Mais dit donc ! Où est Clémence ? » demandai-je en interrompant leur petite discution.
    Je parcourus le réfectoire des yeux, et soudain je la vit : elle est aux prises avec les deux grosses brutes du collège, Léonard et Fabien. C’est deux la, passent leur temps à racketter les sixièmes et embêter les jolies filles.
    D’ailleurs, ils envoient Clémence bouler dans leurs bras et ils ne la rattrapent que quand elle va se casser la figure. La pauvre Clémence, terrorisée, a l’air d’une quille. Dommage, les dames de cantine ont un problème dans la cuisine avec leurs épinards qui ont du mal à cuire et aucuns surveillants n’est là! Mince !
    « – Vite, il faut l’aider ! »
    En m’entendant hurler cette phrase, Léonard se retourna, nous dévisagea et couru vers nous pour nous mettre en pièces pour avoir voulu s’interposer à eux. Il se dirigeai droit sur moi. Il allait me heurter quand une idée me frappa l’esprit. Je m’écartai au dernier moment et je lui fis un magnifique croche-pied ! Léonard s’étala de tout son long sur le sol froid du réfectoire aux milieux des rires… et des plateaux !! Qui se trouvait quelques mètres derrière moi.
    « – Tu vas me le payer ! hurla t-il en se relevant.
    – Sans blagues ! Je n’avais pas deviné ! » lui répondis-je avec un rires nerveux.
    Cette fois, je ne pouvais pas lui échapper car je suis serrée entre deux tables. Léonard fonce droit vers moi en hurlant. On aurait dit un gorille qui a la rage ! Soudain, j’eu une autre idée lumineuse, géniale et cruelle (ce n’est pas souvent que ça arrive !^^) : je saisis une assiette remplit d’épinards (Beurk ! c’est dégoûtant ! Comment ose-t-il nous faire manger ça ??! On dirait des vers de terre verts !!!) et je la lance en visant le visage. SPLOCHT !!! Léonard reçoit l’assiette d’épinard en pleine figure ! De longues traînées verdâtres dégoulinaient de ses cheveux et il en avait aussi plein sur ses vêtements. Il est K.O pour le moment !
    « – JACKPOT ! criai-je toute joyeuse.
    – En plein dans le mille ! cria Alex derrière moi qui me regardait contente.
    – Jolie coup ! continuèrent les élèves du self, qui, je venais, de le remarquer nous dévisageai depuis le début. Je fis une gracieuse révérence pour rigoler.
    – ELENA !!! » s’exclama la voix féminine d’Ingrid. Elle avait l’air paniquée. Je me retournai d’un bloc en direction du doigt qu’elle levait en essayant de ne pas trop le faire trembler.
    « Ô mon dieu ! pensais-je. Clémence ! »
    Celle-ci tremblait sur ses jambes, s’apprêtant à recevoir un coup de poing de Fabien au visage. Mais elle leva son bras et toute la puissance du coup de poing la fit hurler de douleur. Ce coup qui était si fort l’envoya valser par terre. A demi consciente, de ce qui venais de ce produire, je n’avais pu réagir à temps et de toutes façon elle était beaucoup trop loin de moi pour que je puisse l’aider !
    Soudain, un éclair bleu traversa le réfectoire. Je vis Fabien faire un vol plané sur cinq mètres et retomber comme un sac à patate qu’on aurait jeté d’une fenêtre !

    voila mais je ne pense pas la continuer tout de suite ^^
    j’attends avec impatience la tienne et ne t’en fais pas pour les fautes d’orthographe !! ce n’est pas important.

    A+
    Marie =)

  27. Marie37

    j’ai enfin eu le tome 3 de Tara !!! génial =)

  28. Giligi

    OOOUUUUUUIIIINNNNN!C’est déjà la rentrer!!!
    tu es parti au lavandou? J’y suis aller il n’y a pas si longtemps avec l’école.
    je suis en 4emeC mon prof principal c mon prof d’histoire. Je ne suis pas partit cette fois on a refait la déco de nos chambres! mais on est allé une journée à porquerolles c’était génial mais fatiguant (on a traversé l’ile a velo!) Ensuite on a fait des sortie au bowling, à la bambouserai…
    bon ben maintenant c’est fini va falloir travailler!!

  29. Marie37

    la chance t’a été a porquerolles !! j’y suis allé il y a 2 ans ! pendant les vacances !!
    moi ça y est c’est la première je suis en section ES option maths ! mon prof principal est un prof de français et il est cool mais je ne l’ai pas encore eu en cours ! sinon cette année mes prof sont tous jeunes (- de 35ans) sauf le prof de maths ^^ l’année dernier je n’avais que des prof proche de la retraite sauf en histoire ^^ c’est pénible… maintenant ça rigole plus !! on va deja avoir des notes qui compte pour le BAC ! en plus il faut se lever a 6h… pffff pas cool et le soir je fini 2 fois a 18h ^^ donc chez moi 19h xd
    bon bisous =)

  30. Giligi

    salut
    moi en profs ils sont pas tous très jeune surtout mon prof de math mais j’ai pas bocou de temps fo que je fasse mes devoirs! dsl
    a+

  31. Marie37

    ET AU FAIIIIIT !!! ON A TARA ET L’IMPERATRICE MALEFIQUE !!! trooooooop génial !!! mais avec les cours j’ai meme pas le temps de lire le lire le tome 6 et 7 =__= donc des que le 8 est en poche …. j’achèèèèèèèèèèèète !!!!

  32. Giligi

    oui moi aussi je l’ai mais je dois lire des livre pour l’école (pourri évidemment)ils peuvent pas nous faire lire des livres qui nous interresse je sais pas moi (Tara par exemple ^^)du coup ben je l’ai mémé pas commencé!!!!
    Sinon ton conseil de classe est passé toi? moi oui ,ça va…
    Mais bon c’est bientot les vacances!^^
    à bientot

  33. Marie37

    Coucou !! BONNE ANNEE et plein de bonnes choses !
    oui mon conseil de classe s’est tres bien passé, j’ai meme eu les encouragements des profs ^^
    Je n’ai pas acheté Tara 8 parce que je suis en train de lire le 6 ! j’ai eu 17 Lunes a noel et c’est un livre vraiment magnifique (le premier tome est 16 lunes) je te conseille de les lire !
    je te laisse et … bonne rentrée (déja)
    A bientot !

  34. Giligi

    ah bon ta eu 17 lune? Je connait ma mère les a lu
    elle m’a dit qu’ils étaient bien.
    BONNE ANNEE a toi aussi et BONNE SANTE!!!
    Sinon g toujours pas pu lire Tara Duncan 8
    Grrrr c parce que je doit lire “Martien go home!”
    pour le français on va faire une fiche de lecture dessus. Sinon comme je fais italien je vais peut être pouvoir partir à Venise!!!Et toi tu étudie quoi comme 2eme langue?
    a plus

  35. Marie37

    Coucou !
    ça y est cette semaine j’ai acheté Tara 7 et 8 !! Je n’ai pas eu beaucoup de temps pour lire parce que j’ai du rendre un dossier pour le bac et la je passe à l’oral mercredi (et ça compte aussi pour le bac). Donc j’ai lu un des livres que j’ai eu à noël qui est Hex Hall de Rachel Hawkins ( je te le conseille il est vraiment super et je pense, enfin j’espère qu’il y aura un tome 2 ; maintenant je vais attaquer 17 Lunes avant d’avoir des livres à lire en français. Puis après je vais lire Tara dont j’ai terminé à finir le tome 6 il y a un mois =D
    Tu as trop de chance de partir à Venise !! WOUUUUAOUH ! Je fais espagnol en 2ème langue on avait le choix entre Espagnol et Allemand. Je suis partie en Espagne en 4ème et cette année, il y a un voyage en Espagne d’organisé mais je n’y vais pas. Je voulais faire Japonnais en 3eme langue mais j’ai été découragée par le nombre de personnes demandant cette langue, il y a 40 places par an et 200 élèves font la demande. Donc j’ai pris option SES en seconde et en première j’ai continué dans la filière ES avec Maths spécialité.
    Tu vas faire quoi toi au lycée ?
    A+
    =D

  36. Giligi

    Salut
    ça faisait un moment que je n’avait pas écrit!! maintenant le tome 9 de tara dunca va bientot sortir! Sinon comment s’est passé ton orale? J’ai lu 16 lunes et je l’ai trouvé génial et j’ai commencé 17 lunes. Mais je déprime C LA FIN DES VACANCES!!! tu as fais quoi toi pendant ces vacances? Sinon pour le lycé je sais juste que je ferais S sinon je suis perdu!

Poste un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.