Blog et news de Sophie Audouin

13 juin 2005

histoire de fauteuil

Nous avons passé le week end ? nous occuper de mon pauvre derrière. Non non les filles, pas de pensées libidineuses, c’est tout ? fait sérieux, surtout pour celles d’entre vous qui ont envie de voir publier les prochaines aventures de Tara Duncan.
Car mon ancien fauteuil s’apparentait plus ? un appareil de torture qu’? un objet supposé servir de relaxation.
Cuir beige, acier, truc super design, probablement inventé par un démon décidé ? en faire baver un maximum d’humains. Ca coupait la circulation de mes pauvres jambes, je ne sentais plus mes fesses au bout de trente minutes et mon dos ressemblait ? un gros sac de noeuds. Bref, il fallait réagir ! (cela dit j’ai pris le temps, ça fait neuf ans que j’ai ce fauteuil, mais bon, il fallait que la notion d’inconfort arrive jusqu’? mes petites neurones !). Bref, nous voil? vaillamment partis, mon merveilleux héros de mari et moi, sur les traces du fauteuil rembourré. La vache, c’est incroyable le nombre de fauteuils qui existent ! Y’en a même des qui font des tas de brrrrrr, brrrrr brrrr, partout en massant pendant que tu bosses (ça j’ai arrété au bout d’une minute tellement ça m’énervait). Au final, au cinquième magasin et moi au bord de la crise de nerf (je trouvais pas, si si, je vous assure, rien d’assez moelleux comme je voulais), nous voil? chez Conforama. Une gentille vendeuse nous fait essayer un truc qui ne payait pas autant de mine que les machins en cuir genre “moi chuis président et toc !” d’? côté, je pose mes délicates petites fesses (et oui, j’avoue la princesse au petit pois, c’est moi !) sur le fauteuil et ho miracle, ça allait ! Super confortable, nettement moins cher que les autres (ben ça, c’était un scoop, pour une fois que je prends pas d’instinct le truc le plus cher du magasin !), il roulait, pouvait se balancer dans tous les sens, bref le bonheur. Enfin jusqu’au moment où nous allons pour payer le machin…qui n’était pas en stock. Pas le plus petit bout de fauteuil, pas la moindre roulette, rien, nada, nothing.
Ca, j’arrivais pas ? y croire. Le paradis fessier ? ma portée qui s’éloignait implacablement. Bouhhhouuu ! Devant ma détresse manifeste, la gentille vendeuse nous indique un autre magasin, où nous fonçons ventre ? terre. Nous arrivons, le coeur battant et…il était aussi en rupture ! La seconde gentille vendeuse (re), un peu étonnée de mon abattement, nous indique un troisième magasin, ou nous nous ruons, parce qu’il était déj? sept heures. Et que ça allait fermer. Et l? , mon mari me dit :
– euuuh, cherie ?
– Oui, dépèche toi, on va arriver trop tard.
– Rmmmh, on risque même de ne pas arriver du tout, j’ai plus d’essence.
Glurps. Si si, je vous le dis, j’ai fait glurps.
Fort heureusement, la voiture a du sentir ma détresse parce qu’elle a couragement tenu le choc jusqu’au magasin 3. Où nous avions appelé (bon on s’est fait avoir une fois pas deux tout de même hein, stupides mais pas imbéciles) et où j’ai plongé sur mon fauteuil comme un faucon sur un lapin qui s’est levé trop tôt.
On a eu un instant de panique parce qu’on a cru que l’énorme paquet n’allait pas rentrer dans la voiture, mais finalement, si.
Et depuis hier, j’écris sur mon nouveau fauteuil.
Que du bonheur !

Maaaa vie
3 commentaires
  1. LoDream, (Surnommée Fraise des Bois par sa Chamallow ^^)

    En parlant de fauteuil, je suis tellement prise dans la lecture du blog que les céréales que je mangeais et ben j’ai raté la bouche!! Du coup à chaque fois que je bouge ça fait “crounsh crounsh”
    Bon d’accord ça a aucun rapport mais j’avais envie d’le dire -__-‘

Poste un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.