Blog et news de Sophie Audouin

18 juin 2006

Histoire remise en forme

Wahou, vous avez super bien avancé ! Bravo ! Alors j’ai modifié quelques passages, et remis le tout en forme. Euh, à propos de Séora, non, elle n’a pas de pouvoir, donc pas de Familier.

1.           CHAPITRE UN :

Le dragon regarda ses griffes pensivement. Il avait le choix. Soit il exterminait la jeune fille accroupie devant lui, son épée de mauvais acier à la main, soit il l’écoutait. Son ventre gargouilla. Mmmmh, il était encore en train de digérer l’un des délicieux quadrupèdes qu’ils avaient découvert sur cette planète et n’avait plus faim. Soit il ne la mangerait pas…enfin pas tout de suite. Il se redressa de toute sa taille dans la tente de commandement pourpre et dorée. Ses écailles bleues ondulèrent et sa crinière blanche vola lorsqu’il remua la tête. Séora se fit minuscule…et poussa un inaudible soupir de soulagement lorsque le dragon lui fit signe qu’elle pouvait parler. Elle avait une douloureuse conscience de sa petite taille par rapport aux six mètres du dragon. Et son épée faisait faible poids en face des lames cornées qui ornaient les pattes avant du monstre. Sans compter que les humains avaient eu la pénible surprise de découvrir que les dragons pouvaient, en plus, cracher un feu terrible, qui détachait la chair des os en quelques secondes. Elle rengaina son arme. Redressa son mètre soixante dix et fit passer sa longue natte brune derrière son dos. Elle était couverte de suie et de sang, une longue entaille sommairement pansée barrait sa cuisse gauche. Très légèrement vêtue d’un harnais et d’un short de cuir, la jeune guerrière ruisselait de sueur dans l’atmosphère tropicale d’Atlantis.

– Je suis un envoyé plénipotentiaire, articula t elle calmement. Nous acceptons de nous rendre !

Le dragon eut un ricanement. Evidemment qu’ils acceptaient de se rendre ! Depuis deux jours que la bataille faisait rage dans les rues de la ville d’Atlantis sur l’île du même nom, ses armées avaient progressé sans rencontrer beaucoup de résistance. Les humains n’étaient pas de taille contre les réflexes inhumains des elfes et des vampyrs. Même s’il devait avouer qu’ils avaient opposé un grand courage à leurs attaques.

– Bien, ronronna t il comme un chat immense et vaguement maléfique. J’accepte votre…reddition. Sans condition bien sûr.

La guerrière eut un regard glacial de ses yeux verts. Et la curieuse mèche blanche sur le haut de sa tête étincela un instant.

– Mon frère, Demiderus, vous propose de vous rencontrer au temple, dit elle simplement. Vous pourrez alors nous expliquer la raison pour laquelle vous nous avez attaqué, sans aucune provocation de notre part.
– Ce n’est pas vous que nous avons attaqués, répondit dédaigneusement le dragon. Mais les démons qui sont en train de mettre votre planète à feu et à sang.
Séora se raidit.
– Ainsi, vous n’êtes pas des alliés des démons ?
Le dragon hoqueta :
– Pas vraiment non. Ce sont nos ennemis mortels. Nous les combattons depuis des millénaires !
– Ah, depuis si longtemps ? Nous ne les combattons que depuis quelques mois et ils sont loin d’avoir gagné ! Nous n’avons pas besoin de vous pour les vaincre, répliqua t elle. Vous nous avez causé bien plus de dégâts qu’eux !

Le dragon recracha la gorgée de thé qu’il était en train d’avaler. Dans une tasse de la taille d’un chaudron.

– Quoi ? s’exclama t il. Vous avez réussi à résister aux démons ?

La jeune guerrière le regarda curieusement. Le dragon paraissait soudain très agité.

– Je n’ai pas le pouvoir de mon frère répondit elle, je ne suis qu’une simple guerrière. Mais lui, ainsi que d’autres hommes et femmes de mon peuple, sont capables d’anéantir les démons d’une simple pensée. Nous étions en train de les combattre lorsque vous nous êtes tombés dessus et que vous avez massacré la garde rapprochée de mon frère et carbonisé nos récoltes pour cet hiver.

Le dragon à force de bouger fit vaciller sa tente, et du coup se calma.

-Donc ton peuple arrive à vaincre quelques démons? Ouais ouais c’est ça et moi je suis un troll ! Franchement vous m’amusez j’adore votre instinct de survie ! Je savais que vous aviez beaucoup d’imagination mais là je dois reconnaître que vous dépassez tous vos petits camarades. Bon c’est bien joli tout ça mais moi je commence à avoir faim.
– Est-ce que tous les dragons sont aussi arrogants que vous, sans vouloir vous offenser ? C’est vrai, vous mettez tout à feu et à sang et après ce serait de notre faute ?

La mèche blanche crépitait de plus en plus. Le dragon sentait que quelque chose émanait de cette humaine. Il avait du mal à croire ce qu’elle disait cependant : comment ces misérables insectes auraient ils pu combattre si longtemps les démons ? Non, elle devait vouloir se vanter ! Cependant, perplexe, il décida de vérifier. Il incanta et devant la jeune fille pétrifiée, sa forme de reptile se mit à rapetisser, se contracter, changer de couleur, jusqu’à se matérialiser en un magnifique jeune homme…totalement nu ! La jeune fille rougit. Glurps, les dragons n’avaient pas le même sens de la pudeur que les humains apparemment. Elle détourna le regard.– Je suppose, rauqua le dragon, qu’il me faut me couvrir comme vous ?
– Euh, oui, ce serait bien répondit Séora en rosissant délicatement.

En grommelant, le dragon obéit. S’avançant vers elle, il lui jeta, de l’air de quelqu’un qui ne comprend pas pourquoi il faut se couvrir, vue la chaleur régnant sur cette planète:

– Ça vous va comme ça ?

Elle opina du chef, se demandant ce qui allait bien se passer maintenant qu’il avait pris une forme humaine. Peut être pouvait elle le faire prisonnier, se dit-elle, rejetant aussitôt l’idée, certaine qu’il se retransformerait à nouveau au moindre mouvement belliqueux de sa part.

– Alors comme ça vous tenez tête aux démons depuis des mois ! Qu’est -ce qui me le prouve ? Que vous, des humains, êtres si peu évolués ayez ces capacités, me laisse très perplexe !

La jeune fille tiqua : comment osait-il mettre ses propos en doute ! Non cet individu était bien ce qu’il semblait être avant sa transformation : un être arrogant, méprisable.

– Expliquez moi ce qui s’est passé ici avant notre arrivée, continua-t-il. Sont-ce vraiment des démons ?

Séora releva le menton, voulant montrer plus d’assurance qu’elle n’en avait réellement. L’apparence pour le moment inoffensive du dragon l’aida à rassembler le courage nécessaire pour lui répondre :

– C’est ainsi qu’ils se font nommer, fit elle avec le maximum d’indifférence dont elle était capable.

Elle s’effaça légèrement, comme pour l’inviter à la précéder hors de la tente.

– Maintenant si vous le permettez j’aimerais que vous m’accompagniez au temple, mon frère saura vous prouver la puissance de notre peuple…Le dragon réfléchit un instant. L’hypothèse d’un piège lui traversa l’esprit mais, après tout, n’était-il pas un dragon. Ces êtres minuscules, même à plusieurs, ne lui arrivaient pas à la cheville, au sens propre comme au figuré, lorsqu’il était sous sa véritable forme.

– Très bien, proféra t-il d’une voix calme. Mais permettez-moi d’emmener quelques… compagnons…
– D’accord, mais avant de rassembler vos troupes, pouvez-vous me dire à qui j’ai l’honneur de m’adresser, fit elle fièrement. Après tout, il faudra bien que je vous présente à mes compagnons.
– Certes. Sachez donc que je suis le général Sachavirodaintrachivu, chef des armées de dragons. Je suis chargé de coordonner les forces spéciales luttant contre nos ennemis héréditaires, les démons, comme vous pouvez vous en douter.

Puis d’un mouvement inattendu, il sortit de la tente et se mit à héler son intendant, un imposant dragon couleur vert. Celui-ci ne sembla être surpris de voir son chef sous une forme humaine et s’apprêtait à l’attaquer quand d’une voix impérieuse le général lui lança:

– Ne bouge pas, bougre d’idiot, je suis Sachavirodaintrachivu, ton général ! Va me chercher le colonel Elfin, il doit me rejoindre le plus vite possible. Allez !

L’intendant parut encore plus surpris de voir la jeune humaine écouter librement cet ordre, certain qu’il était quelques instants plus tôt de la voir finir en amuse-gueule. Mais il voyait bien que quelque chose avait changé, puisque le général avait choisi d’adopter cette curieuse apparence humaine. Il ne chercha pas à en comprendre plus, car les ordres du général étaient à exécuter au plus vite. Il s’élança alors dans le ciel, cherchant du regard le personnage le plus important après Sachavirodaintrachivu, le colonel Elfin.
Pendant ce temps, Séora étudiait la situation. Une ombre approcha d’un pas vif, semblant sortir de nulle part, et se planta devant le dragon.

– Je vous accompagne, déclara-t-elle d’un ton sans réplique.
– Keylane, tu ne peux décidément pas t’empêcher d’écouter les conversations qui ne te regardent pas ? soupira le dragon.

La silhouette ne répliqua pas, et abaissa le capuchon de sa cape. Séora vit une longue chevelure châtain clair se dérouler, laissant quelques mèches tomber devant le beau visage d’une jeune fille aux oreilles pointues qui ne paraissait pas…humaine. Elle avait des yeux violets, animés d’une froideur cruelle. Elle regarda Séora avec un mélange de dédain et d’aversion.

– Je suis Keylane, déclara t elle d’une voix claire, mais dure.
– Je… Je me nomme Séora.
– Ça je le savais déjà. Si tu ouvres la bouche, fait en sorte que ce soit pour m’apprendre quelque chose de nouveau.

La jeune femme étant  virtuellement prisonnière de l’armée ennemie, elle retint le commentaire qui lui brulait les lèvres…mais Keylane ne perdait rien pour attendre.
– Qui est-elle ? demanda Séora, quand l’étrange jeune fille rentra dans sa tente pour y récupérer son arc.
– Keylane est une elfe que j’ai recueillis voilà quelques années, expliqua Sachavirodaintrachivu. Ne faites pas trop attention à son comportement, elle a eu une vie difficile…
– Pourquoi paraît-elle si…
– Agressive ? termina le dragon à sa place.

L’Humaine hocha la tête. Le regard du général se perdit au loin.

– Car elle est jeune… Elle n’a pas plus de quinze ans dans votre décompte des années.
– Quinze ans ? !

Séora était abasourdie. L’armée des dragons acceptait des enfants dans ses rangs ? Ils étaient fous !
– Elle est précoce continua le Sacha. Ses parents ont été assassinés, elle compte bien les venger. C’est une guerrière impitoyable.
Séora accueillit ces dernières paroles avec un mélange de stupéfaction et d’admiration. Le ton plus que glacial avec lequel l’Elfe s’était adressée à elle l’avait agacée, ou du moins déstabilisée, mais son jeune âge, allié à la force de son caractère, en faisait quelqu’un de, malgré tout, assez fascinant.
Tout d’un coup, la jeune humaine trouva le dragon moins impressionnant. Il évoquait le passé de sa jeune protégée avec une affectation qui donna un jour nouveau à sa personnalité. Malgré le mépris exaspérant qu’il affichait par rapport à sa race, Sachavirodaintrachivu semblait pourvu de sentiments…
Un bruit de sabot se fit alors entendre derrière eux, tirant la jeune femme de ses pensées. Que faisait un cavalier en ces terres étroitement surveillées par les dragons ? Elle même avait eu un mal fou à passer.
Mais il s’avéra bien vite que le nouveau venu n’avait rien d’humain. La partie supérieure de son corps était humaine, et le bas de son tronc disparaissait dans une toison que l’on devinait blanchie par l’âge… Quatre pattes ongulées soutenaient l’incroyable créature et soulevaient un petit nuage de poussière à chaque pas.

– On aura tout vu, s’écria le vieux centaure en agitant les bras, une grosse grenouille blanche et bleue à la main (celle-ci parut moyennement contente de se voir propulsée ainsi dans les airs). Des humains ! Ici ? Où est le général Sacha? Le centaure rangea la pauvre grenouille coassante dans un petit sac de peau, autour de son cou. La bestiole eut un dernier regard éperdu avant de disparaître. Et Séora se demanda à quoi elle pouvait bien servir. Comme fétiche ?

– Alors, demanda Keylane qui était ressortie et évaluait le centaure d’un air froid, quelle est notre mission ?
– Nous allons à la rencontre d’humains. Il semble qu’ils aient réussi à résister aux démons, ils pourraient nous être utiles expliqua le général Sacha.
-Ah ! pouffa Keylane. Des humains… Utiles ?

Séora à qui l’elfe commençait sérieusement à lui taper sur les nerfs, dit :

– Si vous réfléchissiez vous comprendriez que si vous n’aviez plus à combattre les humains vous pourriez vous concentrer sur les démons.

Keylane fixa Séora, sa main droite semblait vouloir attraper une de ses flèches et la planter au milieu des deux yeux humains de Séora.

– Pouvons nous s’il vous plait, s’énerva Séora, y aller et mettre fin au plus vite à ce massacre inutile. A moins que vous n’ayez d’autres monst…hrrrmm, lutins ou personnes qui veulent venir ?

En effet le cortège était déjà composé d’un dragon, d’un elfe et d’un centaure, la jeune fille se demandait quelles autres créatures mythiques allaient encore apparaître devant elle. Des fées ? Encore qu’elle aurait bien voulu car des fées, ça devait être gentil… Normalement.

– Une licorne serait bien utile, soupira Sacha, mais malheureusement elles ne veulent pas faire la guerre. Enfin sauf les licornes noires, qui elles ne veulent faire que ça.

Cela semblait faire sourire le dragon mais Séora avait beau essayer de comprendre, elle ne voyait pas ce qui était drôle dans les paroles de ce reptile. Peut-être étais-ce l’humour « dragonien » ou alors il n’avait pas souri.

– Non, elles préfèrent nous observer en silence, en utilisant leurs pouvoirs d’illusion, n’est-ce pas Aziliz !

Séora fut aveuglée par une lumière blanche qui semblait venir de nulle part.

– Bien, commenta la lumière blanche, puisque tu le prends comme ça je vais vous accompagner jusqu’à ce temple. Ces humains semblent être des créatures intéressantes et peut être moins belliqueuses que les dragons. Séora remarqua que le mot créature avait été accentué, elle semblait être vexée d’avoir été traitée de « créatures » mais comment appeler ces « êtres ». Alors que la lumière devenait raisonnable pour l’humaine et qu’elle commençait à apercevoir une forme équine, la lumière redevient normal et la forme disparu.

– En attendant je vais rester camouflée.

Séora sursauta, une voix flottait dans l’air, c’était comme si un fantôme les accompagnait.

– Comme tu veux ! convint le dragon.

Soudain, le sol trembla légèrement, et un bruit de branches brisées se fit entendre.

– Bougre d’imbécile ! tonna une voix.
– Toutes mes excuses colonel !

Toutes les personnes présentes se retournèrent. Le dragon vert se relevait après un atterrissage plus ou moins réussi. Un elfe sauta de son dos, et atterrit souplement devant Séora, médusée.

– Gente Damoiselle… murmura-t-il en un salut respectueux. Général, Keylane salutation à tous. Que se passe t il ?
Séora fut surprise. Ah, tous les elfes n’étaient pas aussi agressifs que Keylane. Elle salua l’elfe de la tête.

– Colonel Elfin répondit Sacha. Nous avons besoin de vous pour « évaluer » le potentiel magique des autochtones de cette planète. Joignez vous à nous je vous prie.

Séora ne pouvait s’empêcher de dévisager le colonel. Il avait une queue de cheval d’un blond très clair, d’ou s’échappaient quelques mèches qui tombaient devant ses yeux verts, et sur ses épaules. Il était beau. Il avait l’air dangereux.

– Le quoi ? demanda-t-il, surpris.
– Cette humaine dit que son peuple peut tenir tête aux démons.
– Est-ce vrai ?

Séora regarda l’Elfe, avec un mélange de respect et de crainte.

– En…en effet.

Elle sembla se ressaisir, et sa voix s’affirma.

– Mon frère est le plus puissant magicien. Il a le pouvoir de détruire les démons, et de les empêcher de revenir dans ce monde !
– Je vois… Il est plus qu’urgent de réduire les démons à néant. Je vous suis approuva le colonel.
– Les Hommes sont faibles… grogna Keylane. Je veux avoir la preuve que ce qu’elle avance est vrai. Comme je ne peux pas avoir cette preuve ici, si une fois arrivés au temple, tout cela est faux, je t’étripe, humaine !
De nouveau Séora dut faire appel à toute sa patience pour ne pas donner une bonne leçon à l’elfe, ils étaient en guerre et la survie de son peuple était plus importante que son orgueil. Mais la vache, qu’est ce que c’était dur !Un appel retentit, et tous virent un autre Elfe perché sur une branche.

– Ce satané dragon à détruit la moitié de la forêt ! s’écria le nouvel arrivant.

Le dragon vert en question, qui avait bien raté son atterrissage, avait d’ailleurs prudemment disparut après l’incident, occupé à superviser le camp.

– Cùthalion ! appela le colonel. Viens par ici !

Le jeune Elfe sauta à terre, et s’avança vers le groupe. Il avait les mêmes cheveux qu’Elfin, retenus de la même manière, et ses yeux étaient d’une couleur aigue-marine. Il ne semblait pas avoir plus de vingt ans dans le décompte humain.

– Qui est-ce ? demanda Séora.
– Cùthalion ? précisa le colonel. C’est mon fils…

Au même moment deux étranges créatures arrivèrent, l’une bien plus petite que l’autre et s’ajoutèrent au groupe de Sachavirodaintrachivu. Séora constata que la première personne, (créature ?) avait respectivement deux têtes pour un seul corps ! Quant à l’autre personnage il semblait que cela fusse un nain. Séora resta perplexe et Cùthalion qui capta son regard expliqua :

– C’est une des tatris, deux cerveaux pour un seul corps, elle se nomme Dame Alcabris, elle est la conseillère en stratégie du général Sacha. Et voici Tenbor, le nain le plus expérimenté que je connaisse en combat au corps à corps : il a un point de vue pratique qui s’avère souvent très utile…

Sachavirodaintrachivu passa en revue d’un bref coup d’œil la composition de son escorte et en sembla satisfait puisqu’il ordonna en maugréant de le suivre en direction du temple.

Séora les guida. Depuis qu’ils avaient localisé l’une des failles amenant les dragons sur la Terre, et s’étaient heurtés à la résistance des humains, ils n’avaient pas pu avancer plus loin que la forêt entourant la ville. Et le dragon apprécia en connaisseur la beauté de la cité. Ils traversèrent une grande place encadrée par de magnifiques statues de marbre blanc qui semblaient poser sur leur groupe hétéroclite un regard indifférent et atemporel. Un temple pourvu de nombreuses colonnes toujours construit dans cette blancheur éclatante qui semblait caractériser l’Atlantide siégeait au milieu de cette place. C’était un bâtiment imposant, une aura de puissance s’en dégageait… Séora en oublia sa blessure à la cuisse qui la faisait souffrir et ressentit une certaine fierté en surprenant les regards curieux, voire même vaguement impressionnés de ses compagnons.
Cependant, surgissant entre deux statues de marbre blanc, un homme retint toute son attention. Son frère.
Demiderus n’était pour ainsi dire un grand homme, mais le charisme qui se dégageait de lui ainsi que – Sacha dû l’admettre – une incroyable puissance faisait de lui un personnage captivant. La masse de ses cheveux blonds était tranchée d’une étrange mèche blanche, qui semblait crépiter de temps en temps.
On voyait dans ses yeux une immense lassitude, et ses cernes démontraient le terrible manque de sommeil.
Séora s’avança d’un pas, soulagée en un sens de sa présence.

– Mon frère, fit elle en se tournant vers la troupe qui l’avait suivit jusque là. Je te présente Sachavirodaintrachivu, général des armées…Demiderus hocha la tête, un sourire soulagé aux lèvres. Ainsi sa sœur avait réussi ! Le tout était de voir jusqu’à quel point.

– Bien. Je vous remercie pour cette trêve. Suivez-moi, nous serons plus tranquilles à l’intérieur…
– Ouille! gémit soudain le centaure derrière Séora, se mettant à boiter.
Sacha leva les yeux au ciel mais s’abstint de tout commentaire, se contentant de suivre leur guide. Il devait avouer que l’architecture des humains en imposait mais, après tout, nul besoin d’une puissante magie pour bâtir des monuments…

– Je me demande bien ce qu’ils ont tous à nous regarder, grinça Keylane qui marchait un peu en retrait, sa capuche rabattue sur la tête lui donnant un air menaçant.En effet, sortant d’abris alentours, de nombreuses personnes levaient vers leur petit groupe un regard où la peur se mêlait à la curiosité. L’état de délabrement de leurs vêtements trahissait une détresse quasiment palpable. Sacha ressentit soudainement une pointe de culpabilité, qu’il ravala bien vite. Seuls les démons étaient responsables de la situation… Leur petit groupe parvint enfin au pied de l’immense bâtiment. Le gigantisme du lieu était tel que le dragon, mal à l’aise, fut un instant tenté de retrouver sa forme originelle afin de rétablir un ordre de grandeur acceptable pour son ego. La présence de tant de monde l’en dissuada pourtant.

– Bien, entrons.

L’humain leva ses mains vers la porte et elle s’ouvrit sous la pression de sa puissante magie. Malgré cela Sacha pouffa dans son coin, ce n’était pas avec un tour de passe-passe tel que celui-ci qu’il allait le convaincre.
Ils passèrent la porte du temple et l’intérieur leur apparu sombre et froid. Quand tout le monde fut entré, la grande porte se ferma brusquement, les laissant tous dans le noir.

– Si vous croyez nous avoir comme ça, sachez que nous les elfes, nous voyons dans le … commença Keylane d’une voix méprisante.

Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase, le temple s’illumina de chandelles, ce qui réchauffa tout de suite l’air. Sacha tiqua une fois de plus.

– Nous ne sommes pas là pour assister à des démonstrations de magie ridicule ! s’écria-t-il.

Autour d’eux il y avait peu de meubles, des tapis étaient posés sur le sol en marbre et quelques coussins étaient disposés dessus. Les murs qui les entouraient semblaient avoir été décorés il y a bien longtemps car il ne restait que quelques traces de fresques sur les murs.
Demiderus prit la parole.

– Bien, qui êtes-vous ?
– Je suis le général Sachavirodaintrachivu, responsable des armées Autremondiennes, représentant de la race des dragons, répondit l’intéressé avec une pointe de fierté dans la voix.

Demiderus haussa un sourcil surpris. Un dragon ? Mais c’était un humain qu’il avait devant lui ! Séora l’éclaira bien vite.

– Ils peuvent changer de forme, l’informa-t-elle d’une voix morne.

Demiderus se plaça devant eux. Le dragon pouvait presque sentir sa peur et sa confusion, mais l’humain, très digne, n’en montrait rien. Fin diplomate, il attendait de voir ce qu’allait dire le dragon. Hmmm, bien. Pour le moment l’humain lui avait montré quelques tours de passe-passe. Voyons un peu s’il était capable de mieux. Le dragon s’éclaircit la gorge.

– Votre soeur est venue présenter sa reddition grogna t il. Et nous a fait part d’un bien étrange conte.

Demiderus se raidit encore plus.

– Un conte, fit il d’une voix calme ?
– Oui du genre de ceux que nous racontons à nos dragonneaux. Vous auriez parait il, des…pouvoirs…qui vous auraient permis de lutter contre nos ennemis ?

Les yeux de Demiderus s’enflammèrent et des étincelles jaillirent des ces doigts. Mais par un violent effort il se contint et reprit calmement :

– Permettez-moi de présenter avant toute discussion mes compagnons ici présents. Le général Ungard, très grand stratège, qui grâce à ses méninges a réussi à nous sortir de bien des impasses et son fils Uol.
Un grand homme barbu au visage anguleux couvert de poussière et de sang, et ce qui semblait être son jumeau en plus jeune, s’avancèrent et saluèrent l’assistance d’un mouvement bref de la tête.

– Et mademoiselle Eremia, médecin, mais qui gère surtout tous les ordres officiels à chaque événement et évolution de cette bataille.

Cùthalion sembla tout à coup très intéressé par la conversation… ou par le joli minois de la damoiselle, qui semblait fatiguée certes, mais d’une beauté rafraîchissante.
Les humains augmentèrent d’un grade dans l’estime de Sachavirodaintrachivu sensible à la bienséance.

-Bien dépêchons, s’impatienta Keylane.

Demiderus reprit.

– En effet ma sœur vous a dit la vérité, depuis quelques semaines, nous faisons battre en retraite les démons, nous avons bien le dessus sur eux et sans votre arrivée nous aurions peut-être fini cette guerre !
– Qui nous dit que vous ne mentez pas ?
– Bien. Nous savons où se trouve la faille d’où vienne les démons. Si nous y allions ?

Le dragon fut choqué par la proposition. Il observa l’humain de plus près. Celui-ci semblait calme, alors qu’il venait de proposer quelque chose d’insensé.

– Vous… vous voulez aller à la Faille ? balbutia-t- il pour la première fois de sa vie. Affronter directement les démons qui en sortent ? Je vous dois des excuses, Humain, vous êtes bien plus courageux… ou fous que je ne le pensais ! Cela ne sera pas nécessaire, je ne veux pas risquer vos vies pour rien. J’ai cru comprendre, d’après ce que m’a révélé votre sœur, que vous aviez capturé quelques démons. Pourriez vous faire une démonstration de votre pouvoir sur eux ?

Cette fois-ci ce fut au tour de Demiderus d’avoir l’air choqué.

– Mais, ce sont des prisonniers protesta t il. Il n’est pas question de les blesser ou de les abattre juste pour vous faire une démonstration !

Le reptile hocha la tête. Ah, les humains n’avaient pas encore compris à quel point les démons étaient dangereux. Celui-ci en avait pitié. C’était pathétique.

– Alors notre alliance ne peut avoir lieu répondit-il posément. Si vous avez des pouvoirs, nous pouvons éventuellement vous inclure à notre armée. Mais vous devez être aussi motivés que les peuples qui ont souffert des invasions démoniaques. Les Failles qui se trouvent sur Terre n’ont été ouvertes que depuis peu. Dans notre univers, nous avons d’autres Failles, moins importantes, qui ont cependant, depuis des millénaires, déversées des démons, pillant, tuant, massacrant des peuples entiers. Vous n’avez pas des prisonniers, humain, vous avez des futurs cadavres qui sont encore en vie, c’est tout.

Demiderus était furieux. Il avait perdu de nombreux compagnons et contrairement à ce qu’avait dit Séora, ce n’était pas si facile de vaincre ces maudits monstres, même s’il se gardait de le montrer. Mais en dépit de sa douleur et de sa peine, il se refusait à sacrifier ses prisonniers. Cela n’était pas noble. Il n’allait pas s’abaisser au niveau de ceux qu’il combattait. Il ouvrit la bouche et soudain, une alarme retentit dans tout le temple. Les murs se mirent à trembler et les statues vacillèrent sur leurs socles.

– Et bien, dit sombrement Demiderus, je crois bien que nous n’allons pas avoir besoin de discuter plus longtemps. Les démons viennent de rouvrir la Faille. Nous devons les combattre !

Demiderus accéléra le pas en direction de l’origine des tremblements. La faille s’ouvrait, et il ne voulait pas voir sa cité tomber en ruine sans se battre. Des combattants surgirent de nul part sur son passage, à croire qu’ils étaient restés cachés là tout ce temps… Ce qui était peut être le cas.
Ne sachant trop quoi faire, Sacha et sa troupe lui emboîtèrent le pas. Après tout, c’était une bonne occasion pour eux de voir les humains passer à l’action.
Séora rejoignit son frère d’une souple foulée, retenant à peine une grimace sous la douleur qui émanait encore de sa cuisse.

– Je trouve quand même étrange que les dragons, qui nous ont posé tant de problèmes ces derniers jours, combattent les démons depuis tant de temps alors que nous ne rencontrons pas plus de difficulté que ça à les contenir…

Demiderus lui jeta un coup d’œil en coin, sans pour autant ralentir le pas. Il ne répondit pas.

– Simple point de vue militaire, sourit sa sœur, comprenant qu’il avait pour l’instant d’autres chats ou, en l’occurrence, d’autres démons, à fouetter pour le moment.

Des explosions sonores et des cris retentirent soudain devant eux. La petite armée se mit à courir. Ce qui ressemblait au début à une simple fente se mit à s’agrandir progressivement alors que des éclairs rouges et noirs se mettaient à fuser en tous sens en provenance de la Faille. Elle luisait d’une noirceur machiavélique. Le sang versé lors de maintes escarmouches se répandait sur le sol, donnant l’impression de marcher dans une boue de terre et de sang. Ce paysage chaotique était désespérant. Il enlevait toute joie, et la remplaçait par une nausée, dû à l’odeur du sang qui macérait sous un soleil de plomb.
La faille émit un bruit qui semblait venir des entrailles de la terre.
Peu après, un trou béant avait pris la place de la petite fissure. Les bords flamboyaient d’un feu violet sombre tirant sur le noir, et une sorte de membrane fine et d’un rouge sang, luisant, occupait l’orifice. Régulièrement, des petites flammèches tombaient, s’éteignant immédiatement au contact du sol avec un petit gémissement quasiment inaudible.
Le groupe pouvait voir un soleil apparemment ardent, et noir lui aussi, de l’autre côté de la Faille. Des maisons aux couleurs criardes ne comportant ni portes ni fenêtres étaient également visibles. Puis des ombres qui semblaient ne sortir de nulle part se dressèrent juste derrière la limite qui séparait les deux mondes. Elles regardaient le petit groupe avec malveillance et laissaient échapper des cris qui n’avaient rien d’humain. Puis, brusquement, la membrane luit de plus belle, et les créatures sortirent de la Faille. Les Démons attaquaient…

CHAPITRE DEUX :

Séora dégaina son épée. Elle s’apprêtait à s’élancer lorsqu’une flèche siffla à son oreille, et vint se planter dans l’œil d’une des créatures, lui arrachant un hurlement de douleur. Aussitôt les autres réagirent, et s’élancèrent vers l’Elfe qui avait lancé la flèche.
Keylane abaissa son arc long, et évita d’un mouvement souple l’arme d’un des monstres.
Cùthalion avait lui aussi bandé son arc. Sacha incanta, et retrouva sa forme originelle. Un jet de flamme s’étendit sur le sol.

– Qu’attendez-vous ? hurla Séora à l’adresse de son frère et de ses compagnons.

Mais elle fut interrompue lorsque le jet de magie fusa, et frappa la masse des adversaires, tuant trois démons sur le coup. L’odeur des chairs brûlées emplit la pièce, et Séora réprima un début de nausée. Elle se défendit tant bien que mal contre les attaques démoniaques, mais se sentait faiblir. La jeune femme évalua rapidement les victimes.
Il ne restait que cinq démons en état de se battre, Sacha ne semblait avoir aucune blessure, balayant l’espace autour de lui de sa queue écailleuse. Les deux jeunes Elfes tiraient flèche sur flèche, infatigables, et leur aîné se portait bien aussi. Séora évita un coup de massue, et fit un mauvais mouvement qui rouvrit sa blessure à la cuisse. Celle-ci se mit à saigner.
Elle hurla. Pas pour qu’on vienne la sauver. Pour qu’on tue les démons. La jeune femme eut tout juste la force de voir un centaure galoper vers elle, avant de tomber inanimée sur le sol de marbre.
Tout le monde avait vu et entendu Séora tomber et crier mais les démons les empêchaient d’aller l’aider. Le centaure porta un coup d’estoc qui fendit le démon en deux, puis il galopa vers Séora, évanouie sur le sol souillé par le sang pourpre des démons.
« La pauvre petite, pensa le centaure en la soulevant de cette flaque où elle gisait. Elle est si courageuse et pourtant si faible! »
Il n’eut pas le temps de se lamenter plus sur le sort de la jeune femme, car une nouvelle horde de démons sortait de la faille.
Demiderus était surpris. C’était la première fois qu’il en voyait autant ! De plus il s’inquiétait pour sa sœur. Mais avait remarqué que le centaure s’en occupait, et il le remercia intérieurement. C’était l’occasion de montrer l’étendu de ce qu’il pouvait qualifier de… pouvoir !
Il allait les tuer d’un coup cette fois !
Il se mit aussitôt en action, sa mèche de cheveux crépita de plus en plus, et Sacha sentit qu’une nouvelle énergie émanait de lui. Une aura puissante. Il était bluffé par ce qu’il ressentait, mais ne se laissa pas déstabiliser. Il observait le jeune homme tout en brûlant les démons qui sortaient de la faille. Demiderus était vraiment énervé. Ses mains prirent une couleur bleu éclatant et le jet qui en sortit carbonisa très proprement les démons.
Hmmm, sa magie était brute. Et sa manipulation n’était pas très sophistiquée. Sacha se dit qu’il ferait un allié utile, et tous ceux qui pourraient se rallier à leur cause…Car il n’avait pas menti, ses pouvoirs étaient réels. Le dragon n’eut pas le loisir d’observer plus longtemps cet homme imposant. Les Humains venaient de remonter sensiblement dans son estime… Mais il fallait espérer que cet homme n’était pas seul sur sa planète. Une armée composée de magiciens tels que Demiderus serait plus qu’efficace contre les démons !
Ils avaient anéanti tous les démons quand la faille s’arrêta de flamboyer. Tous étaient exténués, et Demiderus pensa qu’ils devaient tous se reposer avant une potentielle nouvelle arrivée de démons. Il était heureux d’avoir pu montrer qu’il était aussi puissant qu’eux. Mais il s’inquiétait pour sa sœur. Où était le centaure?
La réponse vient instantanément, car il le vit accourir, et épuisé, il les pressa :

– Dépêchons-nous ! La petite ne se réveille pas et elle respire mal!Demiderus n’entendit pas la suite. Il courut vers sa sœur, mais Sacha, encore sous sa forme de dragons, fut plus rapide.

– Attends ! ordonna Sacha.
– Je dois la faire soigner s’écria Demiderus, le cœur serré par les blessures de sa soeur, vite, appelez notre médecin !
– Vous allez lui appliquer un Reparus, c’est ça demanda le dragon.

Demiderus se retourna vers lui, les yeux écarquillés d’un espoir fou.

– Un… un Reparus ? Vous voulez dire que vous pouvez faire de la magie pour guérir ?
– Mais bien sûr répondit le dragon, pourquoi, ce n’est pas votre cas ?
– Non répondit Demiderus, encore sous le choc. Nous n’utilisons les dons de nos magiciens que pour combattre, nous ignorons comment faire pour soigner.

Le dragon tordit le nez… enfin les naseaux.

– Vous n’êtes pas des magiciens grogna t il. Vous êtes des Sortceliers, comme nous. Ceux qui savent lier les sorts. Laissez moi vous montrer à quel point la magie peut être bénéfique, humain !

Il incanta :

-Par le Reparus que la blessure guérisse, sans que la guerrière périsse !Sous les yeux ébahis de Demiderus et de ses compagnons, les blessures de Séora se refermèrent et bientôt la jeune fille ouvrait des yeux papillonnant…
Demiderus n’en revenait pas, avec sa magie, le dragon avait pu soigné sa sœur, peut-être que si Sacha lui apprenait il saurait lui aussi comment utiliser la magie, le pouvoir qu’il avait en lui !
Il s’exclama:

– Co..co..coment vous faites ça ?
– Ce n’est rien que de la magie on utilise une formule en rime et ce dont parle la formule s’accomplie, on lie les sorts!
– Pourriez vous m’en apprendre plus, plus tard ?
– Si les tests que nous vous feront passer sont concluants, et que nous vous proposons une alliance, oui je vous apprendrais, car votre pouvoir est utile, certes, mais l’est encore plus si vous savez l’utiliser, je propose donc que tous les humains capables comme vous de lier les sorts, se réunissent, passent les tests, et peut-être apprendront-ils à utiliser les sorts.

– Merci ! Mais comment vas-tu Séora ? Ta blessure ? Je t’ai vu baigner dans ton sang et maintenant tu te réveilles et surtout tu es vivante !
– Oui, oui je vais très bien mais je me sens toute bizarre et je suis toute engourdie.

Demiderus jeta un coup d’oeil anxieux à Sacha mais celui- ci le rassura d’un petit hochement de tête.

-Que s’est il passé après que… que je sois tombée dans les pommes.

Malgré sa fierté Séora avouait s’être montrée faible devant tout le monde.

– Nous avons fini par anéantir les hordes de démons et le centaure t’a sauvée. Nous étions tous très inquiets de ton sort mais apparemment tu t’en tires bien, lui dit son frère plein de tendresse
– Oui on peut dire ça comme ça. Où est le centaure que j’aille le remercier de m’avoir sauvée, fit Séora en se relevant.
– Il est dans une tente d’infirmerie avec le docteur Erémia, il a une petite estafilade le long du dos mais il en faut bien plus pour tuer un centaure robuste comme lui, répondit Demiderus ne pouvant s’empêcher de sourire.
-Bien, maintenant nous allons passez aux choses sérieuses, il faudrait prévoir les tests adéquats pour vérifier l’étendu de vos pouvoir, j’y convie tous les atlantes capables de le réussir ! proclama Sacha.
– Je veux bien, répondit Demiderus, mais combien de temps ça va nous prendre, et surtout en quoi consiste ces tests?
-C’est bien simple nous allons vous faire passer le concours d’entrée des dragons dans l’armée, fit il fièrement.

Demiderus et tous ces compagnons furent très surpris d’entendre de tels paroles, comment pouvaient-ils être prêts pour passer cet examen, ils ne s’étaient jamais entraînés, Demiderus osa alors:

– C’est que nous n’avons jamais vu comment cela se passe, un concours d’entrée dans les armées dragonnes, nous ne savons pas sur quoi nous seront jugés !
– Ne t’inquiète pas, dit le dragon, c’est une sorte de jeu de piste ou tu devras utiliser la magie pour te défendre, et donc attaquer ! Nous le mettrons en place par magie sur la plus grande place d’Atlantis. Cela te convient-il ?
– Parfaitement. Nous passerons un message dans toute la ville pour que tous les atlantes pouvant passer ce concours y participent. Nous prévoyons ça pour ce soir ? demanda Demiderus redevenu fin diplomate.

Le soir même alors que la troupe se dirigeait vers la plus grande des places d’Atlantis, ils furent rejoints par une foule de personnes venus prouver leurs dons et leur bravoure. Une fois réunis sur la place centrale Demiderus commença avec son assurance et sa diplomatie habituelle le discours d’entrer au test :

– Tout homme, femme ou autre qui veulent prouver leur valeur et nous aider a vaincre une bonne fois pour toute les démons qu’ils se lèvent et viennent vers le début du parcours situé devant la fontaine de jouvence.Tout le monde se mit en mouvement et se déplaça à travers l’immense place qui était juste une cour pavée et en son centre la fontaine de jouvence. La place était un lieu de rencontre, d’échange, de marche c’était une sorte de forum. Mais ce soir la place était vide, tout le monde était concentré et aucun échange ne se faisait seul le bruit des pas mornes des Atlantes se déplaçant avec lenteur sur la surface des pavés.

– Atlantes suivez-moi ! scandait Demiderus , suivez-moi dans les épreuves ! Suivez-moi dans les conflits ! Suivez-moi dans les batailles ! Suivez-moi dans la mort s’il le faut !Les Atlantes étaient totalement électrisés, ils suivraient Demiderus dans la mort s’il le fallait. Le parcours paraissait simple : une fosse à franchir, une colline à passer, une forêt noire et un chemin curieusement calme. Demiderus se lança le premier. Il se plaça devant la fosse et l’observa sous les cris d’encouragements des atlantes. Il entendit une sorte de crépitement et vit soudain apparaître un animal géant, noir et… visqueux ! L’animal fonça sur lui, mais malheureusement pour la bête, Demiderus qui avait prévu cette attaque l’esquiva et le trancha en deux avec son épée. Il fonça ensuite vers la colline. Sa course lui parut interminable et il n’était toujours pas arrivé au sommet. Il s’arrêta et… glissa. Il reculait vers le pied de la colline ! Il comprit alors que si il s’attardait il retournerait vers la fosse mais s’il courait il se fatiguerait inutilement puisqu’il n’avancerait pas. Il lui vint soudain une idée… et pourquoi ne survolerait-il pas la montagne ? Il se concentra de toutes ses forces et réussit à décoller après quelques minutes. Il passa ainsi la colline sans difficulté.
Il se laissa retomber sur le sable juste devant la forêt et décida d’y entrer.
Soudain, comme si la forêt eu senti sa présence, des milliers de lianes foncèrent sur lui. Il fut très vite submergé. Plus il bougeait, plus elles resserraient leurs étreintes, il décida de ne plus bouger.
A l’extérieur la foule était terrifiée de ne pas le voir ressortir quand soudain il en émergea plein de feuilles. La foule se leva et hurla son nom comme s’il eu été un héros.
Le chemin si calme, Demiderus sentait un piège. Il avança prudemment. Il eut tout juste le temps d’éviter un rayon bleu. Plus tard il appris que cela s’appelait des Pocus. Usant de son agilité il les évita, malgré certains qui étaient passés un peu trop près !
Sacha n’en revenait pas, un humain avait réussi le concours auquel certains dragons échouaient !
Seul Demiderus et quelques “lieurs de sorts” réussirent à faire ce parcours.
Les Atlantes dépités de leur échec retournèrent tous chez eux seul Demiderus resta auprès des dragons:

– Pouvez-vous maître dragon me reparler de cette manière de “lier les sorts” en rime ?
– Je vais vous apprendre les sorts de base qui vous aideront pour lutter contre les démons et quand la guerre sera finie peut-être que je vous en apprendrais d’autres, expliqua Sacha.
– Merci. Quand commencerons-nous mon apprentissage ? s’enquit Demiderus.
– Nous le commencerons demain à six heure cinquante. Mais puisque nous somme ici je vais t’en apprendre un maintenant. Les sorts qui fondaient sur vous dans le parcours n’étaient autre que des Pocus. Un Pocus est un sort qui paralyse une personne dans une sorte de filet. La formule est très simple :

– Par le Pocus je te paralyse pour qu’enfin tu ne fasses plus de bêtise.Un jet bleu fusa en direction de Demiderus qui ne put le contrer. Celui-ci se retrouva paralyser par le Pocus.

– Pour te libérer d’un Pocus essaies seulement d’imaginer qu’il disparaît.Sur son ordre Demiderus imagina le Pocus disparaître et celui-ci… persista dans sa paralysie.

– Non, non, il faut que tu sois concentré, recommence en l’imaginant disparaître comme tu l’as fait mais en y pensant plus fortement. Demiderus s’essaya une nouvelle fois et le Pocus disparut comme par magie.
Il s’en alla tard le soir après avoir faillit paralyser Sacha plus d’une fois en s’essayant au Pocus. Il n’était pas encore habituer aux rimes et aux formules mais ses Pocus s’avéreraient par la suite d’une grande force, Sachavirodraintachivu fut totalement pris a l’improviste lorsque un Pocus de Demiderus fusa sur lui et le paralysa . Le dragon mit un temps considérable a annihiler son effet et finalement se libéra. « Cet humain a des pouvoirs titanesques, il ne s’en rend pas encore compte mais il pourrait sauver ce monde à lui seul s’il savait se servir de formules. Oui il a un potentiel non négligeable » pensa Sacha en regardant partir Demiderus et en s’extasiant sur l’aura de pouvoir qu’il dégageait.
Le lendemain alors que Demiderus se dirigeait vers le camp des dragons qui était proche de la faille il sentit une secousse violente et brève." La faille, les démons, ils font encore une offensive" pensa Demiderus en courant. Quand il arriva il y avait une dizaine de démons amassés devant la faille encore rougeoyante.
« C’est le meilleur moment pour m’exercer aux Pocus » se dit ironiquement Demiderus.

– Par le Pocus je te paralyse pour qu’enfin tu ne fasses plus de bêtises, scanda Demiderus en se concentrant sur ses ennemis.

Le jet de magie fusa et toucha un démon qui fut aussitôt paralysé par le sort. Mais les autres étaient encore libres de leurs mouvements. Ils attaquèrent en hurlant.
Demiderus sortit bravement sa lame et enclencha quelque sorts dans sa mémoire prêts à l’emploi dans peu de temps.
Il en carbonisa deux d’office, deux autres tombèrent sous sa lame. Il en restait encore six.
A ce moment ils se concertèrent et attaquèrent tous ensemble. Demiderus se sentait perdu quand soudain… une lame détourna les griffes qui fonçaient vers sa gorge.  Son sauveur agit à une vitesse époustouflante, il chargea les démons qui reculèrent sous les coups impardonnables de l’elfe qui leur assenait des coups de plus en plus vite. L’elfe en décima cinq avec son sabre, le dernier qui avait vu ses compères se faire tuer tentât un retour dans les limbes. Un nouveau Pocus de Demiderus l’en empêcha et le démon périt sous le tranchant du sabre de l’elfe.
Après avoir nettoy é son épée dans l’herbe l’elfe se retourna et Demiderus put enfin reconnaître son sauveur ou plutôt sauveuse, c’était Keylane.

– La magie c’est pas mal, même si vous n’en avez pas tant que ça dit-elle dédaigneusement. Mais rien ne vaut une bonne lame !

Demiderus en était tout embarrassé : le dernier espoir des Atlantes réduit à se faire sauver par une elfe arrogante ! Le camp des dragons était assez loin, et il prit un cheval pour s’y rendre.
Les elfes lui indiquèrent la tente du Général. Il allait rentrer dans celle-ci quand il entendit que Sacha discutait avec la tatris :

– … que les humains et les dragons s’allient pour lutter ensemble contre les fléaux que sont les démons. Un apprentissage des sorts aux humains sera effectué à la fin de la guerre. Ceux-ci pourront peut-être s’ils prouvent leur valeur venir dans notre monde pour en apprendre encore davantage. Je crois que j’ai dit le plus important, vous m’en dupliquerez dix exemplaires et vous les enverrez aux hauts mages d’Autre-Monde.

Demiderus avait entendu ces bribes de conversation et il fut très intrigué de la mention de Sacha d’Autre-Monde. Il entra dans la tente pour avoir plus de renseignements sur cet Autre-Monde et sur les sortilèges.

– Oui ? demanda Sacha.
– Qu’est ce que c’est qu’autremonde ? Quelle est la nature de la magie ? Comment les incantations permettent de contrôler celle-ci ? Pourquoi certains sont doués de magie et d’autre non ? interrogea Demiderus.
– Houla, du calme, temporisa le dragon, on dirait mon fils, (il ouvrit le rabat de la tente, passa sa tête écailleuse dehors et cria : Chemnashaovirodaintrachivu ! Tiens, Chem, viens par ici !

Un jeune dragon bleu s’approcha de la tente.

CHAPITRE 3 :

-Que votre magie illumine ! dit Chem avec un sourire plein de crocs. Je m’appelle Chemnashaovirodaintrchivu, fils de Sachavirodainttrachivu, Haut mage dragon d’Autre-monde. Je vous salue Sortcelier Demiderus ! Mon père m’a parlé de vos exploits. Je suis son bras droit pour cette campagne. Et je vous remercie de vous joindre à notre combat.

Demiderus s’inclina. Le fils de Sacha avait l’air plus « souple » mentalement, que son dragon de père. Et c’était la première fois que l’un de leurs envahisseurs les remerciait de leur aide. C’était mieux. Nettement mieux.

– Oui, bon, grommela Sacha. Tout n’est pas encore acquis. De rudes combats nous attendent avant que les démons ne soient repoussés. Et je ne sais pas encore si les humains vont réussir à maitriser leurs pouvoirs !Chem opina. S’il n’avait pas encore vu le pouvoir des Hommes, ces derniers lui paraissaient … très intéressants. Qui sait peut-être qu’il y trouverait d’excellents défis pour pimenter sa longue existence.
Demiderus allait continuer de parler lorsqu’il vit voler devant lui une chauve-souris géante. Celle-ci s’approcha du bureau et s’y posa sans douceur elle avait une patte cassée et du sang coulait de ses ailes. Soudain elle se transforma et à la place de la chauve-souris se tenait un homme jeune blessé et qui peinait à parler :

– Maître Sachavirodaintrachivu colonel des armées vampyrs au rapport, la faille s’est réouverte, les démons ont trouvé un moyen de l’ouvrir sans faire de bruit et on déconnecté l’alarme ! Ils en sortent en masse mes hommes et des elfes les combattent j’ai envoyé des émissaires prévenir les troupes alentours et les “lieurs de sort” d’Atlantis. Nous avons un effectif numérique au plus bas, nos troupes se font massacrer nous avons besoin d’aide de toute urgence, réussit-il à articuler.

Soudain son corps s’affaissa et il s’écrasa face contre terre une flèche noire plantée dans la tête. Une fraction de secondes, ils se demandèrent qu’est-ce que c’était mais les démons ne leurs laissèrent pas le temps de réfléchir, une foule hurlante, gluante et visqueuse s’engouffra dans la porte et les assaillit.
La tente s’effondra et les deux dragons rugirent à l’unisson. Une gerbe de feu jaillit, carbonisant et le tissu et les démons. Tout le camp se précipita.

Et la bataille s’engagea.

Ce n’était pas un très gros contingent qui s’était infiltré, mais il était évident qu’ils avaient cherché à neutraliser le pouvoir central de l’armée des dragons en éliminant leur Général. Demiderus et Séora se battaient avec férocité, aux côtés des elfes et des nains.
Soudain, Séora, qui s’était éloignée de autres pour combattre un démon poussa un cri étouffé. Le démon l’avait saisie a bras-le-corps et tentait de fuir vers la faille.
Demiderus, pris par une soudaine poussée de rage, libéra alors son pouvoir. Le démon ne survécu pas et Séora fut libérée.
L’armée des démons s’amenuisait et ils purent les repousser hors du camp là les émissaires qui avaient envoyé le défunt vampyr revinrent avec les “lieurs de sort” et des combattants Atlantes. Les démons pris au piège se firent exterminer jusqu’au dernier. Une autre offensive avait échoué mais combien y en aurait-t-il d’autres ?
Il y avait peu de pertes Autres-mondiennes à déplorer, quelques Atlantes avaient péris, pris pour cible par les archers démons.
Les alliés vinrent chercher les corps des combattants. Les démons furent brûlés près de la faille, ce qui dissuaderait peut-être les prochains démons de venir se battre. L’odeur de chair brûlée donnait la nausée à tout le monde. Une mare de sang pourpre faisait office de terrain devant la faille.
Réunis dans la tente de Sacha, Demiderus, les lieurs de sorts, Séora, Dranvosh, un vampyr, le nain Tenbord et Keylane discutaient des attaques incessantes des démons :

– … mais alors pourquoi les démons ne cessent ils pas le combats ? dit le nouveau colonel vampyr.
– Le roi des démons sait que si une alliance se fait ils n’auront aucune chance de conquérir ce monde. Il veut à tout prix empêcher ceci, expliqua Sacha.
– Mais maintenant l’alliance est faite, alors qu’ils aillent mourir ailleurs, martelait le nain qui avait une dent contre les démons.
– L’armée démone continuera ses attaques, je le crains, soupira Demiderus.
– Et bien qu’ils viennent nous seront là pour les accueillir, intervint Keylane tout à elle dans sa soif de combat.
– Il n’y a pas que les combats qui existent. Si nous ne déterminons pas le véritable but des démons, on laissera au roi démons le temps de concocter un mauvais plan et de nous tuer avec une arme qui nous surpassera, fit sombrement Sacha.

Mais personne n’écoutait personne les paroles se confondaient et aucun plan ne pouvait être tiré de cette situation confuse. Demiderus qui venait d’avoir une idée se plaça entres les belligérants et cria :

– Stop nous n’arriverons à rien comme ça. Il faut faire un plan concerté. J’ai justement une idée. Ce sont les démons qui attaquent tout le temps, et si pour une fois, NOUS les attaquions ? Le roi démon sera pris au dépourvu et nous pourrons peut être avoir un aperçu de ses plans. Je propose une offensive dans les limbes. Tout le monde resta choqués un instant jusqu’à ce que :

– Nous avons la coutume de venger nos défunt gradés, vous pouvez compter sur le soutien des vampyrs. Les démons sont un fléau qui tôt ou tard s’abattra avec force sur Autre-Monde alors autant les en empêcher maintenant.
– Je suis surprise par votre bravoure avoua Keylane, vous aurez je pense le soutien de quelques elfes.
– Vous êtes notre chef Demiderus nous vous suivront même dans la mort proclamèrent ses compagnons dans un bel ensemble.

Tout le monde se tourna vers Sachavirodraintachivu. Un sourire sadique se dessina sur les lèvres de celui-ci :

– Hmm, s’infiltrer dans le camp ennemi ? Pourquoi pas, nous n’avons jamais essayé. Il nous faudra un petit groupe. Nous allons travailler à ce plan cette nuit.à Demain nous partirons.
Alors tous ensemble le lendemain avec des combattants aguerris ils partirent vers la faille et le chaos.
Cùthalion s’approcha de Séora et lui fit signe de le suivre. Il fit apparaître un petit carré transparent :

– Je te fixe ce petit transmetteur, cela nous permettra de rester en contact dans la bataille. On ne sait jamais ce qui peut arriver.

Il incanta:

– Par le fixus, fixe toi à son bras, que je communique avec toi à chaque pas.

Un petit carré quasiment invisible apparut sur l’avant-bras de la jeune fille surprise.

– Tu peux faire de la magie !
– Oui, certains d’entre nous peuvent le faire.
– Ouh ! Quelle scène touchante, dit Keylane qui s’était approchée en douce. Le preux chevalier qui donne un cadeau à sa dame …
– Tais-toi, interrompit le jeune elfe. Est-ce que tu pourrais te mêler de tes affaires pour une fois dans ta vie ?

Séora qui avait rougi face à la délicate attention de Cùthalion, piqua carrément un fard et dit :

– Bon je vais aller me préparer. « Partout sauf ici » pensa-t-elle en rejoignant le groupe, sous l’oeil légèrement moqueur de Keylane.

– Jusqu’à présent, la faille ne s’ouvre que lorsque les démons apparaissent fit remarquer Demiderus. Avez-vous un autre moyen d’y accéder ?

– Oui, confirma Sacha. Accrochez vous, cela risque de secouer. SPARIDAM !

Tout le monde fut secoué et seul Sacha et Keylane restèrent debout lorsque un atterrissage peu commun les fit tomber à terre. Ils étaient dans les limbes au pays des démons.
Ils atterrirent dans une ville incroyablement désordonnée, très colorée et vide. Les bâtiments étaient pittoresques mais apparemment celui qui les avait construites n’avait aucune idée sur la fonction d’une porte ou d’une fenêtre. D’ailleurs, cela ne leur posait pas de problème puisqu’ils traversaient les murs.

– Vite, cachons nous il ne faut pas que les démons nous voient, pressa Sacha.
Quand ils furent tous bien cachés Sacha leur expliqua la situation :
– Donc si on suit le plan de Demiderus il nous faut aller au château du roi démon. A ce qu’on m’a dit c’est un château mouvant avec plein de couleurs et avec des portes, des fenêtres et toits aux mauvais endroits. Donc le premier qui voit un château de ce genre nous appelle, gardez bien l’oeil ouvert et ne vous faites pas repérer.
– Attendez, dit Keylane qui ne comprenait pas très bien. Vous êtes en train de me dire que l’on doit chercher un château qui… marche ?
– Oui c’est cela enfin selon mes sources.
– Et sont-elles sur vos sources ? grogna le nain.
– D’un de vos compatriotes, qui a été fait prisonnier et à réussi à se libérer. douteriez-vous de votre propre peuple ?
Le nain ne discuta plus. La réponse lui avait rabattu le caquet.
– Bon s’il n’y a plus de discussion mettons nous en marche, et faites attention aux alentours.
Ils marchaient tous serrés et cachés. Ils contournèrent la ville, ils avaient tous la nausée, en effet nous étions à l’office de juillet et c’est le “sargard” le jour le plus attendu chez les démons. Toutes les viandes, qui avaient atteint une maturité à effrayer un asticot, se vendaient dans la ville. Il s’y vendait des tentacules, des pattes, plein de choses répugnantes que mangeaient les démons.
Grâce à ce marché peu commun les alliés purent traverser la ville sans être vus.
Ils étaient à la fin de la ville quand un vampyr vit le château. Il alerta tout le monde et la troupe se mit en marche vers le château qui s’était stationné sur l’aval d’une colline.
– Aïe aïe aïe, dit Sacha quand il vit le joli rose Barbie qui ornait les murs du château, alors là on a un problème.
– Et pourquoi ? interrogea le nain.
– Parce que si mes sources sont exactes…
– Bien sûr qu’elles sont exactes vos sources puisque c’est un nain qui vous renseigne ! s’énerva le nain.
– Je peux finir, oui ? demanda le dragon, donc, comme je le disais, si mes sources sont exactes, plus le château est rose, plus le roi est de mauvaise humeur.
– Et alors ? dit Keylane, on vient pas pour prendre le thé !
Vu de loin le château était hideux mais vu de près il était ignoble. Les fenêtres en bas, les portes en haut, et les toits sur les côtés.
– C’est le château du roi démon ? demanda Keylane dégoûtée.
– Oui, j’avoue qu’il a un très mauvais goût question décoration mais ce ne sont pas les façades qui nous intéressent non ?
Keylane se rendit compte de son inutile propos et se promit de réfléchir davantage la prochaine fois.
– C’est bien beau tout ça mais par où on rentre ?
– Je n’en n’ai aucune idée. Il faut faire le tour du château.
Après maints tours du château, ils n’étaient toujours pas rentrés. Après un soupir d’exaspération, le nouveau colonel vampyr se transforma en chauve-souris et s’envola. Il fit deux fois le tour du château s’arrêta à une petite corniche à trois mètres du sol, et revint :
– Il y a une entrée derrière cette corniche. Il va vous falloir grimper pour y arriver.
La troupe se mit au devoir de grimper et, avec l’aide des chauves-souris réussirent à atteindre la corniche qui était en fait une fenêtre à l’envers. Il n’y avait qu’un seul problème, les nains sont Autre-Mondialement connus pour leur peur de l’altitude, ces deux là n’outrepassaient pas cette règle de la nature nainienne.
– Qu’est ce que vous attendez pour monter vous deux ? déclara Sacha en les voyant en bas.
– Nous ne voulons pas monter, déclara Tenbor. Nous les nains nous sommes des guerriers et des forgerons pas des grimpeurs.
– Dépêchez vous bon sang vous croyez que nous avons que ça à faire, s’exaspéra Keylane.
– Nous ne pouvons pas point final, martela Tenbor.
– Je vous jure vous les nains ! Bon allons les aider, déclara Demiderus, un elfe et un vampyr avec moi.
Demiderus et Keylane prirent un nain chacun et le vampyr coordonna l’ascension. La montée fut chaotique car les nains ont une forte ossature et ils étaient lourds. Le vampyr aida du mieux qu’il put sous sa forme de chauve-souris : c’est à dire qu’il poussait quelque fois les nains. Finalement ils arrivèrent sur la corniche, un peu essoufflés mais entiers.
Ils se mirent alors en route passant par la fenêtre, dans le château démoniaque. Une fois passés par la fenêtre, ils se retrouvèrent tous… quelque part. Ils n’auraient su dire où exactement car ils n’y voyaient pas plus loin que leur nez. Une épaisse fumée les entourés.
– Quelle puanteur… jura Cùthalion qui avait l’odorat beaucoup plus sensible que ses compagnons. On dirait un mélange de viande, de détritus et de quelque chose d’autre que je n’arrive pas à identifier.
Ils avancèrent donc prudemment, franchirent une porte pour se retrouver dans une pièce vide, carrée, aux murs couleur saumon pas très frais mais où la fumée avait disparue, c’était déjà ça. Elle était vide. Entièrement. Tous s’entre-regardèrent puis haussèrent les épaules. Ok, ici, certaine pièces ne servaient à rien, ou alors le roi des démons voulait faire passer son château pour plus grand qu’il n’y paraissait ….
Ils la traversèrent donc aux aguets, Keylane absorbée dans sa concentration pour détecter un éventuel ennemi. Après avoir traversés au moins une douzaine de pièces identiques à la première, ils crurent revenir sur leur pas.
– Mais c’est un vrai labyrinthe ce château, s’exclama Séora. On n’est pas déjà passé dans cette salle ?
– Comment peut-on savoir, elles se ressemblent toutes, fit remarquer Keylane avec une mauvaise volonté non dissimulée …
La petite troupe s’apprêtait à reprendre son chemin, quand Cùthalion s’exclama en jubilant :
-Regardez, ici, il y a une porte dissimulée … Je suis sûr qu’on ne l’a pas encore empruntée … On entre ?
Sacha, en tête du groupe, hocha la tête et s’avança.
Quand il ouvrit la porte, il ne put retenir un hoquet de surprise, suivit d’un grognement de mécontentement.
– Par les tripes fumantes de Shaientus, je n’en crois pas mes yeux !
Intrigués, les autres se frayèrent un passage, et ne purent retenir eux aussi quelques exclamations.
– Une … une piscine ? Là ? Chez le roi des démons ? In-croy-able, siffla Tenbor.
C’est alors qu’une cinquantaine de pair d’yeux ce braqua sur eux. Une horde de démons occupés à « s’amuser » au bord de l’eau ou même à l’intérieur venaient de les repérer.
D’une incroyable rapidité les dragons activèrent des boucliers magiques et les deux elfes commencèrent à tirer. Un peu surpris Demiderus et Séora, commencèrent à s’activer. Tembor lui non plus n’avait pas perdu son temps : avec sa hache il sauta entre les démons et découpait tout ce qui pouvait l’être. Malgré la bravoure du petit groupe, la partie commençait à virer à l’avantage des démons. En effet, ils étaient très durs à abattre et certain même s’auto guérissaient. Avec un hurlement de douleur, l’agile nain reçut un coup griffe dans le dos. Séora, à l’aide de Keylane qui couvrait ses arrières, vint en aide au nain. Sacha incanta rapidement un reparus. Comprenant que la bataille s’enlisait Demiderus hurla :
-On se retire !
Tous le regardèrent surpris. Après quelques secondes, le groupe recula vers la porte.
– Fuyez, pas le temps pour se cacher. Suivez-moi, ordonna Demiderus qui pris la tête de la troupe.
Il traversèrent plusieurs pièces où des démons s’y trouvaient, ceux-ci ne comprenaient pas ce qui leur arrivaient puis voyant leurs compères poursuivre la troupe ils se joignirent à eux pour avoir de la viande en plus. Ils traversèrent un couloir puis atterrirent dans une grande salle ou se trouvaient des démons en pagaille là sur un trône siégeaient ben… des yeux… beaucoup d’yeux, des centaines. Et devant le trône une statue qui hurlait des condamnations et une table remplie de plans.
– Pas le temps de traîner !
Demiderus passa en coup de vent, prit les plans et s’en alla par la porte de derrière. Là ils entendirent un hurlement hideux. On entendait des ordres :
– Trouvez-les, tuez-les et apporter moi leur chair !
– Vite, venez, dans ce placard.
Quand ils furent tous entassés dans le petit placard Sacha compta le monde et après s’être assuré que personne ne manquait il cria :
-SPARID…mais…mais où est le dernier nain ?
Le dernier nain était resté dans la grande salle. Il n’avait pas vu où était partie la troupe. Il entendit les démons arriv arriver et il sut qu’il n’avait plus de chance. Il sortit sa hache à double tranchant et un petit marteau de guerre. Si il devait se battre jusqu’a la mort il allait résister. Il accueillit les démons avec un chant de guerre et chargea. Les premiers démons tombèrent, les autres eurent le crâne fracassé. Il combattait vaillamment mais il ne pourrait plus tenir très longtemps. Quand il sentit ses forces l’abandonner une petite porte s’ouvrit à la volée et des flèches jaillirent et transpercèrent les démons qui attaquaient le nain.
Des loups enragés fusèrent sur les démons et leurs sautèrent la gorge. Le roi démon observait la scène de loin, il n’allait pas risquer sa vie !
Il y avait trop de démons, la petite troupe se replia à toute vitesse dans le placard et Sacha hurla son Sparidam juste au moment où la porte était arrachée. Ils revinrent sur Terre, avec un bout de tentacule que Keylane cloua au sol avec une moue de dégout. La faille frémit un instant, mais les démons, prudents, ne les suivirent pas.
Ils étaient sauvés. Ils étaient tous de retour au camp quand Cùthalion se rendit compte que Séora avait été blessée à l’épaule par un tricroc lancé par un démon.
– Euh, Séora, tu a un tric, euh, un troc, euh, un tricroc dans l’épaule, bafouilla l’elfe.
– Quoi ? demanda Demiderus alarmé.
– Ah… dit faiblement Séora, c’est pour ça que je ne sens plus mon épaule…
Et elle tomba dans les bras de Cùthalion, évanouie. Demiderus se précipita sur sa soeur et ôta l’arme de son épaule. Tous s’étaient approchés, inquiets.
– Attend, dit Sacha à Demiderus, alors qu’il allait guérir sa soeur, je crois que c’est empoisonné !
– Et alors, que peut-on faire ? demanda Demiderus.
Le dragon écarta les bras en signe d’impuissance. Le dragon partit, Demiderus discuta pendant des heures avec sa soeur, Chem et les vampyrs. Ils se retira dans ses quartiers et là, la voix lui manqua : devant lui se tenait… un démon ; il n’y avait pas d’autre mot pour le qualifier, son immense corps entièrement rouge se terminait en tourbillon, ses cheveux étaient verts et son sourire découvrait une rangée de dents noires. Une couronne de flamme semblait indiquer son haut rang. Avant que Demiderus retrouve la voix, celui-ci déclara rapidement:
– Je ne suis pas venu en ennemi. Je m’appelle Meludenrifachiralivandir, roi des effrits. Nous sommes des démons mineurs du sixième cercle. Au nom de tous les effrits nous souhaitons nous allier à vous : j’ai souvent tenté de dissuader le roi des démons de faire cette guerre mais il est rare que les autres démons nous écoute.
Prudemment, Demiderus avait commencé à laisser affluer son pouvoir pendant la tirade du roi des effrits, il dit :
– Pourquoi j’aurai confiance en vous? Et même si c’était vrai comment pouvez vous nous aider ?
– Et vous vous avez bien fait confiance à de gros reptiles sans véritablement connaître ce qu’ils sont, répliqua le démon.
Demiderus admit que Mel avait marqué un point.
– Ecoutez, je ne suis pas seul à décider, j’en parlerai aux autres et demain, je vous donnerai la réponse.
– Sachez que si nous nous allions, je pourrais vous dire comment affaiblir définitivement les démons, et qui sait mettre un terme à cette guerre. En signe de bonne volonté je vous offre un baume qui vous permettra de soigner votre soeur, du moins si ce n’est pas trop tard.
Avec prudence Demiderus pris le baume que le démon avait posé sur le sol.
– D’ailleurs ajouta le démon perfidement. C’est étrange aucun démon n’a besoin de tricroc.
Les yeux du sortcelier s’agrandirent de stupeur quand il reçut cet information : Apparemment, seuls leurs alliés utilisaient ce type d’arme.
Cùthalion plus tard confirma ce soupçon :
– C’est vrai, cette arme est souvent utilisée sur Autre-Monde. Elle est quasiment infaillible ; elle est tout aussi meurtrière que les blessures maléfiques infligées par les démons.
Demiderus sortit de sa tente rejoignant Sacha et Cùthalion et appliqua le baume sur l’épaule de sa sœur. Il ne précisa pas d’où venait le médicament. Il voulait d’abord poser quelques questions à Sacha. Cùthalion palpa longuement le pouls de la jeune fille.
– Ça va, il bat de plus en plus fort et régulièrement.
Demiderus se tourna vers Sacha et lui demanda :
– Ceci n’est pas une arme de démons. Etes vous sur a cent pour cent de vos hommes, ou plutôt de vos… dragons ?
– Bien sûr, répondit Sacha que la colère rendait dangereux. Ne vous avais-je pas déjà prévenu ? Il ne faut jamais mettre en doute ma parole, je n’en ai qu’une !
– Je ne vous ai pas suspecté, mais je répète ma question : vos dragons, et les membres de votre armée sont-ils dignes de confiance ?
Sacha demeura pensif : son armée était grande et hétéroclite, après tout, il ne pouvait avoir une totale garantie. Mais il secoua la tête. Qui pourrait s’allier aux démons ? Et pourquoi ? Ces derniers ne pouvaient devenir les alliés de qui que ce soit : ils mangeaient tous ce qu’ils pouvaient avaler et réglait leur conflit par un dépeçage en règle. Non jamais personne n’aurait l’idée saugrenue de les aider. Cependant le tricroc indiquait clairement un membre des troupes d’AutreMonde.
– Eh bien, je crois qu’il faudra faire appel aux Diseurs de vérité, dit le dragon.
– C’est quoi ça ? demanda Demiderus dont la méfiance s’était réveillée.
– Ce sont des être capable de lire dans les pensée et nous saurons si le coupable est parmi nous ou si c’est une ruse des démons…
Ouille, des lecteurs de pensée ? Mieux valait dire la vérité alors, à propos du baume.
– En parlant de démons. J’ai reçu la visite d’un certain Mel je ne sais plus quoi, il m’a proposé une alliance. C’est lui qui m’a fourni le baume pour Séora, en gage de bonne volonté.
Pendant une seconde le dragon resta figé par la stupeur. Mais quand il retrouva ses esprits, il hurla si fort et pendant si longtemps que personne ne songea à le faire arrêter. Des secondes ou plutôt des minutes s’écoulèrent, Sacha reprit enfin son souffle.
– Etait-ce Meludenrifachiralivandir, roi des effrits ?
– Oui c’est cela ! confirma Demiderus légèrement déstabilisé par cette soudaine crise.
– Que vous arrive t-il ? demanda Demiderus inquiet.
– Ce qui m’arrive ? CE QUI M’ARRIVE ? C’EST QUE JAMAIS, JAMAIS VOUS NE DEVEZ PARLER AVEC UN DEMON, ILS SONT FOURBES ET MENTEURS, C’EST DANGEREUX!
– Qu…Quoi? demanda Demiderus.
Mais le général Sachavirodraintachivu n’en dit pas plus et semblant fort perturbé, congédia Demiderus d’un signe de tête et entra dans sa tente. La tête de Demiderus commençait sérieusement à chauffer, l’idée d’un traître, le dérangeait particulièrement. Pourquoi le général a-t-il réagit de cette manière ? Quelque chose aurait-il dérangé ses plans personnels ? Le doute s’immisça dans son esprit, après tout le traître pouvait être un personnage influent… comme le général. Il décida d’en faire part à ses fidèles compagnons Ungard et son fils Uol. Quand il se retourna il croisa la tatris dame Alcalibris qui l’apostropha.
– Tout va bien ? Vous semblez soucieux.
– Non non tout va bien, répondit-il l’air ailleurs. Dites moi auriez remarqué quelque chose d’inhabituel dans le comportement de vos compagnons ?
La tatris sembla réfléchir, une lueur d’inquiétude passa dans les yeux de celle-ci mais ce fut si rapide que Demiderus ne releva pas. Puis comme se rappelant soudainement d’un détail Dame Alcalibris dit :
– Puisque vous me le demandez, il nous semble avoir remarqué le soudain intérêt… commença une tête.
– … de Cùthalion pour votre sœur, Séora, il nous a semblait qu’il la surveillait…continua la seconde.
– … et compte tenu des évènements, je veux dire de la blessure de celle-ci à l’aide d’un tricroc, nous…
_ Hum, coupa Demiderus, je comprend où vous voulez en venir Dame Alcalibris, je vous remercie de votre aide, bonne soirée.
Une minute après cette conversation, Demiderus s’entendit appeler. Le général Sacha le rattrapa, plus calme que lors de leur conversation précédente il lui dit :
– Ce sont des démons on ne peut pas leur faire confiance, il font ça pour pouvoir avoir des alliés chez nous, expliqua Sacha sur le point de repartir dans une rage monstrueuse.
– Vous savez il a quand même sauvé ma sœur, et puis il nous propose de nous dire comment affaiblir les démons.
– Peut être mais ce sont des démons ! dit Sacha
– Je suis d’accord avec vous, dit Demiderus pour essayer de calmer le dragon mais nous pourrions leur demander ce fameux renseignement et accepter l’alliance que si il est correct.
– Comme ça les démons pourront nous attendre, pour nous exterminer. C’est une très bonne idée, s’écria Sacha.
Demiderus pensa qu’il n’arriverait jamais à faire changer d’avis le dragon, et ne comprenait même pas pourquoi il faisait confiance à ce Mel quelque chose, peut être parce qu’il avait sauvé Séora.
Enfin au bout d’une longue négociation il réussit quand même à faire changer le dragon d’avis, avec l’aide de Séora est Cùthalion qui était arrivés après avoir entendu le dragon crier. Mais après que le dragon eut accepté, ils se rendirent compte qu’ils avaient un “petit” problème : ils ne savaient pas comment convoquer l’effrit !
– Et si on essayait un formule, proposa Demiderus, je ne sais pas moi, quelque chose comme : « par le Convocus, que le démon apparaisse, que ton nom, Meludenrifachiralivandir, soit lié au mien, et qu’ainsi du mal de me faire tu cesses ».
Quand Demiderus eu finit de prononcer la formule, une brume pourpre jaillit du sol, et devant tous apparu le roi des Effrits.
– Vous m’avez convoqué ? interrogea Mel, un sourire sournois aux lèvres
– Mouis bon c’est bon, grogna Sacha. Nous avons beaucoup réfléchi à ta ….. hum proposition.
Le sourire du Démon s’étira lentement.
– Eh bien, je vous écoute. Je suppose que si vous m’avez appelé, ce n’est pas pour rien.
– Maudit démon, marmonna le dragon. Nous acceptons votre alliance. Mais attention, aux moindres subterfuges nous reviendrons sur notre décision. Nous en sommes en mesure, croyez moi ….
Mel ne tressauta même pas sous la menace et s’inclina lentement.
– Et bien, laissez moi le temps de convoquer quelques un de mes sujets, et demain matin à la première heure, nous combattrons ensemble … pour le meilleur, et pour le pire …
Sur ce, il disparut sans laisser le temps à ses interlocuteurs d’ouvrir la bouche.
Le lendemain matin, Séora se réveilla avec une forte fièvre. Elle voyait trouble, et discerna une personne à côté d’elle. C’était Cùthalion assit prés d’elle sur une chaise.
-Tu… Tu es là Cùthalion ? réussit à dire Séora.
-Oui je suis là, dit le jeune elfe.
-Tu es resté toute la nuit à côté de moi ?
-Oui dit Cùthalion en rougissant violemment.
-Merci…
Cùthalion regarda autour de lui, et dit:
– Comment vas-tu ?
– J’ai mal à la tête mais, sinon ça peut aller.
Elle retira la couette, et essaya de se lever. Sa robe de nuit, blanche comme la neige, était toute fripée.
Cùthalion rougit encore violemment. Il se leva tellement vite pour s’en aller, qu’il laissa tomber la chaise se prit les pieds dedans, et tomba sur Séora, qui était à peine levée.
-Tu es lourd ! dit Séora lève toi !
-Dé… désolé ! dit Cùthalion.
Il se releva, et regarda Séora dans les yeux, et rougit de nouveau.
-Dépêche toi! si quelqu’un arrive… bredouilla t-elle.
-Pardon…
Il se leva, ouvrit la porte, et s’en alla.
Après son départ Séora entreprit de s’habiller, chose assez difficile quand on a quarante degrés de fièvre et qu’on ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Une demi heure plus tard quand Séora retrouva Cùthalion, elle sentit son visage s’empourprer violemment. Il était très confus de ce qui c’était passé dans la chambre quelques instant auparavant.
Ils prirent place sous une tente d’un éclatant pourpre, et commencèrent à se servir un petit-déjeuner copieux. Un gros silence s’installa pendant plusieurs minutes. S’observant l’un l’autre en toute discrétion les minutes s’étirèrent lentement.
Enfin, Séora le brisa d’une petite voix :
– Euh …. hum comment se fait-il que le euh … démon ne soit toujours pas venu ? N’avait-il pas dit demain matin à la première heure ? le questionna t-elle.
Cùthalion l’observa quelques instants, pris le temps d’enfourner une grosse bouchée de tarte à la pomme et lança sur un air malin avec un grand sourire :
– Il a dû se perdre en chemin …
Séora rosi légèrement et lui rendit un sourire timide. Soudain, dans un geste incontrôlé, elle renversa le pichet de lait. Il ne tomba même pas au sol. D’un geste d’une rapidité inouïe, Cùthalion le rattrapa au vol, cinq centimètres au dessus du sol. Seul quelques gouttes tombèrent.
         Waaouh, s’exclama la guerrière. C’est … impressionnant !
         Quand on est un Elfe, c’est assez facile !
          Ah, si nous avions eu votre agilité, cela aurait été plus facile pour combattre les démons fit remarquer Séora. Vous êtes vraiment rapides…
Keylane arriva à ce moment dans la tente, elle regarda Cùthalion, Séora et dit:
– Les deux tourtereaux, Sacha veut nous voir !
Le jeune Elfe et la guerrière rougirent violemment. Ils la suivirent, légèrement gênés par cette interruption inattendue. Quand enfin ils arrivèrent devant Sasha, Mel était là, ces yeux roulants dans toutes les directions, à l’affût d’un piège. Après tout, on n’est jamais trop prudent.
Tenbor, Dranvosh  et Demiderus étaient aussi présents.
– Vous voilà enfin vous deux, grogna le Saurien. On vous attendez pour l’alliance.
– Très bien, ronronna Mel, nous allons pouvoir commencer notre petit pacte …
– M’oui… fit Sacha, mais je devrais avouer que je n’ai pas extrêmement confiance en vous…
-Ne vous inquiétez pas, c’est réciproque, sourit Mel.
– Je propose donc que nous faisions un Ageatì Brisingren, légèrement modifié….
– Un quoi ? l’interrompit Demiderus.
– Un serment de feu, répondit le dragon, les termes du pacte se graveront en lettre de feu dans votre chair, et quiconque trahira le pacte sera carbonisé sur le champ. Cela vous semble-t-il juste ? demanda-t-il à la petite assemblée.
Tous acquiescèrent.
– Bien, dit le dragon, placez vous en cercle, là et…. Elfin, que se passe-t-il ?
Le colonel des armées elfiques s’était figé. Il émit un ou deux borborygmes avant de tomber dans les bras de son fils, qui le rattrapa in extremis, un poignard fiché dans le dos jusqu’à la garde.
Cùthalion retira le poignard de son dos, et du sang coula sur ses mains.
– Père non hurla-t-il rempli de fureur. « Par le Reparus que la blessure guérisse et que mon père ne périsse !
Mais la forme ensanglantée dans ses bras ne bougea pas. C’était fini. Elfin était mort.
Effondré, Cùthalion entonna le chant de mort des elfes en se balançant sur le corps de son père. Séora sentit les larmes couler sur ses joues. Cela avait été si brutal ! Elle s’accroupit aux côtés de l’elfe et partagea sa peine.
Sacha se retourna vers Mel, furieux. Le démon rosit, montrant sa peur.
– Es tu responsable de ceci ?
– Pas du tout protesta le démon brusquement très inquiet. Je vous l’ai dit, je suis ici pour nous allier avec vous. Quel serait l’intérêt pour moi d’assassiner l’un de mes futurs alliés ? Surtout que celui qui aurait été ma cible serait vous, pas l’un de vos adjoints !
Séora n’était pas aussi plongée dans la peine que Cùthalion, aussi, lorsqu’elle sentit un mouvement derrière elle, elle se retourna.
Un poignard volait vers elle !
Elle fit un bond de côté, mais le poignard lui entailla tout de même la hanche. Elle faiblit, son corps n’étant pas encore totalement guéri du tricroc.
Du sang coula sur son pantalon. Demiderus courut vers elle.
– Ça va ? dit-il, très inquiet.
– Oui, une seconde de plus et…
Elle n’eut pas eu le temps de terminer car un nouveau poignard avait été lancé vers Demiderus. Il prit Séora, et esquiva l’arme avec rapidité. Quand il se retourna, Cùthalion et Mel fouillaient les environs.
– Rien ! dit Cùthalion.
– Ce qui s’appelle rien de rien ! renchérit Mel.
– Où êtes vous ? demanda Sacha.
– Ici, répondirent-ils en passant la tête par dessus les buissons d’où provenaient les poignards.
– Quelqu’un ne veut pas que nous passions un accord je crois. Il faut faire vite avant que d’autres…
– Pas question ! cria Cùthalion retenant un sanglot. Mon père est mort, je ne ferais rien avant de lui avoir donné une sépulture et vengé sa mort ! Il aurait fait de même pour moi…
– Il a raison, renchérit Keylane les larmes aux yeux, je ne laisserais pas mon père sans sépulture !
– Quoi ?! s’exclamèrent-ils dans un accord parfait, leur mâchoires à dix centimètres du sol.
– Oui, on ne l’a découvert que très récemment. Il m’a dit avoir perdu ses parents jeune, et sa sœur, mais elle, il ne savait pas ce qu’elle était devenue, expliqua une Keylane que personne n’avait jamais vu sous cet angle. Comme les lieux, les dates et les noms de nos parents correspondaient…
– Bon si c’est comme ça je vais repartir dans les limbes, dit Mel.
– A non ! cria Sacha, il n’en est pas question, on ne sait pas encore qui a tué Elfin.
– Mais si je ne rentre pas bientôt les démons vont se douter que je les ai trahi !
– Ça ce n’est pas mon problème. Le mien c’est de connaître le meurtrier d’Elfin.
Mel était très ennuyé. Il devait vraiment repartir dans les limbes et vite.
– Vous devez mener votre enquête, je le comprends. Mais vous avez beaucoup de suspects. Les membres de votre armée, bien sûr, mais aussi les Atlantes !
Sacha le regarda avec stupeur.
– Les Atlantes ? Pourquoi tueraient ils ceux avec qui ils viennent de s’allier ?
Demiderus hocha la tête, sur ses gardes.
– Oui mais avant que vous n’arriviez il y avait beaucoup moins d’attaques et de plus faible ampleur, et puis vous n’êtes pas arrivé en alliés. Donc au début on pensait que vous étiez des alliés des démons venus pour les aider à nous détruire…
– QUOI ! cria Sacha. NOUS DES ALLIES DES DEMONS MAIS VOUS ETES FOUS.
– Mettez vous à notre place ! Maintenant on sait ce que vous pensez d’eux, mais cela ne change rien au fait que vous avez fait beaucoup de morts de notre côté lors de votre attaque, même si maintenant les atlantes savent que tout ceci est un malentendu, cela ne m’étonnerait pas qu’il y en ait qui veulent vous voir partir dans le meilleur des cas.
– C’est vrai qu’on n’a pas vraiment choisi la bonne méthode… commença Sacha.
– JE M’EN FOUS DU POURQUOI DU COMMENT, MOI CE QUE JE VEUX C’EST VENGER LE MEURTRE DE MON PERE, s’égosilla Cùthalion.
– On se calme Cùthalion c’est grâce « au pourquoi du comment » comme tu dis que l’on pourra trouver le meurtrier de ton père.  Je sais que c’est dur pour toi mais il nous faut un peu de temps et de réflexion pour démasquer le coupable. Comme ton père est mort, il lui faut un remplaçant et il m’a confié que celui qu’il aurait choisi pour prendre sa place, ce serait toi Cùthalion. Acceptes-tu de faire cet honneur à ton père ? demanda Sacha.
– Bien sûr ! Quelle question ! répondit Cùthalion, fier que son père ait voulu qu’il soit son remplaçant.
– Bien, maintenant il faut conclure ce pacte avant que les démons ne reviennent, déclara Demiderus.
– Vous n’allez pas recommencer ! Cùthalion et moi voulons venger Elfin ! Vous les humains êtes dépourvus de sentiments, ma parole ! s’énerva Keylane.
– Comment ça “dépourvus de sentiments” ? Vous êtes si affectée par la mort de votre frère que vous dites n’importe quoi ! Alors je vais vous dire une chose “mademoiselle-je-sais-tout-mieux-que-tout-le-monde”, ce n’est pas parce que vous n’aimez pas les humains que vous devez raconter n’importe quoi sur eux, vous ne nous connaissez pas ! Alors maintenant vous allez vous calmer ou je vous renvoie sur votre AutreMonde ! débita Demiderus qui n’aimait pas qu’on critique sa patrie.
– Vous ne savez même pas où c’est ! répliqua Keylane qui n’avait pas supporté qu’on lui remonte les brettelles devant tout le monde.
– Raison de plus pour vous de me craindre ! Si vous ne savez pas où vous retrouverez et que moi non plus, personne ne pourra vous venir en aide !
Keylane en resta bouche bée et Demiderus et Séora furent heureux de la voir pour la première fois aussi muette qu’une carpe.
– Je veux bien vous aider à retrouver le traître, mais vous nous laisserez nous en occuper Cùthalion et moi, dit Keylane.
– Et qu’est ce que vous voulez lui faire ? demanda Sacha.
– Oh rien de bien méchant, dit Cùthalion avec un sourire sardonique, on veut juste l’écarteler, l’empaler, le brûler vif…
– L’étriper, l’étrangler, le lyncher, l’écorcher vif… continua Keylane.
– Et deux ou trois autres petits trucs, pourquoi ? demanda Cùthalion.
– Oh, pour rien, dit le dragon qui eut soudain l’air très fatigué, excusez moi, j’ai posé une question stupide. Mais en dépit de mon respect pour vous, il n’est pas question de remettre ce rituel. Nous devons nous assurer que les effrits ne nous trahiront pas.
Les elfes protestèrent, mais le dragon fut impitoyable. Le démon fut marqué, l’accord de feu fut accepté et leur alliance scellée. Le roi des effrits put enfin s’en retourner dans les limbes. Pas tout à fait assuré d’avoir fait le bon choix d’ailleurs.
Keylane regarda Cùthalion.
– Ça va ? dit-elle d’une voie douce pour la première fois de sa vie.
– Oui.
Et il partit, dans la forêt.
Tout le monde savait que c’était pour pleurer mais ne disait rien. Keylane prit le corps d’Elfin, et dit :
– Je vais l’enterrer, d’une voix sèche à Demiderus.
Et fit un geste affirmatif de la tête. Maintenant, elle le respectait. Il pensait : peut-être que perdre un être cher change les personnes ?
Il prit Séora et l’emmena vers l’infirmerie. L’infirmière, une naine aux cheveux roux avec des yeux verts demanda à Demiderus de la mettre sur le lit. Une sorte de Chaman appliqua un Reparus. Et Séora songea qu’elle en avait assez de se faire recoudre toutes les cinq minutes.
– Comment vas-tu ? demanda Demiderus.
Elle ne répondit pas. Elle réfléchissait.
– Je me demande…
Mais elle n’eut pas le temps de terminer se phrase, car elle devait laisser le lit à d’autres malades. Elle se leva et dit à Demiderus :
– Je vais mieux.
Il comprit qu’il fallait la laisser tranquille, et partit rejoindre sa tente.
Elle partit dans la forêt, à la recherche de Cùthalion. Une feuille qui tombait la mit sur le qui-vive. Cuthalion était là, l’air triste dans un arbre.
– Que-ce que tu fais là ? demanda-t-il.
– Je suis venue prendre de tes nouvelles.
– Comment va ta blessure ?
– Ca peut aller.
Elle regarda les alentours, il y avait beaucoup d’arbres, dans cette partie de la forêt.
– Tu peux m’aider à monter s’il te plait ?
– Bien sûr.
Il descendit, la prit dans ses bras, monta et la posa en face de lui.
– Merci, souffla la jeune femme quand elle fut montée en haut.
Ils s’assirent sur une branche tous les deux, les yeux dans le vague. Séora n’osait parler. Sa tristesse était grande, mais pas autant que celle de son ami. Parfois, les gestes sont plus efficaces que les mots. Elle posa délicatement sa main sur celle de l’elfe, qui sursauta puis lui sourit.
– Cùthalion, je suis tellement désolée pour ton père … Je … m’en veux.
– Pourquoi ? Tu n’as rien à te reprocher.
– Bien sûr que si. Si il n’y aurait pas eu ma euh … rencontre avec Sacha, rien de tout cela ne serait arrivé. Ton père serait toujours vivant et ….
– Et les démons auraient sûrement déjà envahit la Terre entière. Crois moi, ce n’est pas du tout ta faute.
– Mais pourtant, continua-t-elle, on nous a aussi visés, moi et mon frère. Peut-être que le tueur- le traître- en avait après nous, et que ton père était juste là au mauvais endroit … Oh, je ne sais pas, cette histoire n’a aucun sens. Qui voudrait nous tuer ? Pourquoi ? Et….
Elle s’arrêta net, le regard posé sur Cùthalion.
– Je suis une imbécile, s’exclama t-elle soudain. Tu viens de perdre ton père, et moi tout ce que je trouve à dire, c’est de me demander qui pourrait m’en vouloir. Excuse moi, je suis désolé … J’ai tendance à trop me soucier de moi même en ce moment …
– Ce n’est pas grave. Apres tout, tu ne peux pas comprendre ce qui m’arrive, tu n’as pas perdu d’être cher, toi …
– Bien sur que si ! rétorqua Séora, ses yeux s’emplissant de larmes mes parents… et ma tante… ils ont disparu un jour et ne les ais plus jamais revu…
– Excuse moi, dit Cùthalion en serrant fort la main de Séora dans la sienne, je suis désolé, je…je…
– Ce n’est pas grave, répondit doucement Séora, tu as subi un dur choc, c’est normal.
Il se leva et dit :
– Je suis vraiment désolé pour ce que j’ai dit, je ne connais pas ton passé…
– Ce n’est pas grave, dit Séora avec de la tristesse dans la voix.
Il la regarda et dit :
– Peux-tu rester ave moi ?
-Pourquoi ?
Cùthalion se sentait gêné. Il avait juste besoin d’une personne qui l’aime bien, même plus… Séora comprit qu’il ne voulait pas répondre. Il la regarda pendant qu’elle regardait par terre. Elle était magnifique, et il rougit. Ils ne parlèrent même pas. Soudain, ils captèrent tous les deux un mouvement en bas, près du sol. Comme un bruit de feuillage écrasé. Inconsciemment, ils se rapprochèrent encore l’un de l’autre. Était-ce le tueur qui les avait retrouvés et venait les achever ?
Séora dégaina son épée, tandis que Cùthalion, bien décider à faire passer un sale quart d’heure au meurtrier de son père, bandait son arc.
Il s’apprêtait à décocher une flèche pour avertir qu’ils étaient armés et qu’ils ne se laisseraient pas faire, quand une odeur de roussit monta à leurs narines. Ils s’aperçurent qu’en dessous d’eux, un buisson avait pris feu.
Puis une ombre s’éleva dans les airs.
– A vous voila enfin, tonna Sacha. Où étiez vous passés ? Ça fait un moment qu’on vous cherchait.
Il s’éleva à leur niveau. Puis, avisant l’épée et l’arc pointés sur lui, il ajouta :
– Et du calme, ce n’est que moi.
Séora se força à calmer les battements de son coeur et soupira de soulagement en ayant reconnu le Dragon.
Cùthalion, plus clair d’esprit, incanta vivement :
– Par le Fluidus, je veux de l’eau et pas qu’un peu, et que tout de suite, disparaisse le feu.
Une trombe de liquide s’abattit sur le feuillage en feu, dégageant un peu de fumée au passage.
– Vous n’étiez pas obligés de tout brûler, Sacha, fit remarquer l’elfe.
– Désolé mais comme je ne vous trouvais pas, j’ai voulu faire un peu de place, et puis j’ai éternué…
Il battit quelque peu des ailes, et avant que Cùthalion ait pu lui répondre sur un ton cinglant, il lâcha :
– Dépêchez-vous. On a retrouvé le traître.

 

CHAPITRE 4 :
Cùthalion et Séora le suivirent inquiets. Arrivés au camp, le spectacle les surprit et il y a avait de quoi. En face de la tente du général Sacha était dessinée sur le sol une large étoile à cinq branches, un pentacle. Au centre deux individus se tortillaient comme prisonniers de lianes imaginaires. En s’approchant, Séora découvrit qu’il n’y avait en fait qu’un seul individu… à deux têtes : dame Alcalibris ! Demiderus était là. Le nain Tenbor regardait le pentacle d’un air dégoûté, les gens de sa race n’appréciant guère la magie. Le vampyr Dracuis était également présent, son visage laiteux ne montrant aucune expression. Sacha s’avança et incanta :
– Par le Revelus, que ta véritable identité, à nous tous soit révélée !
La prisonnière se cabra, ses yeux se révulsèrent, ses membres s’allongèrent, des griffes, des crocs, des tentacules apparurent… un démon !
– Par les entrailles de Baldur, s’exclama Sachavirodraintachivu, qu’as-tu fait démon de Dame Alcabris, notre conseillère en stratégie ?
Le démon regarda le dragon d’un air hautain. Il parla d’une voix rauque et grave :
– Elle n’a disons pas été très… coopérative. Elle n’a jamais voulu nous donner votre prochain plan d’attaque alors j’ai dû y remédier… couic ! Et en prenant sa place j’ai pu en apprendre beaucoup plus que cette sans cervelles, votre alliance avec les humains n’est maintenant plus un secret pour notre roi bien qu’il ne craigne absolument pas cette race primitive. Et il faudra bien plus, que des tours de passe passe pour venir à bout de notre peuple, ricana-t-il. Et croyez moi, il va faire comprendre à Mel ce qui arrive aux traitres !
Demiderus pâlît et Séora en comprit la raison, ce démon avait-il eu le temps de communiquer à son roi leur récente alliance avec les effrits ?
Demiderus se retourna vers Sacha :
– Vos diseurs de vérité sont-ils arrivés ?
– Malheureusement non, ils ont un emploi du temps très chargé sur AutreMonde. Mais je vais aller en demander de suite en extrême urgence. Vous pouvez rester ici pour le surveiller ?
– Oui je vais rester avec Cùthalion et Séora, lui répondit Demiderus.
– Je n’en ai pas pour longtemps. Tenbor restez à leur côté également au cas où des coups de hache soient nécessaires.
Le démon regarda la hache du nain d’un air un peu… inquiet.
Le général Sachavirodraintachivu se dirigea vers la place centrale du camp, le seul endroit avec assez d’espace pour faire apparaître une porte de transfert.
– Ah vous tombez bien, dit Sacha en croisant son intendant, allez prévenir tous les hauts mages que je me rends sur AutreMonde.
– D’accord. Vous allez être parti combien de temps ?
– Pas longtemps je fais juste un aller-retour avec une porte de transfert.
– QUOI ! Mais vous êtes fous ! C’est dangereux ces machins là.
– Je sais que c’est dangereux mais je suis pressé. Allez maintenant c’est plus le moment de discuter, faites ce que je vous ai demandé.
Lorsque l’intendant fut assez loin pour commencer la création de la porte le dragon se mis à dessiner une porte dans les airs tout en prononçant la formule :
– Par le Transferus, Porte ouvre toi et en Sentivor, transfère moi.
Lorsque la formule fut prononcée une forme lumineuse se forma au bout de ses doigts puis s’agrandit pour devenir une porte.
En un éclair bleuté, Sacha disparut. L’intendant s’empressa d’avertir les dragons les plus gradés de ce départ précipité. Quant à Demiderus et ses compagnons cela faisait maintenant une demi heure qu’ils attendaient prés du prisonnier sans nouvelles de Sacha.
– Il en met du temps, bougonna Tenbor.
Sur ces mots le général Sacha apparut suivit d’une créature drapée de blanc, glissant sur le sol avec… des racines ? Les humains restèrent perplexes, l’individu ou plutôt le végétal n’avait pas de bouche ! Derrière lui marchait un petit bipède bleu pourvu d’un costume couleur de boue et de cheveux orange, Séora appris plus tard que ce dernier appartenait à la race des gnomes. Quant à Sacha, il avait l’air d’avoir couru le marathon, sous sa forme humaine, il soufflait bruyamment.
– J’ai rencontré quelques problèmes sur ma route, dit-il en reprenant son souffle, qui m’ont ralenti mais je vous ramène le diseur de vérité.
Il désigna le végétal habillé de blanc puis se tourna vers la petite créature bleue.
– … et voici son compensateur Ul bid’ul.
– Son compensateur ? répéta Séora.
– C’est-à-dire la « voix » des diseurs de vérités qui comme vous pouvez le remarquer n’ont pas de bouche. Les gnomes ont la capacité de lire les pensées des diseurs et nous les répètent à haute voix. Ils sont assermentés, continua Sacha qui capta le regard sceptique de Séora, ils ne mentent jamais, ils n’y trouveraient aucun intérêt de toute manière.
– Très bien, dit Sacha, commençons !
Le diseur ouvrit les yeux et Ul bid’dul se mit immédiatement à parler…
– La première idée du démon est un souci constant pour son roi ; il a peur que quelqu’un réussisse à lui prendre son trône, et que lui, Galbatorix, ne puisse pas avoir une part de gloire dans l’affaire ; la seconde pensée et pour les effrits, qu’il a envie d’anéantir, la troisième est une peur panique que nous puissions aller plus loin…
– Nous y voila, dit Sacha victorieusement.
Soudain le diseur se figea, une flèche plantée dans le corps/tronc, un filet de sève maculait à présent sa robe blanche. Le gnome se précipita vers lui, rompant ainsi le pentacle et libérant le démon, qui se jeta sur Demiderus, mais fut stoppé par une volée de flèches. Le démon s’écroula, mortellement blessé.
– Ah, c’est malin, rugit Sacha, comment vas-t-on faire pour savoir ce que le démon voulait nous cacher, maintenant ?
– Désolé, s’excusa Keylanne, j’ai agit sans r…. par réflexe.
Le général Sacha, Tenbor, Cùthalion et Keylanne partirent dans la direction d’où la flèche avait était tirée, mais c’était trop tard, il n’y avait personne. Keylanne jura. Il n’y avait pas qu’un seul traitre !
Séora demanda à son frère.

– Comment avez-vous découvert que Dame Alcalibris était un traître, le diseur de vérité n’étant pas encore arrivé pour sonder nos esprits ? demanda-t-elle.
– Quand nous sommes allés dans la tente de Sacha pour élaborer des stratégies d’attaque contre les démons, Sacha à réclamé à Dame Alcalibris de me répéter dans les moindre détails ce qu’ils comptaient faire pour contrer les démons à reculer, mais c’est alors que celle-ci a été incapable de répondre. Et sans avoir eu le temps de comprendre ce que cela impliquait, le général Sacha avait lui déjà réagit en lui envoyant un sort paralysant, puis il la plaçait au centre d’un pentacle tracé sur le sol devant sa tente.
– Et les pour les tricrocs, vous en avez trouvé d’autre ?
– Non… et je pense que ce démon n’était pas l’auteur de l’attaque du commandant Elfin.

hop, à vous !

 

 

Maaaa vie
4820 commentaires
  1. Violinou

    100 ^^ lol, je m’excite pour un rien moi !

  2. Violinou

    euh, j’ai beaucoups de répétitions du mot cause….au moment de rallier et corriger les textes, ej pense que ce serais reprit ! je suis donc toute seul ?

  3. SiliciumSingerSnake

    Faute qui ME saute aux yeux dans le com 99 :
    bauvins —> bovins
    C’est d’origine latine bovis,is,f ou m je sais pas trop en fait j’aime pas le latin alors je vais pas vous donner de cours.

  4. Mathilde

    bouh jcroiq que jdois i aller sniff
    bonne nuit a tous
    et courage, c’est bientot les vac’s
    ^^

  5. Zouille # Mamie Nostalgie

    Tu nous en a encore mis un tartine ma Violinou(pleine de trucs supra bons mummmh!) Et d’abord, l’exitété de service c’est moi ! J’ai fait une grosse gaffe tout à l’heure sur msn!

  6. A-Ri-L

    ca yé jé fini de diner !!!!!!
    ns encore a cette heure y fé cho dehors !! donc on en profite !!! MDR

  7. Violinou

    ^^
    lol, oui, pour bovin, j’avoue avoi hésité…ba, ça sera certainement recorrigé, ça ne doit pas être la seul faute !

  8. Violinou

    alors, qui se sent d’attaque pour l’histoire du vampyr ?

  9. SiliciumSingerSnake

    Je sais pas pour les autres fautes j’ai arrêté de lire après “bauvins” LoL

  10. Violinou

    lol ! ba, on pourrais dire qu’il a été recruté par druidor qui lui as dit qu’il avait trouvé un endroit ou des traitres se rendaient et lui avait demandé de vérfier que personne ne rentre mais que si quelqu’un rentrait, il devait le suivre et le mettre ors d’état de nuir, le problème s’était posé lors du bouclier de demiderus et quand le groupe s’est séparé, il a suivit le groupe de demiderus mais, ‘(jai la flem de rédiger donc, a vos claviers ^^ lol

  11. Bilouche

    pr ta question violinou se n’étai pa ma ponette ceT la ponette de mon centre équestre

  12. SiliciumSingerSnake

    Et pk le Vampyr accepte de livrer ses secrets comme ça, sans torture i moyens de persuasions ? Ah c’est bien les filles ça ! LoooooooL !!! ^^

  13. Bilouche

    -bon tout a commencer,quand je me promener dans les environ du départ des troupes d’Autremonde,énuméra Von dracus.la pôrte que les dragons avaient crées était immense et son champ de trasport aussi,par un malheur je me suis retrouvé dans le champ de départ de la porte et j’ai était transporté comme les autres.comme je me trouvait assez loin des troupes,qui étaient trés nombreuse,personnes ne fît attention à moi.je suis allé me caché dans la forêt discrétement.mais j’avis besoin de me ravitaillé,et comme je ne connaissait pas le monde ou j’ai attérit j’ai préférés rester sur place.donc je me nourissait du sang des bovins q’avaient amené les troupes.un homme un jour se rendit compte que le nombre de bovins diminué trop vite,et il en fît par a ses supérieur.une nuit ou je partais pour me restauré,mais un homme ma suivit,il s’appelait druidor…

  14. Zouille # Mamie Nostalgie

    Mais ça te pose un problème nos idéals de paix dans le monde?! lol Moi la Terre je la voit comme une pomme pourrie à la surface par notre présence! je suis un des personne qui hait l’humanité ,L’homme cette chose pensante mais si souvent mal… Je vais en rester là sinon je suis sur de battre le plus long des com d’hony!

  15. SiliciumSingerSnake

    Non mais je voulais juste dire que vous êtes forte pour nous pondre des histoires d’amour et de paix. LoL
    Mais il faut admettre que le monde c’est plutôt l’inverse, non ?
    Et pis quand quelqu’un est amoureux il va couper une rose et ça détruit la flore donc tu vois c’est pas si rose et blanc l’amour… ^^ LoL je m’emporte après je vais vous sortir un discours politique… Bon j’y vais et prenez pas trop mal mon com svp c’était en partie ironique.

  16. SiliciumSingerSnake

    Et on dit nos idéaux… LooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooL ^^^^^^

  17. Violinou

    ^^ bon, je vous laisse, je m’en vait pour ce soir (ba oui, faut que j’aille faire l’inventaire de pleins de trucs en encore pleins de trucs ^^)
    donc, a ciao touti les gens !

  18. Zouille # Mamie Nostalgie

    Oh ma violaine merci beaucoup pour tes com j’ai suivi ton conseil merci ma vio je t’adore trop!
    Et oui shadow en me relisant je vois cette ignoble faute d’accord (enfin ouais c’est ça!) Et si il y a bien quelque chose que je hais c’est l’amour… je voudrai tant effacer certaine de mes bêtises! j’arrête la ou mon clavier va plus fonctionner tellemnt il se sera mouillé!

  19. Mathilde

    a nn il en reste quelques un
    euh dsl Violinou pour écrire la suite, mais j’ai pastout pigé l’histoire avec le Vampyr et Druidor loOL jprefer ke bilouche le fasse, elel a lair de comprendre elle lol

  20. Mathilde

    bon en fait j v
    bonne nuit les blogeurs/blogeuses/ecrivains/ecrivaines
    ^^

  21. Bastof

    Kikou tt le monde!
    holala kel long long long post!
    L’histoire est super, je vois ke l’on a k des gens doué sur ce site…

  22. Atchoum

    félicitations a tous , l’histoire est de plus en plus belle !
    Ah la la Snake toujours la pour faire son malin en son em*erde*r ! ptdr , je blague !
    Bonne nuit à tous et à toutes

  23. Déborah

    Slt tt le monde !!!
    Bien dormi ??? Personnellement, ca a été une nuit blanche
    Travaillez bien, je dois y aller !!!

  24. Mama

    slt tout le monde!Je vois ke l’istoire a enkore progresser!!
    je continue:
    [une nuit ou je partais pour me restauré,mais un homme ma suivit,il s’appelait druidor… ]
    Le vampyr marka une pose, et repris:
    -Et la, quand je buvais le sang de l’un des bovins, il m’a soté dessus et assomer.Quand je me suis réveiller, j’étè dans une prison, et je sentais une forte magie, alors je me suis échapper et je vous aies suivie. Voila.

  25. Mama

    Ils se turent tous un instant et Keylane dit:
    -Comment-t’es tu échapper?
    -Quand un garde dort a côté de vous avec les clés, c’est assez facile.
    -Peux-tu nous renseigner sur l’armée de Druidor?dit Demiderus.
    -Oui.Et se n’est pas son armée, lui c’est le sous-chef, il y a une personne encore plus puissante ki est derrière tout ça. Et son armée est un peu faible, kand c’est a l’éxtérieur du combat, mais kan c’est la guerre, se sont des pros.
    Keylane réfléchit et dit:
    -Connait-tu le chef?
    -Non, mais j’aimerè bien le savoir…
    Et sur ses mots, ils continuèrent a avançer.

  26. Mama

    Il fo ke j’aille en cours slt! ET:
    kè ce ke vous en pensez?lol!
    ^^

  27. Stef

    salut,je trouve que c’est bien mais faudrait une petite remise en forme!^^
    bon jy go

  28. Bilouche

    au bout d’un moment,keylann posa la question qui lui trottait dans la tête depuis quelques minutes.
    -von dracus,c’est tu ou mène ce couloir???interrogea keylann.
    -vous savez j’ai beau avoir était enfermer ici.je ne connais pas ce couloir.car quand je me suis enfuit, dans la panique je n’est pas vue de quel couloir je suis sortis.désolé je découvre se couloir comme vous.
    -mais c’est pas possible!!!s’exaspéra keylann.mais qui ma donner cette bande de bras cassé.y en a un il c’est faire de la magie mais panique à la première attaque,et l’autre qui se souvien même plus par quel couloir il est sorti parce qu’il avait paniquer.a la la je vais faire à sacha que si sa continue,je fais cavalier seul.
    -et nous alors tu crois que ces mieux avec toi!!!!l’accusa demiderus.tu râles tout le temps!!!
    -moi je râle???s’écria keylann en se plantant devant demiderus.et toi tu pleurniche quand tu t’égratine.
    -je pleurniche!!!moi!!!!!
    -oui toi!!cria keylann en mettant sont dois sur le sternome de demiderus.
    -chut!!!calmz vous.j’entends quelques chose,tenta vainement von dracus.
    -tu n’es qu’un minable petit humain qui crois qu’il est le meilleur magicien du monde,au lieu qu’il est un magicien de pacotille.
    -tu sais ce qu’il te dis le magicien de pacotille.et bien il te dit que sans lui tu ne serais rien,que sans lui tu serais toujours en train d’interroger le vampyr…
    -mais taisez-vous,par tout les saint,cria von dracus.j’entend quelques chose qui nous suis depui que vous vous disputez.
    -c’est de elle qui a commencer,rapporta demiderus.
    -moi qui a commencer,s’indigna keylann.nan mais tu vas voir vermisau je vais te mettre une bonne raclé pour que tu respecte tes aînés.
    -on s’en fiche qui a commencer,coupa von dracus.il faut savoir d’où viens se bruit,et qui en est l’auteur.
    demiderus et keylann arrêtèrent de se disputer et tandirent l’oreille pour savoir d’oùu provené le bruit.
    au bout de quelques minutes:
    -je crois que le bruit viens du mur,murmura keylan.et il y a plusieurs bruits de pas.
    -préparons nous a se battre,ordonna demiderus.
    keylan pris une flèche et banda son arc,von dracus lui se transforma en un loup moir et puissant,et demiderus prépara sa magie.
    ils continuèrent d’avançaient,en essayant de faire le moins de bruit possible.les bruits de pas devenaient de plus en plus fort et de plus en plus distind.ils distinguèrent bientôt un autre couloir que rejoigné le leurs.quand ils arrivèrent a la hauteur de l’autre couloir,ils virent apparaître quatre personnnes.
    demiderus incanta sans réfléchir:
    “que mon pocus vous paralyse et nous sauve la mise”
    les quatres corps se figèrent.demiderus,keylann et von dracus approchèrent.quand demiderus et keylann se rendirent compte que les quatre personnes que demiderus avait figé était,séora sacha et cùthalion,ils sursautèrent.von dracus grogna.
    -STOP!!!cria demiderus à l’adresse du loup.ce sont des amis.”que mon depocus vous deparalyse et vous sauve la mise”
    les quatres corps se défigèrent,regardant de tout côté et se figèrent quand ils reconurent keylann et demiderus.

  29. Lya

    top!!!bon, jvais devoir quitter, chui au CDI et ça va sonner……
    bye tt le monde et courage^^

  30. Bilouche

    bon moi la je suis a cour d’idée la j’ai tous dépensé pour la suite mais bon je vais réfléchir.

  31. Bilouche

    bon je la dernière incantation pourrais être mieux
    bon boyons voir:
    “que mon pouvoir vous défige et vous délivre”
    sa va mieux sa ou pas ????

  32. Bilouche

    y a personnnnnnnnnnnneeeeeeeeeeeeeeeeeeee!!!!!!!!!!!!
    a la la je me sans seule d’un coup

  33. Potou

    slt ! ^^ hé bin je voi ke vs navé pas perdu votre temps lol elle est super ta suite bilouche

  34. Potou

    … Séora se leva aidée par Cuthalion, lorsqu’elle reconu son frére, elle se mit a crier :
    – Sa va pas d’attaqué les gens comme ça !! non mais…
    – Désolé, s’éxusa Demiderus, on vs avez pas reconnu.
    – Mouai…
    Cuthalion apérçu le Vampryr, toujour transformé en loup noir, qui était deriérre Keylane. Croyant a un ennemie il banda son arc si vite que ses geste était flou, et dit :
    – attention Keylane derriére toi !!
    Kéylane se retourna préte a combattre mais ne vit personne, a part le loup qui la regardé, interloqué.
    Le vamyre se retransforma en humain et Séora poussa un crie étouffé. Cuthalion tira une fléche,mais le Vempyre l’évita de justésse, et s’écria :
    – SA VA PAS NON ???!!!!

  35. Bilouche

    sans écouter,cuthalion se jeta sur lui.ils firent un roulibouli,cuthalion se retrouva par terre face a von dracus,qui se transforma en chauve-souris.il alla se réfugié derrière demiderus,qui était le plus loin de cuthalion.
    -nan mais sa va pas???dit-il de sa voie fluette.
    -pousse toi demiderus c’est un vampyr,il est peut être un ennemi!!!
    -non.tu as tord,répliqua demiderus d’une voix solanelle.c’est un ami,il nous a expliqué comment il était arrivé ici.
    -et comment peux-tu savoir si il dit la vérité???persifla cuthalion.
    -je le sais son histoire est logique.
    -ah et on peux entendre cette jolie petite histoire.
    -tu veux savoir l’histoire??et bien on va te la raconter en marchant.si monsieur daigne bien marcher,répliqua froidement keylann.
    ils commencèrent à se mettre en route,d’abord sacha puis séora suivit de cuthalion précédé de keylann et pour finir demiderus et von dracus.tout en marchant keylann racontait l’histoire de von dracus couper de temps en temps par demiderus pour compléter des passage un peu flou.

  36. La violoniste

    Bonjour a tous !!
    L’histoire progresse bien, c’est cool !!Personelement, sa va trop vite, et j’ai a peine eu le temps de reflechir que il y a deja 50 lignes de plus !!
    Donc je pense que je ne vais plus poster pendant un moment mais attendre un nouveau post de SAM…
    Voila, kiss a tous et bonne chance a ceux qui ont ds exams !

  37. Bilouche

    cela faisait environ 1 Heure qu’ils marchaient,quand le couloir s’arrêta brutalement.
    c’était un cul-de-sac.
    -et maintenant on fait quoi???demanda séora.
    -on fait explosé le mur pour voir si il y a quelque chose de l’autre côté,proposa cuthalion.
    -si tu as envie de te retrouver enselevi,et bien c’est le meilleur moyen,répondi au tac-au-tac sacha.

  38. Sophie Audouin-Mamikonian

    Moi viens de tomber dans l’escalier, moi gros bleu sur le visage, moi ressemble à Frankeinstein, moi pas pouvoir corriger pour le moment. Oups ! Dès que je vais mieux je m’en occupe, bravo Violinou, c’est super ce que tu écris !

  39. Lya

    pauvre sophie!!!!je compatis fortement^^

  40. Bilouche

    cela faisait environ 1 Heure qu’ils marchaient,quand le couloir s’arrêta brutalement.
    c’était un cul-de-sac.
    -et maintenant on fait quoi???demanda séora.
    -on fait explosé le mur pour voir si il y a quelque chose de l’autre côté,proposa cuthalion.
    -si tu as envie de te retrouver enselevi,et bien c’est le meilleur moyen,répondi au tac-au-tac sacha.

  41. Mama

    Ba alors SAM??^^, personnelement, sa ne mè jamais arriver!!Et bon rétablissement!!lol

  42. Mayon

    dsl je me suis trompé de touche!!
    Donc ds ma classe il y a un mec qui est tombé des escaliers et c’est fais une paralysie faciale,maintenant c’est guérit.Mais ce mec là c’est 1 c** ac ses copains il arrête pa d’embêter 1 amie à moi, elle en a tellement marre quelle a quittée le collége, on la rattraper ac la prof d’espagnol, elle était en larmes, et ça les faisait rire!!!

  43. Lya

    “bah, il suffit de faire un bouclier, et APRES on fait exploser le bazar, répondit, désinvolte, démiderus
    -je pense plutot qu’il faut retourner en arriere, maintint sacha en commençant a reculerr
    -non!!!hurla séora
    -bah quoi????demanda sacha,ça va pas de crier comme ça!!!
    -n’oubliez pas que nous somme ds un labirynthe d’obsidienne, dit séora calmement, et c’est un piege classique deces “jeux”.une illusion ou une vitre de vert fummé, on retourne en arriere et…..couic!!
    -que faire alors, l’interrogeat cùthalion, désemparé
    -ça!!”répondit séora avant de fermer les yeux et de tourner sur elle meme.
    elle s’arreta juste devant la parois, et toujours les yeux fermés avança vers le murs.elle s’y enfoncea sans rencontrer de résistance.des qu’elle eut passé la parois, celle-ci devenu transparente, et tous purent voirent l’enorme chose pleine de crocs qyui bavaient sur l’épaule de séora.
    “séora, dérriere toi!!,l’averti demiderus
    -quoi, deriere moi??demandat elle, il n’y a rien!!
    -a pardon, dit von darcus, mais nous foyons derriere fous une chosse bafeuse
    -c’est encore un piege!!comprit keylane, qui nous poussera a tirer dans le mur, qui j’imagine, nous renverais nos fleche!!”

    bon, voila, jpropose cette suite^^
    et dsl, si j’ai posté en mm temps que qqun^^

  44. Lya

    bon bah j’y vais slt tt le monde ^^

  45. A-Ri-L

    oua l’histoire avance vite !!!!
    moi je me la coule douce j’attend la suite mé je fé 1 peu ri1 !!!! ^^
    é je compatis SAM !!!!!moi perso. ca mé jamais arrivé !!!!

  46. Stef

    moi je trouve ke c tré bien!seulement je voulais faire quelque petite remarque,au début on di ke keylane a 15 ans mais c la soeur du feu colonel elfin,je veux bien mais lui il devais pas être tout jeune!et de ce fait elle est la tante de cùthalion qui est plus agée qu’elle mais ça existe!^^
    ensuite je trouve que demiderus n’a plus le même caractère que au début là c presque un gamin et ça change,je di pa que c pas compatible mais c’est ce que j’ai ressenti,voila,jspr que vous m’en voulez pas de m’avoir di ça,surtt que je l’histoire avance super vite et que je la trouve génial!voila!
    bisous tt le monde

  47. Bilouche

    le groupe alla rejoindre séora, en se méfiant de la créature qui bavait sur l’épaule de séora.
    -bon on y va,décida séora.
    elle se retourna et traversa la créaturesans y faire attention.quand soudain il entendire “clic” et un crit déchira l’obscurité.le groupe se rapprocha du crit.
    -STOP,intima sacha.séora est peut être tombé dans un trou et si on avance encor à l’aveuglette on va la rejoindre sans sans rendre compte.je vais cré de la lumière:
    “que la lumière apparaise pour ns faire apparaître les pièges”
    une clarté se fît et devant eux se trouvé un trou béant.
    -séoraaaaaaaa!!!!!cria demiderus.mais comment on peut faire pour l’aidé??
    -si on essaye de l’aidé,réfléchit sacha,quesqui vous dit qu’il n’y a pas un autre piège qui nous attend??
    -inspectons par terre,sur les mur au plafond.enfin regardon partout pour savoir si il y a un mecanisme,intima keylann.
    tous le monde inspecta les alentours pour touver un mecanisme.quand soudain cuthalion trouva une fleur etse pencha pour la ramssé pour séora.au moment ou il la ramassa il y eut un déclic et un temblement.des pierres tombèrent autour d’eux.
    -mais pourquoi tu as ramassé cette fleur,cria keylann qui s’était rendue compte que cuthalion avait la fleur à la main.
    -mais..mais,begeilla cuthalion.
    -tu es débile et ignorant!!!contiua keylann en le montrant du doigt.
    le tremblement devenait de plus en plus fort,tellement fort qu’ils en perdirent l’équilibre.quand,soudain le tremblement s’arrêta d’un coup.quand la poussière se dissipa,ils virent que le trou c’était rebouché.mais le plus étonnant c’était que séora était remonté aussi.
    -j’ai crue que je t’avais perdus pour toujours,s’exclama demiderus.
    demiderus l’inspecta et se rendit compte qu’elle saignée à la jambe droite.
    -mais tu es blessé!!s’écria demiderus.
    -pousse toi,dit sacha,je vais lui lancer un reparus:
    “que mon reparus ressoude cette jambe,et remarche”
    devant les yeux embué de larme demiderus vit devant ses yeux la jambe de sa soeur guérir.il l’aida a se relevé,elle vacilla un peu mais retrouva vite son équilibre.elle s’approcha de cuthalion,de plus en plus proche.
    -merci grâce à toi je suis encor vivante,dit elle émue.sans toi je pourriré encore en bas.
    -cela a été un plaisir séora,répondit cuthalion en lui caressant la joue en tremblant.
    -bon les amoureux ses pas bientôt fini oui,je ne suis pa là pour vous voir vous faire les yeux doux,s’exaspéra keylann.
    cuthalion et séora se séparèrent en rougissant.
    -bon on y va,dit séora gêné.

  48. Bilouche

    alors sa va???
    et pr steph si demiderus un moment a un peu un cractère de gamin c’est qu’il faut un peu d’étendre l’atmosphère et c’est pour faire de l’humour!!enfin c’est a sa ke G pensé au momen ou il se dispute ac keylann apré on peu changé!!!

  49. Potou

    Je compatie SAM. moi ça mé arrivé 1 foi. g passé une semaine avec le bras dans un platre, ce ki nété vrément pas comode…

  50. Mama

    Je ne veux pas etre chiante, mè komment Séora sè ke sè Cùthalion ki l’a sover?Il fo rajouter des petites choses!

  51. Bilouche

    a oui j’ai oublié tu c’est quand tu est dans l’histoire tu oublie des choses parce ke toi tu c’est que c’est cuthalion qui la sauver mais tu a réson il faut mettre une autre réplique!!!
    mais ou sinon c’est bien??

  52. Bilouche

    nan pârce ke ma prof de français me disait que j’était nul pour xré des histoires!!

  53. Mama

    -j’ai crue que je t’avais perdus pour toujours,s’exclama demiderus.
    demiderus l’inspecta et se rendit compte qu’elle saignée à la jambe droite.
    -mais tu es blessé!!s’écria demiderus.
    -pousse toi,dit sacha,je vais lui lancer un reparus:
    “que mon reparus ressoude cette jambe,et remarche”
    devant les yeux embué de larme demiderus vit devant ses yeux la jambe de sa soeur guérir.il l’aida a se relevé,elle vacilla un peu mais retrouva vite son équilibre.
    -Ouf! je me demande komment je suis remonter! dit Séora.
    -Heu…C’est moi dit Cùthalion.J’ai vue une belle fleur, et je voulais la cueillir, mais enfaite, cétè un mécanisme, pour réboucher le trou.
    -Merci.
    elle s’approcha de cuthalion,de plus en plus proche.
    -merci grâce à toi je suis encor vivante,dit elle émue.sans toi je pourriré encore en bas.
    -cela a été un plaisir séora,répondit cuthalion en lui caressant la joue en tremblant.
    -bon les amoureux ses pas bientôt fini oui,je ne suis pa là pour vous voir vous faire les yeux doux,s’exaspéra keylann.
    cuthalion et séora se séparèrent en rougissant.
    -bon on y va,dit séora gêné.

  54. Fanny06

    Bijour tt le monde !! ^^
    J’éspère que tu iras mieux très vite SAM !! ^^ bon rétablissement !!
    Je trouve ça très bien votre histoire !!

  55. Mama

    Demiderus avait un sourire o coin des lèvres.Sa soeur étè amoureuse d’un elfe! C’est alliance orè eu o moins des bons côtés! Ils continuèrent a avancer. Tout d’un coup, un bruit se fit entendre.
    -Chut dit Sacha.Arretez-vous!
    Ils s’arréterent tous.
    -On dirè un bruit de l’eau ki koule dir Keylane
    -Oui dit Cùthalion.
    Et tout d’un coup, le mur se mit a vaciller, et les pierrs en dessous de leur pied, s’éffrondèrent.
    Ils tombèrent tous en meme temps dans l’eau.
    Tout le monde remonta a la surface sof Séora.
    -Ou est Séora? dit Cùthalion.
    -Je ne sais pas dit Sacha
    Cùthalion replongea dans l’eau pour aller la chercher. Mais avec une grande stupéfaction, il la vit se battre avec un Kraken.

  56. Mama

    Bon, moi je dois y aller, kar je dois préparer mes affaires, kar demain, je vais faire de l’accrobranche!!YOUPIIIIII!!!!!

  57. Emy

    sniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiif!!!!!!!!!!!
    eh oui, sophie, je suis encore en pleine crise de nerf… toujours pour l’invitation!!!!!!!! boooouuuu

  58. Emy

    bon ben… j’ai rien a raconté… je pleure a chaudes larmes, c’est tout…

  59. Bilouche

    a bon elle a déja envoyé lé invitaion pr la soiré???

  60. Bilouche

    jui toute seulllllllllleeeeeeeeeeee!!!!!!!!!!!!

  61. Mama

    hello!! j’ai préparer mes affaires, et vous en pensez koi de ce ke j’ai écrit dans l’histoire?

  62. Steffyzen

    Je suis vraiment désolée pour vous Sophie, j’espere que le bleu disparaitra vite, sinon vous pourrez toujours jouer les femmes battues!!!!j’ai fait ca le mois dernier!! LOL
    la derniere fois que je me suis cassée la figure dans des escaliers, j’avais 13 ans et je me suis ouvert le pied sur le crepis du mur (que mon papa n’avait pas fini!! bonjour les pointes!!)
    voila!! je vous souhaite une tres bonne soirée.
    Pour info, toujours pas de nouvelle du nouveau 2eme tome de Tara à Cogolin!, ni du premier d’ailleur!

  63. Bilouche

    C super!!!
    mais csais vrai que SAM a envoyé les invitations???

  64. Mama

    Bilouche, tu veux bien continuer l’istoire stp?? je suis a court la!!!!

  65. Mama

    ah ba oui, ça a l’air!!!!!!! :'( ^^

  66. Alexandre - Dit Snuffy mage

    reponse au comm 37 : Chais pas…. A cause d’une erreur de recrutement. Son jumeau (qui aurait le courage de 2) serait le meilleur guerrier vampyr. Le pauvre vampyr se retrouverait au milieu d’une guerre. L’action se serait enchainée trop vite et il n’aurait pas put tout expliquer à Sacha

  67. Bilouche

    elle se débattait comme elle pouvais.elle était tombé comme les autres,mais elle a attri un peu plus loin,et au moment ou elle est remonté à la surface elle ses retrouvé face à face ac le kraken.le kraken l’attaqua,il la pris par une de ses tentacules.séora batti des mains pour essayer de se libérer de la tentacule.
    cuthalion remonta à la surface.
    -alors??tu l’as vue??demanda demiderus.
    -elle est en train de combattre avec un kraken.il faut aller l’aider,paniqua cuthalion.
    -gardons notre calme je vais la sortir de là:
    “que par le vent cette eau s’évapore et disparaisse”
    l’eau commenca a s’évaporé,doucement puis trés vite.l’eau disparue d’un coup,et ils tombèrent vers le fond.ils se relevèrent aprés être aterit brutalement.
    -nan mais quel délicatesse,s’indigna keylann.
    -séora,cria cuthalion en découvrant le corps de séora par terre à côté du kraken,qui été trés étonner de n’être plus dans l’eau.cuthalion se précipita vers séora.
    -ne bouge pas cuthalion,previns demiderus.
    “que la mort te prenne et que ton corps de pieuvre disparaisse”
    le corps du kraken explosa et disparue.quand le groupe se fut remis de leur émotion ils coururent vers séora et cuthalion.
    -elle ne respire plus,s’inquièta cuthalion.
    demiderus s’approcha et pris le pou de séora,et ne le trouva pas.

  68. Bilouche

    bilouche arrive sur son destrier!!!
    bilouche est arriver sans se presser!!lol
    bon c’est pas exellent mais j’ai trouver que sa!!!

  69. Mama

    -Il fo lui fère du bouche-a-bouche!! dit Sacha
    -Moi je ne veux pas le fère dit Keylane.
    -Moi non plus dit Sacha j’ai une haleine ki peut la tuer encore plus.
    -Bon je vais le fère dit Cùthalion en coupant la parole a Demiderus.

  70. Bilouche

    et niveau incantation sa pourrais mieux,je sais mais je suis à cours lol

  71. Mama

    Bon, cè pas super, mè je suis a court…

  72. Mama

    bon, alors comme incatation on peut fèere koi?

  73. Mathilde

    cC

    C’est pas un peu bizare que ca soit tjrs Seora qui se fasse attaguer, blesser, etc ? C’est quand même une guerriere koi

  74. Bilouche

    il se pencha vers séora approcha ses lècvres de celle de séora.
    -mais non ces pas comme sa que l’on fait le bouche à bouche,s’exclama demiderus.je vais te montrer et aprés tu pourra le faire si sa te tente,s’exclafa demiderus.
    il se pencha entrouvit les lèvre de sa soeur et se pencha et commença à lui faire le bouche à bouche.
    -bon maintenant tu ses comment faire,vas-y.
    cuthalion détourna la tête pour cacher sa gêne.il s’approcha de séora et immita demiderus.séora eut un sursaut et se pencha sur le côté pour recracher l’eau qu’elle avait avalé en essayant de s’échapper de l’emprise du kraken.elle entrouvit les yeux et regarda autour d’elle pour se repéré,la première chose qu’ell vut,fut le visage inquiét de cuthalion,puis les visages des autres.aprés elle regarda autour d’elle et découvrit une immense grotte sombre avec un trou au plafond,surment l’ndroit par lequel il son tombé pensa séora.

  75. Bilouche

    moi je suis se qu’on écrit
    et oui mama tu m’a aidé je n’arrivé pas à trouver une suite,mais ‘y avait pensé aussi au bouche à bouche mais je savais pas si sa pouvez le faire ou pa!!!
    mais sa rend trés bien je trouve!!!

  76. Lùthien

    trop cool !! merci sophie !! c’est beaucoup plus clair comme ça !!

  77. Lya

    euhhh….”par le Mourus que la mort te prenne, et que flasque ton corp devienne” c’est tt ce que j’ai trouvé^^

  78. Bilouche

    oué C mieu que on incantaion sa le fait mieux
    merci lya!!!

  79. Lya

    bon bah tant que j’y suis….
    pour le 163, propse “par le reparus, queque ta jambe se répare, et que tu n’en ai a subire aucune tare”
    pour le 157:”par l’Illuminus,que la lumiere nous éclaire, que nous yvoyons clair”

    bon bah voila, jme suis permise de refaire les formules zarbidoïdes, vs le dites si vs voulez les gardez^^

  80. Bilouche

    euh j’ai fait une énorme faute dan mon com’s 193
    j’ai mis:
    -bon maintenant tu ses comment faire,vas y!

    je rectifie ma faute:
    -bon maintenant tu sais comment faire,vas y!

    voilà j’ai rectifié ma faute voila.

  81. Bilouche

    ba elle sont bien mieu que les mieux donc je croi kon va les prendre
    maintenan il faut avoir l’avis des autres mais moi sa me va!!!

Poste un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.