Blog et news de Sophie Audouin

4 février 2005

Combat fighters

Je lisais le blog de Ratatouille (mdr la dissection !) et j’vais vous dire les filles, ben j’chuis super contente d’avoir terminé l’école. YEEEESSS !
A ce sujet me suis un peu fightée avec une maman, qui se plaignait que c’était dur, que la vie gna gna et ceci gna gna et cela gna gna, et la pauvrette, sans imaginer ce qu’elle allait déclencher a terminé sa complainte par : Ah la la, ce que je regrette le temps de mes études, c’était vraiment le bon vieux temps.
Je l’ai collée au mur (virtuel, hein, je n’agresse pas mes concitoyens, même si je trouve souvent que ce mot est vraiment bien adapté con-citoyens !). Et je lui ai montré ce que c’était que le lycée. C’est dur, c’est compliqué, il faut se faire une place et exister, si on n’a pas d’amis on n’est rien, parce qu’on n’a pas de miroir pour renvoyer son estime de soi, bref, faut être un adolescent pour résister ! Pour illustrer mon propos ? cette pauvre femme qui me regardait les yeux écarquillés, je lui ai cité une série, que je trouve formidable, Buffy contre les Vampyrs, parce qu’on y trouve tout ce qui existe réellement au lycée. Les populaires, les invisibles, les forts en thème ou en math, les championnes de la tchatche, les championnes du tapis (on n’a pas de pom pom girls ouf !) de gym, les détestées et les aimées,(bon, admettons, je me suis un peu étranglée quand ? la quatrième saison willow est devenue lesbienne, mais ça aussi ça fait partie de la vie !)
 les enviées et les ignorées, les suicidaires et les bonnes vivantes, les qui se mutilent et les qui se bichonnent, les qui s’aiment et les qui se détestent. Moi, le lycée, ça m’a toujours fait penser ? une arène de combat où en plus il y a les professeurs. Ahhh, tout un thême les professeurs. y’a aussi de quoi écrire. A mon avis il faut être totalement masochiste pour devenir professeur. C’est comme de rentrer tous les jours dans une arêne (l? aussi !) face ? une trentaine de fauves, qu’il faut dompter et apprivoiser sous peine de se faire dévorer et de devenir accros aux petites pilules bleues (non les filles, pas le viagra, le lexomil !) bref, tout ça pour dire que je suis ? cent pour cent ? l’écoute de mes filles pour panser les petites plaies et les bobos, et jubiler avec elles aux victoires et aux joies, (qui existent aussi, au lycée, faut pas exagérer). La pauvre femme, ébranlée dans toutes ses convictions (écoute un peu tes enfants, andouille, au lieu de pleurer sur ton ventre !) a tenté un très faible “Vous regardez les séries américaines ? Enfin, je veux dire, de ce genre ?”. Je l’ai foudroyé d’un implacable “Oui, lorsqu’elles ont terminé leurs devoirs, ça nous permet de passer du temps toutes les trois vautrées devant la télé ? rigoler des mésaventures des autres. Pourquoi, vous ne le faites pas vous ?”
Un encore plus faible “non, je n’aime pas les séries américaines” a tenté de contrer mon argumentation. Je l’ai achevé avec “Ah bon ? Et votre fille vous parle encore ?” qui je l’admets était vraiment un coup bas, vu des des tas de mamans ne s’abrutissent pas devant buffy et s’en portent tout aussi bien.
La pauvre femme est partie anéantie, persuadée d’être une très mauvaise mère.
Mes filles me disent que je suis sadique. Niarf niarf niarf !

Maaaa vie
2 commentaires
  1. MeAndMe

    C’est pour ça que Buffy Contre Les Vampires est ma série préférée.

  2. Nilyna

    Oh ! Une perle rare à 1 com ? à moi le 2eme !

Poste un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.